Aller au contenu
Accueil » Actualité » Sète : Paul Valéry, un nature trop sèche et le festival Voix Vives

Sète : Paul Valéry, un nature trop sèche et le festival Voix Vives

La pluie tant attendue est finalement tombée.

Paul Valéry a écrit : « Pour un poète il ne s’agit jamais de dire qu’il pleut. Il s’agit…de créer la pluie ». Une citation savoureuse à plusieurs titres, étant donné les circonstances. En effet, il n’a pas échappé aux amoureux de la poésie et des belles lettres que se décolle, jusqu’à aujourd’hui, samedi 30 juillet, le festival de poésie « Voix Vives de méditerranée en méditerranée ».

Les vannes du ciel

Il n’a pas échappé non plus aux observateurs de la nature, et à celles et ceux qui en dépendent directement ou indirectement, que, pour la première fois depuis longtemps, le ciel a eu la bonne grâce de « créer la pluie ». Une averse qui s’est produite, hier matin, et à laquelle, soit dit en passant, festivaliers et organisateurs ont eu la chance d’échaper depuis le vendredi 22 juillet, date de début du festival. Une occasion pour suggérer au félibre de contrôler les vannes du ciel qu’après Voix Vives, quelques averses sur une nature trop sèche, sérient les bienvenues.

À lire également  La France va demander à la Commission européenne d'ouvrir un litige contre le Royaume-Uni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *