Aller au contenu
Accueil » Actualité » Tourisme La Route du Jasmin, une opportunité de promouvoir la destination tunisienne

Tourisme La Route du Jasmin, une opportunité de promouvoir la destination tunisienne

« La Route du Jasmin » représente une opportunité importante pour promouvoir la Tunisie, en tant que destination privilégiée pour le tourisme de loisirs, a fait savoir lundi, au port de plaisance de Yasmine Hammamet, le Ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Moez Belhassine.

Il a été souligné à l’issue de la 30e édition de ce parcours croisière international que le ministère a élaboré une stratégie de promotion du tourisme de loisirs, étant donné que la Méditerranée compte plus de 300 000 yachts.

L’objectif est d’augmenter la capacité d’accueil dans les ports de plaisance tunisiens (3500 aneaux d’amarrage, actuellement) et d’améliorer les infrastructures et les services fournis aux plaisanciers, le tout en accordant une attention particulière aux aspects environnementaux ainsi qu’au développement des législations régissant cette activité, a t’il annonce.

Et de rappeler dans ce cadre, que les plaisanciers dépensent environ 20 fois plus que les autres touristes.
Cependant, « les autorisations et les mesures en vigueur sont complexes et entravent même le développement de ce secteur qui reveite d’une importance particulière pour le tourisme et l’économie nationale », ce qui a été souligné.

Belhassine a fait savoir « qu’un conseil ministériel se tiendra ensuite, pour examiner les moyens permettant de promouvoir le tourisme de plaisance et lui permettant de devenir un véritable pilier du tourisme et de l’économie nationale ».
« Le développement de l’infrastructure vétuste de certains ports de plaisance et son financement, sera l’un des principaux axes qui seront évoqués dans le cadre du Partenariat Public Privé (PPP) ou à travers des financements et des investissements étrangers, vu la rentabilité du secteur ».

À lire également  Hérault : l'irrigation, une solution pour ne pas voir disparaître la vigne

De son côté, Borhen Dhaouadi, organisateur de la Route du Jasmin de la côte tunisienne et président de l’Association Tunisienne des Smart Cities (TSC), a rappelé que cette édition avait débuté en août à Toulon (France), pour arriver à la mi- août à Bizerte , avant de larguer les moores vers Hammamet, destination finale de ce croisier. Elle a été chapiteau par la participation de 25 bateaux et yachts, avec à leur bord près de 100 navigateurs venus de France, d’Italie, d’Angleterre et d’Espagne, outre les participants tunisiens.

Il a indiqué que l’association TSC, œuvre en coopération avec le ministère du Tourisme, à valoriser cet événement et à attirer davantage des passionnés, ajoutant que l’objectif est d’attirer environ 5% des navigateurs en Méditerranée, au cours des 10 suivant ans, contre moins de 1% actuellement.

« La réalisation de cet objectif favorisera une augmentation de 1,5% du PIB, ce qui impactera positivement l’économie et la création d’emplois, puisque chaque anneau d’ancrage nécessitera 10 emplois directs et indirects. »

Dhaouadi a recommandé de développer la gouvernance des ports de plaisance, via la réduction du nombre d’acteurs actuellement estimé à 17, pour créer une structure unifiée qui potrait être une « agence pour la promotion du tourisme de plaisance » ainsi que de simplifier les procédures administratives responsable de l’activité.

Il a annoncé que l’Association développera dans le cadre des préparatifs de la 31ème édition de la Route du Jasmin, une plateforme digitale regroupant les différences administratives nécessaires à la participation à cet événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.