Aller au contenu
Accueil » Actualité » Sète : des pêcheurs annoncent le blocus du port ce samedi 11 décembre

Sète : des pêcheurs annoncent le blocus du port ce samedi 11 décembre

Ils protestent contre les nouvelles mesures restrictives annoncées au niveau européen.

Avertissement général ! Ce samedi 11 décembre, à partir de 20h, aucun navire ne devrait pouvoir entrer ou sortir du port de commerce. Et pour cause : pour protester contre les nouvelles mesures de restriction de leur activité prévues pour 2022, les pêcheurs sétois, comme tous leurs homologues des autres ports occitans de la Méditerranée française – Port-la-Nouvelle, Grau-d’Agde et Le Grau -du-Roi – ont vraiment décidé un blocus. Et ce à la veille de la réunion du Conseil des ministres européens de la pêche, qui devra se prononcer sur ces mesures.

Les jours de pêche ont été réduits de 183 à 167

Plus gros : déjà réduit chaque année, le nombre de jours de pêche autorisés l’an prochain diminuerait de 7,5%, passant ainsi de 183 à 167 jours. Alors que la seule rentabilité envisagée par les professionnels, qui était de 177 jours, grimpait à 209 jours, en raison de la hausse du prix du gasoil. Ce n’est pas tout. Toujours sous couvert scientifique afin de permettre d’atteindre le RMD (Rendement Maximal Durable) et de conserver les ressources d’hamamélis et de paillis rouge notamment, l’Europe pourrait soutenir l’extension des zones où la pêche est interdite au chalut pendant 6 à 8 mois. Il y en a déjà deux, qui s’étendent sur environ 6 000 km2, dans le golfe du Lion, au large des côtes occitanes.

Quotas

« Réduire le quota des efforts de fond et des filets maillants de fond est aussi un enjeu », souligne Bertrand Wendling, patron de Sa.Tho.An (Sardines, thon, anchois), la coopérative qui regroupe une soixantaine de petits métiers, 19 chalutiers et 14 vendeurs. bourses à thon, dans le but de maintenir un revenu minimum pour les pêcheurs en régulant les prix de vente aux enchères, en délivrant des licences de pêche et en redistribuant les quotas. Sa.Tho.Une des trois OP (Organisations Professionnelles) de la Méditerranée française, et celles d’Agde et du Levant, les trois sont regroupées au sein de l’Amop (Association Méditerranéenne des Associations de Producteurs).

À lire également  Amancio Ortega met en vente un de ses yachts à 76 millions d'euros Économie

« La profession est solidaire, en coordination avec nos confrères d’Espagne et d’Italie, ajoute Bertrand Wendling. Nous sommes au combat. Qui a promis qu’il sera indécis. Et dont l’issue, à l’heure actuelle, reste incertaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.