Aller au contenu
Accueil » Actualité » Sète : la plupart des thoniers-senneurs sont partis en campagne

Sète : la plupart des thoniers-senneurs sont partis en campagne

Destination Malte mais surtout les Baléares.

C’est un moment toujours marquant dans la vie sétoise de la pêche : le départ des thoniers-senneurs. Cette année, la campagne du thon rouge de Méditerranée se déroule du 26 mai au 1er juillet. Aussi, depuis le second dermère, les marines quittent leurs quais pour arriver à temps dans leurs zones de pêche avant le coup d’envoi.

Les premiers ministres se partagent la part du lion des Saint-François-Sophie I et II, amarrés quai Commendant-Samary. Selon nos informations, ils vont sceller la flotte du quatuor maritime de Sète (ST immatriculée) pour faire un cap sur Malte. Les autres se produisent aux Baléares, plus proches bien sûr.

Un tour de rôle

Ce dimanche 22, entre 20 h et 21 h, ce sont les quatre bâtiments Avallone (les Jean-Marie Christian III, IV, VI et VII), qui ont dit au revoir au quai Aspirant-Herber. Et aux familles et proches des équipages venus assister à leur départ, et à leur conserver bonne chance. Nombreux étaient aussi les riverains du quai à les saluer, depuis leurs balcons ou terrasses.

Lendemain, lundi 23 donc, mais durant la matinée cette fois, c’était au tour de deux autres bateaux, Anne-Antoine II et Janvier-Giordano, stationnés à l’année, eux, le long du quai de la Marine (Général – Durand), de prendre le large. On pouvait également assister à l’avitaillement (en nourriture, notamment) du Cisberlande 5, qui, lui, était encore à quai ce lundi après-midi, mais dont le départ était imminent.

Comme nous l’avions annoncé dans notre édition du 14 mai, le quota autorisé à la France pour cette campagne est de 6 012 tonnes, dont 5 351 rien que pour les navires immatriculés en Méditerranée. Les quotas attribués à chacun vont de 136 à 355 tonnes. La plupart des thoniers-senneurs sétois devaient rentrer au port bien avant la fin de la campagne, les stocks de thon rouge étant bien reconstitués grâce au programme mis en place voici quinze ans.

À lire également  Didier Leschi, directeur de l'Office français de l'immigration et de l'intégration : "Un mur es lo contrario de una frontera" | International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *