Aller au contenu
Accueil » Actualité » Voyage en Jordanie : Petra, Aqaba, Salt, Wadi Rum. Que visiter et où manger

Voyage en Jordanie : Petra, Aqaba, Salt, Wadi Rum. Que visiter et où manger

Qui sait ce qu’il a pensé reine Elizabeth (et toute l’équipe royale de communication) lorsqu’il a reçu une carte de vœux de son neveu William, représenté par sa famille dans un autre royaume, le royaume de Jordanie. Plus précisément à Petra, dont la roche multicolore est la toile de fond du visage souriant du duc de Cambridge et de leurs trois enfants, dont deux sont assis sur autant de selle de dromadaires décorés des habituelles brodeuses locales.

William, Kate et leurs trois enfants en Jordanie. Kensington Palace a publié la photo sur les réseaux sociaux

Bonne année à toi, Jordan !

On sait peu de choses sur les dates exactes du voyage, ou sur l’auteur de la photo, mais peu importe : souriants et informels, William et Kate arrivent en signe de bonne chance pour Jordan qui sera à partir du 31 janvier. pour être de retour parmi les destinations qui peuvent également être atteintes depuis l’Italie. Il a rouvert aux touristes en juillet dernier, la Jordanie (où vivait la princesse Kate étant enfant, lorsque son père travaillait dans le bureau d’Amman de British Airways) est l’une des meilleures destinations de 2021. En septembre, en effet, le royaume hachémite a connu un véritable boom d’arrivées avec des vertiges. des chiffres qui ont redonné de l’oxygène à un pays où les revenus touristiques sont essentiels. A la mi-décembre, toute la maison s’est effondrée en l’absence totale des Italiens, confortée par la décision du gouvernement d’interdire, pour quelques semaines, les déplacements en Jordanie, pays situé en un peu plus de trois heures de vol depuis l’Italie et qui bénéficie d’un climat qui permet des visites à tous les mois de l’année, d’excellentes liaisons et services d’accueil, mais surtout un patrimoine naturel et archéologique exceptionnel.

Jour du houmous, chaque recette raconte une histoire

par Eleonora Cozzella



Petra, le point de départ du triangle d’or

De bonne foi, William et Kate ont choisi la scène principale pour chaque voyage en Jordanie, Pétra. Patrimoine de l’Unesco et nichée parmi les sept merveilles du monde moderne, la véritable ancienne capitale des Nabatéens est une expérience de voyage unique. Un mythe a été promu dans tout le site, dévoilé au monde en 1812 et situé dans les montagnes près du village de Wadi Mousa, qui a émergé au fil des ans dans les hôtels, les restaurants, les visites nocturnes aux chandelles, les cours de cuisine locale. Il existe également des circuits ad hoc structurés qui permettent, en quelques jours et avec un budget réduit, de se plonger rapidement dans un Univers unique. Au fil du temps, avec Acaba et au merveilleux désert du Wadi Rum, désormais l’un des points du « triangle d’or », comme disait la devise inventée dans les années 2000 pour envoyer au sud de la Jordanie.

Touristes devant El Khasneh (Échiquier), le monument le plus célèbre de Pétra (@Yahya Arhab / Epa)

Aujourd’hui, grâce aux nouvelles politiques de développement et aux liaisons directes vers Aqaba, le sud est désormais une destination idéale pour un long week-end. D’une ville à plus de vingt kilomètres de la mer Rouge (le seul débouché vers la mer dans le Jourdain), Aqaba a doublé de taille : et le centre historique est toujours magiquement petit. village de maisons blanches près du fort par lequel s’est déroulée la révolte arabe de 1916, il s’installa au sud dans la baie de Tala, une nouvelle zone de complexe de luxe pour ceux qui veulent découvrir les fonds marins colorés du parc marin et son musée militaire sous-marin, le musée militaire sous-marin il a été ouvert en 2019 en coulant des réservoirs et des véhicules militaires pour devenir des colonies de poissons et de coraux.

Al-Ula, Pétra saoudienne en route pour les pèlerins (et les nouveaux visiteurs)

par Giordano Stabile



A moins d’une heure de route, le désert du Wadi Rum d’une destination pour un voyage rapide c’est maintenant la meilleure destination pour passer au moins une nuit. Dans les camps de tentes, des plus simples comme Al Sultana pour ceux d’entre vous qui dorment dans la scène merveilleuse (et très demandée) bulles transparentes, le soir des explorations guidées du ciel stellaire sont organisées. Au lieu de cela, les têtes du désert sont fixées au coucher du soleil, à bord de camionnettes tout-terrain roulant sur du homard – du sable coloré parsemé de formations rocheuses exploitées par le temps. Beaucoup contiennent encore des inscriptions anciennes laissées par les caravanes et les nomades, ainsi que des cartes en pierre utilisées par les érudits pour reconstruire les colonies du passé. Aujourd’hui, le Wadi Rum est une Réserve Naturelle protégée, donc soumise à des restrictions qui le protègent des risques potentiels de surtourisme.

Et c’est le bon endroit pour le goûter aussi art bédouin: du zaarbe, un plat de poulet ou d’agneau cuit dans une poêle placée dans le sable, de façon traditionnelle mansaf à base de mouton tendre cuit dans un bouillon préparé avec jamid, un type particulier de yaourt sec qui est ensuite dissous dans l’eau de cuisson. Le secret de la préparation réside dans cet ingrédient étrange, à base de lait de chèvre salé, laissé à sécher et façonné en un œuf rond et ferme. Facile à transporter lors de longues traversées du désert, le jamid est ensuite liquéfié avec l’ajout d’eau au moment de l’utilisation.

Il mansaf (@Evan Carroll)

Le mansaf, considérez Le plat national jordanien, accompagne toutes les cérémonies et les mariages bondés ne manquent jamais. Il est servi sur du khobz, le pain bédouin très fin cuit sur des disques de fer rouge et placé sur de grandes assiettes de service. Du riz et de la viande sont ajoutés au pain, saupoudrés de délicieux pignons de pin sautés et trempés dans du jamid. Au centre se trouve la tête du bélier, destinée à l’invité d’honneur qui sert, comme les autres convives, du plat commun, en mangeant strictement avec sa main droite. Moins poétique mais certainement plus pratique que la version en vogue ces derniers temps dans le centre d’Amman, où se trouve le mansaf est devenu la nourriture de rue et est servi en portions individuelles pratiques pour la marche.

Les nouvelles tendances : nature et harmonie

Pionnier de la protection de l’environnement au Moyen-Orient avec la mise en place de Société royale pour la conservation de la nature en 1966, la Jordanie se concentre sur le tourisme éco-durable et invite les visiteurs à découvrir ses espaces naturels.
Outre le Wadi Rum et le Dana, la première et la plus connue des réserves de biosphère à quelques kilomètres de Petra, durabilité et nature prolongent le séjour de la Mer Morte, le lac salé situé à moins de 400 mètres sous le niveau de la mer. En plus des hôtels avec centres de bien-être, chalets écologiques ils sont une alternative moins confortable mais respectueuse de l’environnement, non loin de l’accès sud à Wadi Mujib, la gorge creusée par la rivière biblique Arnon. D’avril à octobre, le trek « humide » dans la partie supérieure de ce canyon s’accompagne du trek « humide » sur lequel le roi Abdallah s’est également mesuré : depuis les rives de la mer Morte en quelques heures vous gravissez le canyon accroché à cordes qui aident à surmonter les différences de hauteur, les cascades et les courants.

Côté jordanien de la mer Morte (@Nicoletta Diamanti)

De part et d’autre du canyon, la route menant aux sources chaudes de Hammamat Ma’in est une succession, semblable à celle menant au fort de Macheron. nuances d’ocre, de rose et d’ivoire. Sans couture, ces couleurs chaudes racontent la beauté d’un pays qui a parfois peu de vert. Au moins jusqu’à ce que vous pointiez vers le nord. Près de la vallée du Jourdain, l’eau recouvre les plaines cultivées et la hauteur des forêts (celle de Dibeen semble avoir été arrachée au rivage méditerranéen).

C’est ici Le sel, qui a récemment inclus l’Unesco dans les sites du patrimoine mondial, dont six sont réalisés en Jordanie. Elle a tenu pendant quelques mois le sceptre capital de l’émirat naissant de Trasjordanie, puis l’a transmis à Amman, mais a conservé son rôle de riche centre caravanier dont les rencontres et les échanges commerciaux ont conduit à la coexistence interculturelle et interconfessionnelle. Son beffroi et ses minarets offrent aujourd’hui la toile de fond d’un parcours insolite et très intéressant. Donné Sentier de l’harmonie, le sentier de l’autre, et serpente à travers d’anciennes habitations ottomanes devenues musées et maisons d’hôtes, des monastères où l’accès aux bancs d’école était garanti à tous, quelle que soit la religion, mais aussi entre les mosquées et les églises où les gens priaient ensemble. Au centre de la ville se trouve la place, comme dans tout village historique qui se respecte. Le sel est une coupe transversale de traditions et de siècles, dans laquelle il y a une pause pour découvrir que le temps s’écoule à des vitesses différentes dans ces régions. Une fois appris, il offre une expérience précieuse pour visiter ce merveilleux pays.

Information

www.it.visitjordan.com C’est le site officiel de l’Office du tourisme de Jordanie

Chemin de la Jordanie

En trois formules – vagabond, explorateur, expert – il s’adresse aux voyageurs individuels et permet l’achat d’un forfait comprenant un visa touristique et l’entrée sur les principaux sites

À la table

Cours de cuisine du Moyen-Orient à Petra Kitchen (@Nicoletta Diamanti)

A Amman, la cuisine jordanienne se décline au pluriel : de la street food Haïsim, célèbre pour son falafel, et trois Habiba, en haut de la pâtisserie, avec les recommandations exclusives du restaurant Souffrance ou plats traditionnels de Tawaheen Al Hawa, où vous pourrez déguster du poulet musakhan, cuit avec du sumac et de l’oignon, saupoudré de pignons de pin et servi sur de douces feuilles de pain tabou. A Petra, les recettes locales sont apprises de La cuisine de Petra.

Visites organisées

Donné Ma Jordanie et est un catalogue de recommandations de groupe ou individuelles pour les passionnés d’archéologie, de cuisine et d’aventure qui préfèrent une visite structurée.

À lire également  Vient de paraître «Gens de boxe» de Pierre Ballester : Azdine Ben Yaâcoub, l'Arabe du coin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *