Aller au contenu
Accueil » Actualité » Sète : le remorqueur Abeille Méditerranée en escale quai d’Alger

Sète : le remorqueur Abeille Méditerranée en escale quai d’Alger

L’Abeille Méditerrannée, nouveau remorqueur d’intervention affrété par la Marine nationale auprès de la société Abeilles International est à Sète, quai d’Alger, jusqu’au 20 juillet dans le cadre d’une tournée inaugurale.

Face aux 91 mètres de long de ce navire « on est comme des gamins » assure, le sourire aux lèvres, Gille Boidevezi, vice-amiral d’escadre. À la manière d’un navire de croisière, l’Abeille Méditerranée bouche la vue qu’offre habituellement la rue de la Savonnerie sur le quai d’Alger depuis son arrivée, le 19 juillet.

Toujours sur le même ton plaisantin le commandant Didier Arres-Igor compare ce nouveau remorqueur à une voiture. « Je préfère garer ce bateau que faire un créneau ». De plus, il a rencontré en avant l’augmentation de maniabilité parmi les améliorations qu’apporte ce navire de nouvelle génération, « avec la tournée on est rentrés dans plusieurs ports exigus sans problème ».

La relève

À bord, le cockpit offre une vue à 360° avec deux postes de pilotages, un à l’avant et un à l’arrière, pour assurer une visibilité dégagée sur la manœuvre de remorquage.

Pour le vice-amiral d’escadre Gille Boidevezi, la société les Abeilles international a profité « d’un prix d’occasion bas lors de l’appel d’offres » pour ces navires qui datent de 2010. Acheté en 2021, l’ ancien navire norvégien d’assistance aux plateformes pétrolières a été transformé et adapté aux cahiers des charges d’un remorqueur à Kiel en Alemagne.

L’Abeille Méditerranée à pour but d’opérer de la frontière espagnole jusqu’à la frontière italienne en passant par la corse. Il vient remplacer l’Abeille Flandre qui officiait depuis 1979, également un ancien navire d’assistance aux plates-formes pétrolières. Ce remorqueur d’intervention d’assistance et de sauvetage (RIAS) a pour principale mission d’aider les navires en détresse et vient « s’adapter au gigantisme » du trafic maritime selon Gille Boidevezi.

À lire également  Sète : le parti socialiste demande l'annulation du projet de parking place Aristide-Briand

Diverses missions

Il peut aussi secourir les migrants en détresse « comme le fait son jumeau dans la manche » (l’Abeille Normandie). A bord, deux canons à eau de « 2400 m3 heures » sont disponibles pour intervenir sur des feux en mer. Sur des cas de feu à terre, le commandant estime pouvoir intervenir « pour l’évacuation des populations ».

L’aménagement du pont a été organisé pour faciliter les manœuvres de remorquage avec deux treuils d’une capacité de traction de 280 tonnes. À titre de comparaison, le plus grand navire de la flotte de remorqueurs espagnols peut tirer jusqu’à 228 tonnes. Le pont est recouvert de bois pour amortir les éventuelles chutes de câbles et mains courantes « qui pèsent plus de 200 kg » selon le commandant.

Deux pièces ont aussi été installées sur le pont pour effectuer un « premier diagnostic des naufragés ». La capacité d’accueil du remorqueur et de 700 passagers pour 12 membres d’équipage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *