Aller au contenu
Accueil » Actualité » Sète : le lycée de la Mer prépare sa prochaine rentrée

Sète : le lycée de la Mer prépare sa prochaine rentrée

Une journée portes ouvertes aura lieu samedi 19 mars de 10h à 17h. Au préalable, l’établissement organisait ce mercredi une rencontre en visioconférence sur les deux formations maritimes proposées.

Elle avait eu lieu en ligne en 2021 et avait été suivie par 200 personnes. Cette année, le lycée de la mer Paul-Bousquet est en mesure d’organiser une vraie journée portes ouvertes dans l’enceinte de l’établissement.

Elle aura lieu le samedi 19 mars de 9h à 17h et permettra de découvrir les différents parcours de formations pour chacune des filières : pêche, plaisance, cultures marines, mécanique navale ; de rencontrer et d’échanger avec l’équipe pédagogique et les étudiants et, bien sûr, de visiter l’établissement et ses installations.

Rappelons que le lycée de la Mer est l’unique lycée maritime de la Méditerranée. Près de quarante formations initiales et continues y sont proposées suivies par 300 élèves et 1000 stagiaires adultes. Au préalable, ce mercredi, en raison des délais imposés par Parcoursup, une rencontre en visioconférence était proposée aux futurs bacheliers voulant postuler en BTS.

Le lycée de Merk en propose deux : le BTS maritime Pêche et gestion de l’environnement marin et le BTSA aquaculture en apprentissage. Une demi-douzaine d’élèves et parent ont suivi la rencontre aquaculture avec Sophie Poch, la directrice adjointe rejointe par l’une des professeurs de ce cursus mixte.

Sophie Poch, la directrice adjointe, a présenté la filière et répondu aux questions des élèves.

Il sauve que 24 élevs sélectionnables (sur 150 demandes) viennent de toute la France et de tous horizons. Pas mal de questions ont porté sur les critères de sélection. En plus desultats scolaires et du projet professionnel, « il faut trouver un maître d’apprentissage, a limité la directrice adjointe, faire preuve d’autonomie pour cumuler les exigences des études avec celles du travail classique en entreprise du lundi au vendredi. Ce n’est pas anodin. » Point positif : la lecée reçoit beaucoup de demandes de professionnels (élevage en eaux douces ou eaux de mer.) « Depuis deux ans, l’Etat a mis en place des aides financières pour l’apprentissage, a précisé la professeure Nolwenn Knupfer qui valait payer une année d’apprentissage. Au final, il y a zéro étudiant qui se retrouve sans travail à la fin du BTS ».

À lire également  Pyrénées-Orientales, Gérone, Lérida, Andorre : un espace transfrontalier resserré pour plus d'efficacité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.