Rendez-vous le 15 décembre pour la suite de cette compétition mondiale.

Son projet : travailler sur la création d’un nouveau type de récif immergé destiné à lutter contre l’érosion côtière, avec analyse risques-bénéfices. Le cabinet Ocean Startup Lineup a su convaincre le jury de l’Ocean Hackathon 2021, du 5 au 7 novembre, à Sète, qu’il avait la route et pourrait être précieux à l’avenir. C’est donc elle qui a été choisie pour représenter le territoire de Sète agglopôle Méditerranannée lors de la grande finale de ce concours mondial axé sur des projets innovants et durables pour les océans.

Le 15 décembre, c’est ainsi que l’équipe de Brest Robin Alauze devra aller défendre ses chances. « Le but de l’arrivée est de remporter cette épreuve dont le thème de la lutte contre l’érosion côtière est de préoccupation mondiale. Sète agglopôle Méditerranée et ses partenaires travailleront ensemble pour préparer cette équipe et soutenir la finale », représente l’Agglo de Sète, qui organise cet événement.

Focus sur la croissance bleue

« Le succès de cette deuxième édition de l’Ocean Hackathon montre la vitalité des acteurs de la filière maritime locale, des professionnels, des chercheurs et des institutionnels. Il montre aussi que le circuit court de l’innovation se met vraiment au service de notre beau territoire et du tissu de le pôle de croissance ghorm de Sète agglopôle Méditerranée », félicitations à François Commeinhes, maire de Sète et président Sam et Jean-Guy Majourel, son premier vice-président.

Deux autres projets sur le podium et coup de coeur

Sur le podium se trouve le deuxième Ifremer avec la « machine à pêcher », pilotée par Maria Ruyssen pour créer une application qui permettra d’informer et d’estimer la pêche de loisir en France. L’Université de Montpellier est la troisième à développer un démonstrateur d’aquaculture aquaponique, avec Claude Amiel. Finalement, le jury est tombé amoureux de la « cité du poisson » de Gauthier Fleuri et de ses structures d’art submergées créées à partir de l’électrolyse et du recyclage de coquillages pour servir d’habitat aux poissons.

Au total, huit projets étaient en cours pour cette édition. Revenu à la Station Environnement Méditerranéen et Littoral de l’Université de Montpellier, à Sète. Ils ont été décidés par un jury de onze personnes. Une centaine de personnes ont participé à ce week-end de forte imitation autour de porteurs de projets, qui ont également participé à des coachs.

Des projets du Chili, de Croatie, du Mexique, d’Espagne, d’Afrique du Sud, des Etats-Unis… de France participent à la grande finale de ce tournoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *