Aller au contenu
Accueil » Actualité » six grands voyageurs qui ont parcouru le monde sans laisser de traces

six grands voyageurs qui ont parcouru le monde sans laisser de traces

Il y a des façons de voyager, et il y a des façons de voyager. Les gens ordinaires utilisent l’avion, le train, le bus, le bateau, le camping-car, la voiture et la moto, mais tous, à des degrés divers, laissent une empreinte carbone dans leur sillage. Qu’il s’agisse des carburants qu’ils consomment ou de l’électricité qu’ils utilisent, aucun d’entre eux n’est durable à 100 %. Cependant, d’autres voyageurs ont entrepris de parcourir le monde sans laisser d’empreinte.



Plans et itinéraires pour découvrir la nature de Salamanque à vélo.

En savoir plus

La marche est durable, tout comme le vélo ou le bateau à voile. Et il ne s’agit pas de courts trajets, mais de voyages de plusieurs mois, voire de plusieurs années. De grands voyages, en majuscules. Il n’est pas facile de suivre leur exemple, mais c’est possible. Et voici comment ils s’y prennent.

Sommaire

Dani Ku : neuf ans de vélo autour du monde

« Je n’ai pas trouvé de façon plus intense de voyager », déclare Dani Ku. Un jour de février 2014, cet informaticien de 31 ans a décidé de prendre sa simple voiture pour voyager. VTT et commence à parcourir l’Espagne. Quelque chose lui dit qu’il tombera amoureux de cette façon de voyager et il se dirige vers le Maroc. Il arrive ensuite en Amérique, où il passe cinq ans à parcourir le continent. En Patagonie, il rencontre sa compagne, Judit, une Catalane qui voyage également à vélo, et ils font ensemble le saut vers l’Asie. La pandémie les fait revenir en Espagne, mais elle les arrête juste le temps qu’il faut, car pendant près de deux ans, ils parcourent les Pyrénées, les îles Canaries, l’Islande et toute l’Europe du Sud, pour arriver à la mi-2022 jusqu’en Turquie.

À lire également  Découverte d'une étrange espèce de limace de mer vivant au large des côtes de l'Angleterre et de Cadix



« J’ai toujours pensé que voyager autour du monde coûtait très cher, mais le vélo est apparu par hasard pour me montrer que ce n’était pas nécessaire. Le vélo a des avantages comme l’empathie qu’il suscite chez les gens, tout le monde veut vous aider, le sport et la satisfaction que procure l’effort physique, et c’est aussi un moyen de transport non polluant. Il permet de transporter beaucoup de marchandises et de parcourir des distances considérables, toujours en contact avec la nature et les gens. Si cela vous tente, je vous encourage à essayer et à fixer une date pour franchir le pas, ce qui vous aide toujours à franchir le pas », déclare Dani.

Amaia et Cynthia : l’Amérique en barcostop

Cynthia Rodriguez et Amaia Zuriarrain se trouvaient à Ushuaia, en Argentine, lorsqu’elles ont découvert les barcostop. Ils voulaient aller un peu plus loin, à Puerto Williams (Chili) pour faire une trekking, et on leur a parlé de la possibilité d’embarquer à bord d’un voilier pour faire de la randonnée. barcostopEt c’est ce qu’ils ont fait. C’est là, à 600 km de l’Antarctique, qu’ils sont rattrapés par la pandémie. Lorsque, plus de deux mois plus tard, l’île s’est ouverte, ils ont rejoint un autre capitaine qui cherchait des assistants navigateurs et, pendant deux mois, ils ont navigué dans les eaux vierges de la Patagonie. Ils ont tellement apprécié l’expérience qu’ils ont navigué vers d’autres régions des Amériques et ont même passé six mois dans les Caraïbes, entre Sainte-Lucie, la Martinique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint-Martin et Antigua. Ils ont également traversé l’Atlantique des Caraïbes vers l’Europe. Ils savent désormais qu’il ne s’agit pas d’un voyage, mais d’un nouveau mode de vie.



« Tout a commencé par hasard, car nous ne savions même pas qu’il était possible de voyager sur un voilier sans formation. Mais nous avons vite vu que les propriétaires des bateaux proposaient de participer en tant qu’équipage à bord, ce qui nous a encouragés. De plus, le COVID-19 venait d’arriver et soudain, se déplacer en bateau s’est avéré être un moyen durable, y compris en termes de santé », se souvient Cynthia. « La navigation et la boatstop est une façon totalement différente de voir le monde, nous vous encourageons donc à l’essayer, même s’il est vrai que la voile n’est pas pour tout le monde. Si vous êtes passionné par la mer et que vous voulez essayer quelque chose de différent, c’est pour vous. Et c’est aussi très recommandé pour ceux qui veulent apprendre à se connaître et se mettre dans des situations un peu extrêmes », encourage Cynthia.

Bego García : 5 ans de vélo autour du monde

Bego et son compagnon Hugo ont parcouru 70 000 km à vélo autour de quatre continents en cinq ans. Tous deux sont originaires de Donosti et sont passionnés de voyages. À tel point qu’après avoir beaucoup voyagé et visité de nombreux endroits, ils ont un jour décidé de se mettre au vélo. Ils ont traversé l’Europe, la Roumanie, la Turquie, Chypre, l’Iran et l’Asie centrale jusqu’au sous-continent indien. Après la Birmanie, ils ont traversé le plateau tibétain et toute la Chine, du sud au nord, jusqu’à la Mongolie. Viennent ensuite la Corée, le Japon, les Philippines, l’Indonésie, le Timor oriental et le Canada. De là, le Mexique et l’Amérique centrale ont clôturé un voyage inoubliable.



« Les gens parlent toujours de la sensation de liberté que l’on ressent en se déplaçant à vélo, sans se presser, en choisissant l’itinéraire que l’on veut, de manière durable et respectueuse de l’environnement, proche des gens… Et c’est vraiment tout cela et bien plus encore. C’est le contact avec la nature, c’est se déconnecter des réseaux sociaux, c’est se sentir vivant, c’est réapprendre à vivre avec peu, c’est apprécier la simplicité et l’austérité », nous dit Bego. « Voyager à vélo avec une tente et un réchaud dans les sacoches est très économique et gratifiant. En réalité, nous souffrons plus dans notre tête en anticipant les problèmes et les maux qu’en réalité, et la vérité est qu’une fois sur la route, tout est beaucoup plus simple que ce que nous imaginions.

Guadalupe Muñoz : à pied vers le Monténégro

Guadalupe, à 23 ans, est partie à pied, a traversé les Pyrénées puis les Alpes, et a atteint le Monténégro. Une expérience aussi belle que difficile. Et comme si marcher seule, dans la douleur et pendant des mois n’était pas un défi suffisant, elle s’est fixé une exigence : traverser les zones les plus naturelles et les plus montagneuses qu’elle pourrait trouver sur son chemin. Elle a appris à être reconnaissante pour tous ces moments où elle a été nourrie, où quelqu’un lui a souri ou où elle a pu marcher au soleil. Et même lorsqu’il marchait sous la pluie pendant des jours, il souriait parce qu’il pouvait faire ce qu’il voulait.



« Pour moi, il s’agissait d’un besoin de me retrouver. Nous avons tellement de distractions dans notre vie quotidienne que nous nous oublions souvent, nous oublions ce que nous voulons, qui nous sommes et pourquoi nous faisons ce que nous faisons. La marche est un rythme naturel qui permet de revenir à soi, de ralentir et de regarder les choses avec plus d’attention. Pour moi, la marche m’a permis de me connaître à nouveau », explique Guadalupe. « La marche est différente parce qu’elle est plus lente et que l’on prête une attention particulière à ses sentiments et à ses émotions, ce qui est intéressant mais aussi difficile parce que l’on voit des choses que l’on n’aime pas chez soi. Ce qui est bien, c’est qu’on a l’occasion de travailler sur ces choses, d’avoir une vision plus claire de sa vie et de se retrouver soi-même.

Atlán : 19 mois à pied aux Canaries

À l’âge de 21 ans, Atlán entame un voyage à pied à travers l’archipel des Canaries à la recherche de la simplicité. Il abandonne tout et commence à vivre de la manière la plus essentielle possible et, après 19 mois, il a parcouru 3 000 km en marchant dans tout l’archipel, le long de la côte et à l’intérieur de chaque île. À chaque pas, il devenait de plus en plus sauvage et découvrait les îles Canaries, le véritable protagoniste de cette histoire. Cependant, il découvre une autre réalité, celle des déchets, et motivé par un sentiment de rage et de douleur, son aventure devient un projet éducatif et une critique sociale par nécessité. Atlán a commencé à ramasser tous les déchets qu’il trouvait sur son chemin et, au total, il en a collecté 9 tonnes.



« La marche est le moyen de transport originel, primordial. C’est ainsi que l’on peut faire l’expérience d’une vie dépouillée, immatérielle et essentielle. Je marche parce qu’il n’y a pas besoin d’aller plus vite, parce que le confort, la vitesse et la technologie sont des artifices qui salissent l’expérience et lui enlèvent de sa netteté », explique Atlán. « Les mots n’ont jamais pu changer personne, seulement les gestes. Et être marcheur est une façon d’exister », conclut-il.

Dani, Amaia, Cynthia, Bego, Guadalupe et Atlán ont en commun une façon de voyager qui leur permet de parcourir le monde sans laisser de traces. Mais ce n’est pas tout, car tous, ainsi que d’autres grands voyageurs, participent en tant qu’orateurs à l’événement Conférence de l’IITA sur les grands voyagesun événement qui, depuis 10 ans, réunit les amoureux du voyage pour partager des expériences, des vécus et une même passion. Une rencontre où l’esprit voyageur qui les a poussés à partir est contagieux et d’où, comme à chaque édition, de nouveaux voyageurs sortiront avec une seule idée en tête : « S’ils peuvent le faire, pourquoi pas moi ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *