Aller au contenu
Accueil » Actualité » Vent d’autan, marin, tramontane, mistral : savez-vous bien faire la différence ?

Vent d’autan, marin, tramontane, mistral : savez-vous bien faire la différence ?

Ils soufflent sur le littoral, en montagne, dans les plaines ou l’arrière-pays : les vents sont multiples, mais savez-vous bien les distinguer ? Comment se forment-ils? Pourquoi les appelle-t-on ainsi et quand pouvez-vous les croiser ? On fait le point avec Florence Vaysse de Météo France.

Au début de la semaine, le radeau d’évents ont été enregistrés jusqu’à plus de 120km/h dans la région de Castres. Le nom de ce jeune rebelle qui se balade à toute vitesse et place les départements du Tarn et de la Haute-Garonne en vigilance orange s’appelle le vent d’autan. Mais qui est-il et connaît-vous ses compères ?

L’autan

L’autan est un vent du sud-est de la France qui vient de la mer Méditerranée et sévit généralement jusque dans le Midi toulousain. Il tire son origine du mot latin altanus qui signifie « vent de la haute mer », rien que ça. Il souffle en général près du Carcarais jusqu’à la zone toulousaine et du sud du Massif Central jusqu’en Dordogne. Sa vitesse est de 30 à 40km/h en moyenne mais il atteint parfois les 110 km/h en rafales comme hier soir.

Il existe deux types d’auautan : l’autan « blanc » qui est sec et associé au beau temps. Il naît souvent de l’existence d’un anticyclone sur l’Europe centrale qui s’étire jusqu’à la France. Quant à l’autant dit « noir », rien à voir avec sa couleur, c’est un vent plus chaud et humide accompagné de nuages ​​​​et annonciateur de mauvaises nouvelles comme la pluie ou l’orage. Il souffle d’est en ouest.

À lire également  Les forces frontalières britanniques pourraient déclencher une grève contre le plan de « refoulement » de l'immigration et des réfugiés d'asile

Le marin

Il est associé au marin qui appartient lui aussi au groupe des vents issus de la Méditerranée. Il souffle du sud-est vers le Languedoc. Florence Vaysse, reprise par Météo France dans les langues du Languedoc-Roussillon explicite « que c’est un vent humide avec parfois de la grisaille ou de la brume« . Son privée précède de quelques jours la venue des perturbations méditerranéennes voire d’épisode  » cévenol « .

Le mistral

On en vient désormais au mistral. Le fameux. Il tire son origine du mot latin magister qui veut dire « maître ». C’est un vent régional froid et sec. Il se déplace du Rhône et de la Provence jusqu’au littoral méditerranéen. Il souffle à une vitesse moyenne de 50km/h et monte, parfois, jusqu’à plus de 100km/h par rafales. Florence Vaysse dit de lui qu’il « ne regarde que les régions de la Vallée du Rhône vers le Biterrois et apparaît, en moyenne, soixante jours par an ». De la patience pour ceux qui le croisent car il peut durer jusqu’à plusieurs jours de suite, voire une semaine.

La tramontane – le cer

Enfin, celui qui vient s’appelle la tramontane. Il est considéré comme un vent violent et sec, et soufflé du secteur du nord-ouest, canalisé entre les Pyrénées et le Massif central. Il prend aussi le nom de cer quand il souffle dans l’Aude. Les rafales tramontanes peuvent servir à seulement 140 km/h. Mais cette fois-ci, ouvrez grand vos yeux : « Comme le mistral on observe souvent ces vents après le passage d’une période de perturbation », déclare Florence Vaysse. « Ce sont des vents fréquents avec plus de 140 jours par an, en moyenne, à Narbonne ».

À lire également  Montpellier : Emmanuel Macron était à la Paillade exprimant un an. Quel reste-t-il de sa visite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.