Aller au contenu
Accueil » Actualité » Tribune « Entre terre et mer » du CPIE Bassin de Thau : la pollution plastique en Méditerranée

Tribune « Entre terre et mer » du CPIE Bassin de Thau : la pollution plastique en Méditerranée

Il est aujourd’hui largement connu que la pollution plastique est un fléau pour la biodiversité en général.

La mer Méditerranée n’est pas épargnée par cette pollution et même souvent le triste titre d’être la mer la plus polluée au monde étant donné la forte concentration de particules plastiques dans cette petite mer quasi fermée. Outre l’impact des macrodéchets plastiques sur la faune et la flore via des risques de collision, d’ingestion et d’enchevêtrement, les plastiques se fragmentent en microplastiques, libérant des produits chimiques dans l’eau. Ces microplastiques sont toxiques pour diversifier le milieu marin, et entrer dans le chaiment alimentaire.

Le Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre) a été missionné par le Ministère de la Transition Ecologique, pour la mise en œuvre du réseau national de surveillance des macrodéchets sur le littoral, en appui aux politiques publiques. Ce réseau a pour objectif de collecter des données sur la composition, la quantité et la répartition spatiale des macrodéchets déposés sur le littoral français et l’évolution de cette pollution.

ADOPT’1 SPOT

Vous réalisez 1 à 3 ramassages par an sur le même SPOT ? Adoptez-le ! Adopt’1 spot est un protocole qui permet d’engager des citoyens bénévoles à un nettoyage et un suivi régulier des déchets sur une même zone. L’adhérent s’engage à effectuer au moins 3 nettoyages par an sur un même lieu (ou 1 nettoyage par an avec un engagement sur 2 ans), à caractériser les déchets collectés en utilisant l’un des 4 niveaux de protocoles proposés, à enregistrer ces données sur la plateforme : https://www.zero-dechet-sauvage.org/adopt-1-spot Si votre spot est en Occitanie, n’hésitez pas à contacter le CPIE Bassin de Thau qui anime cette dynamique à l ‘échelle régionale, en partenariat avec MerTerre. Dans le déploiement de vos actions, attention à respecter les espaces naturels sensibles pour être en cohérence avec les actions de préservation des milieux adaptés par les gestionnaires de site.

À lire également  Au moins 19 migrants portés disparus après le naufrage d'un bateau au large de la Libye | Libye

Le réseau comprend aujourd’hui 58 sites de surveillance répartis le long du littoral métropolitain. À l’échelle nationale, l’abondance moyenne, en 2021, est de 653 déchets collectés pour 100 mètres de plage, composés à 86% de matériaux plastiques.

Un impact partiel

La Méditerranée occidentale est une région particulièrement impactée. Depuis 2021, le CPIE Bassin de Thau opte pour des chirurgies macrodéchets sur le Lido des Aresquiers, placez-les dans le cadre national suède. Le Lido naturel des Aresquiers et de Pierre Blanche, est une plage de 8 kilomètres composée principalement de sable et de galets. Située au cœur du site Natura 2000 des étangs Palavasiens, c’est un site naturel protégé, par le Conservatoire du Littoral et ses partenaires. C’est sur ce site que le CPIE Bassin de Thau et la LPO Occitanie, qui est membre du CPIE B, procède à des prélèvements, quatre fois par an, sur 100 mètres linéaires, de tous les macrodéchets visibles.

Composition des déchets

En 2021, les résultats montrent que le nombre de déchets collectés sur ce site est supérieur à l’abondance moyenne nationale. La composition des déchets correspond aux résultats nationaux : une majorité de matériau plastique (coton-tige, mousse synthétique, bouchon et capsule plastique).

En paralyse de ce suivi, le CPIE Bassin de Thau organise également des ramassages citoyens sur d’autres zones du littoral, et en accord avec les gestionnaires de site. Ces données sont centralisées sur la plateforme collaborative Zéro Déchet Sauvage, coordonnée par MerTerre en partenariat avec le Muséum National d’Histoire Naturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.