Aller au contenu
Accueil » Actualité » Une femme britannique accusée d’avoir inventé des allégations de viol collectif à Chypre après l’annulation de sa condamnation Chypre

Une femme britannique accusée d’avoir inventé des allégations de viol collectif à Chypre après l’annulation de sa condamnation Chypre

Une Britannique accusée de viol collectif dans une station balnéaire chypriote a annulé sa condamnation devant la Cour suprême de la Méditerranée.

Deux ans après que l’adolescente de l’époque eut été condamnée à quatre mois de prison avec sursis pour avoir poursuivi pour inconduite publique, le tribunal a rejeté l’affaire, admettant qu’elle n’avait pas bénéficié d’un procès équitable.

« C’est une étape extraordinaire », a déclaré Michael Polak du groupe d’aide juridique Justice Abroad, qui a coordonné l’appel contre la condamnation. « Non seulement pour notre cliente qui a toujours clamé son innocence même lorsqu’il l’a fait ainsi lui a causé la difficulté de ne pas pouvoir rentrer chez elle pendant la longue procédure du procès, mais aussi pour d’autres dans le monde dans des situations similaires. »

L’étudiante, aujourd’hui âgée de 21 ans, a affirmé avoir été violée par jusqu’à 12 Israéliens dans une chambre d’hôtel à Ayia Napa en juillet 2019. Elle a été menacée d’aller devant la Cour européenne des droits de l’homme si une tentative était faite pour blanchir son nom. avant l’échec de la Cour suprême chypriote.

Le verdict de culpabilité reposait sur des aveux écrits dans lesquels l’adolescent retirait sa plainte mais dont l’équipe de défense soutenait qu’elle avait été obtenue sous la contrainte en l’absence d’avocat ou de traducteur après huit heures d’interrogatoire de police.

Même si elle n’était pas à Nicosie pour l’accouchement, la jeune femme, qui n’a jamais été identifiée publiquement, s’est félicitée du résultat dans un communiqué publié par sa mère.

« C’est un grand soulagement d’apprendre que les autorités chypriotes ont identifié les failles de leur procédure judiciaire », indique le communiqué. « Bien que cette décision ne présente pas d’excuses pour la manière dont la police, le juge ou les autorités l’ont traitée, elle espère que la souffrance de ma fille entraînera des changements positifs dans la manière dont les victimes d’actes criminels sont traitées. . »

À lire également  Gruissan : un voilier s'échoue sur la plage des Chalets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.