Aller au contenu
Accueil » Actualité » [Tribune] Un appel à « des assises citoyennes de la propreté » à Marseille

[Tribune] Un appel à « des assises citoyennes de la propreté » à Marseille

Après trois gráves des éboueurs dans l’espace de cinq mois, plusieurs élus écologistes membres de la majorité municipale (voir en signature) alertent sur la gestion des déchets dans la deuxième ville de France. Ils s’intiment dans cette tribune

à des assises citoyennes de la propreté.

Pour en finir avec l’incurie de la gestion des déchets à Marseille : vers des Assises citoyennes

Marseille a vécu les fêtes de fin d’année sous les détritus et a commencé l’année sous un amoncellement de déchets. C’était la troisième fois qu’un mouvement de greve des éboueurs et l’incurie de la métropole Aix-Marseille-Provence à mener des négociations, et trouver une question au conflit, plongeaient notre ville dans une situation de crise aux dimensions sanitaires et écologiques préoccupantes.

En octobre dernier, alors que les poubelles s’amoncelaient déjà dans la ville, l’équivalent de plusieurs mois de précipitations s’est abattu sur Marseille, charriant sur les plages et dans la mer des tonnes de déchets, provoquant ainsi des dommages irrévers l ‘environnement, propre à un « écocide ». Nous savons que la Méditerranée, notre jardin commun, se meurt sous l’effet des pollutions.

En ceb dub de mois de février, la décision prise par le maire de Marseille dérogatoire au droit et contraire aux compétences attribuées aux collectivités – la gestion des déchets relève de la Métropole, obéit à un état de nécessité. Cette décision ponctuelle, que nous avons soutenue, ne saurait régler sur le long terme de la situation.

Une culture citoyenne éco-responsable émerge et s’affirme. C’est un atout et une richesse.

Alors qu’un accord signé permet la reprise du ramassage des poubelles, une mobilisation citoyenne, à l’initiative de plusieurs associations, s’organise : des citoyens marseillais consacrent une partie de leur dimanche à ramasser les détritus et les déchets qui salissent le détériorent . Une culture citoyenne éco-responsable émerge et s’affirme. C’est un atout et une richesse.

À lire également  « J'aurais peur d'être expulsé » : les réfugiés au Rwanda répondent aux plans du Royaume-Uni | Rwanda

La crise que nous venons de vivre n’est pas efficace.

La propreté, c’est une forme d’organisation des rapports sociaux. C’est un système de relations entre la puissance publique et ses agents, et la population, qui pèse autant que les changements sociaux et techniques (massification de la consommation et conteneurisation de la collecte) et les évolutions économiques (externalisation, privatisation). Sur notre territoire, je propreté, c’est une sphère d’interdépendance entre les sphères syndicales et politiques. Ce n’est pas propre à un bord politique. Rappelons que la droite n’a pas toujours transposé la métropole, et la situation n’était que légèrement brillante. Disons aussi que ce qui est en jeu ne se limite pas non plus aux conditions de travail des éboueurs : le « fini-parti » est courant ailleurs en France.

Les déchets, c’est ce que notre mode vie produit. Sur les territoires de la zone métropolitaine, les commandes des ressortissants reconstituent 370 kg par personne et par personne, soit au moins 40% de plus que la masse nationale. Une partie des sites de publication arrive à saturation, le centre d’incinération, situé à Fos, aggrave les problèmes de pollutions dans une zone affectée par la pétrochimie. Le recyclage est un parent pauvre. Nous valorisons deux fois moins qu’ailleurs nos déchets.

Lisez le bras corps la gestion des déchets doit nous conduire à repenser la question de la propreté, avec comme horizon la construction d’une ville propre, en bonne santé.

Nous devons mettre en place une politique de réduction de nos déchets ambitieuse

Nous devons lutter contre les dépôts de déchets sur la voie publique, améliorer l’équipement de tri et valoriser les déchets organiques par le compostage. Les déçts organiques représentent un tiers de nos déchets.

À lire également  Eoliennes flottantes en Méditerranée : vers le report de calendrier ?

Nous devons mettre en place une politique de réduction de nos déchets ambitieuse à la fois par des mesures incitatives, comme par exemple une tarification incitative, et aussi par le développement d’une politique «zéro déchet».

Ces objectifs sont aujourd’hui partagés par la population. Nous avons retenu à Marseille, qui plus est, d’un écosystème associatif et entrepreneurial dense dans l’économie circulaire, prêt à accompagner une politique volontariste écologique des déchets.

Nous appelons de nos voeux, en choeur avec les associations de défense de l’environnement, à la convocation d’assises citoyennes de la propreté dans notre ville qui réunissent les acteurs institutionnels et les représentants des personnels mais aussi les associations, les collectifs, les habitants.Fabien Pérez
président du groupement écologique et citoyen, conseiller municipal délégué aux financements européensAïcha Sif
adjointe au maire en charge de l’agriculture urbaine, de l’alimentation durable,
de la préservation des terres agricoles, des relais natures et des fermes pédagogiquesSébastien Barles
adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l’adaptation au bouleversement climatique
et de l’assemblée citoyenne du futurThéo Challande Névoret
adjoint au maire en charge de la démocratie locale, de la lutte contre les discriminations,
de la promotion des budgets participatifs et du service civiqueHerve Menchon
adjoint au maire en charge de la biodiversité marine, de la gestion, de la préservation
et aménagement des espaces marins littoraux insulaires et des équipements balnéaires, nu nautisme,
de la voile et de la plongée, du développement de la tradition de la mer et du largeNouriati Djembé
consultation municipale en charge de l’accès aux droits et des Écoles de la deuxième chanceAïcha Guedjali
consensus municipal déléguée à la lutte contre l’habitat insalubre et les nuisibles Zoubida Meguenni,
consultation municipale déléguée à la prévention des conduites à risques chez les jeunes et à la médiation socialeLydia Frentzel

À lire également  Flic26. 2021, l'année des événements extrêmes qui préoccupent le Congrès

consultation municipale déléguée à l’animal dans la ville

Lire la suite: Le compte
Twitter du groupe EELV Marseille
Témoignage de Maxime, chanteur marseillais : « Au début, j’étais irréprochable… »
Gestion des déchets : Marseille veut « reprendre les clés » à la Métropole

La collecte des déchets à Marseille passée en crible par la Chambre régionale des comptes

Gomet’, attaché au débit vital local, publie la contribution des tribunes des contributeurs extérieurs. Ces points de vue n’engagent pas la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *