Aller au contenu
Accueil » Actualité » Sète : la filière conchylicole progresse et annonce de nouveaux projets

Sète : la filière conchylicole progresse et annonce de nouveaux projets

Pendant près de 2 h 30, jeudi 27 janvier, les représentants locaux, régionaux et nationaux ont présenté leurs avancées et leurs futurs projets pour l’année qui commence.

L’heure est aux premiers bilans pour la jeune filière conchylicole, née à Sète en septembre dernier. Pour cette occasion, le comité de pilotage du contrat s’est réuni ce jeudi 27 janvier à la Maison de la Mer, en présence d’Emmanuelle Darmon, sous-préfète de l’Hérault, qui ne tarit pas d’éloge sur les retours présent par chacun représente des signa teurs. « On ne peut qu’être satisfaits de voir que ce domaine se structure, et qu’il innove pour continuer d’exister », affirme-t-elle.

Une partition de Zoé Mahé, adjointe au SGAR (Secrétariat général aux affaires régionales). « Je trouve ça important de se réunir ainsi, pour évoquer les différents projets et mettre en commun le travail effectué jusqu’ici. »

Tater le terrain

Considérée comme « l’année test », 2021 a permis à cette filière de trouver ses propres acteurs. « L’intérêt est de fédérer les conchyliculteurs autour de projets et d’engagements communs, tout en étant au plus proche de leurs besoins », répète Patrice Lafont, président du Comité régional de conchyliculture de Méditerranée.

Les tables rondes, études et expérimentations ont donc rythmé le quotidien des agents territoriaux et régionaux en charge du dossier, afin de répondre aux attentes des premiers concernés par ce nouveau contrat. Étude de projet d’unité de mise à l’abri des coquillages, participation aux travaux du Réseau d’Observation Lagunaire, communication sur les marques Huîtres et Moules de Méditerranée … Des projets qui suivent les trois grands axes du contrat : adaptation, accompagnement et promotion.

À lire également  Attacco dello squalo in Puglia, l'esperto: "Nessun rischio, il numero degli esemplari è ridotto all'osso"

Programme 2022

L’année 2022 s’annonce donc chargée. Parmi les propositions retenues, certaines sont données en cours de labellisation : la création d’une écloserie-nurserie d’huîtres, d’un observatoire conchylicole, l’utilisation de nouvelles techniques pour répondre aux réglementations sanitaires « très complexes ».

La gestion des déchets est également représentée un axe important de la réunion. Différentes options sont disponibles, comme l’animation ou le broyage et la transformation des coquillages en bêta.

Le Lycée de la mer forme la relève

Le Lycée de la mer a un rôle prépondérant à jouer dans ce dossier. Après différentes tables rondes avec les professionnels de la conchyliculture, l’établissement ouvre une nouvelle formation, sous forme d’un Certificat de Qualification professionnelle. Cette fois-ci, aucun niveau scolaire n’est requis. Cependant, il faudra attester de trois ans d’expérience professionnelle minimum pour y avoir accès. Au programme, mise en place d’un projet, création d’un business plan et cours de gestion d’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *