Aller au contenu
Accueil » Actualité » Séminaire Mendois plein sud avec une vingtaine de chercheurs européens

Séminaire Mendois plein sud avec une vingtaine de chercheurs européens

Dans le cadre du programme Erasmus, une délégation d’enseignants-chercheurs travaillant en milieu rural passe une semaine à Mende à la découverte du territoire.

Ils venaient d’Italie, d’Espagne, de Grèce et du Portugal. Une vingtaine d’enseignants-chercheurs passent une semaine à Mende, accueillie par l’antenne UPDV (Université de Perpignan Via Dominitia). « C’est une bouffée d’air frais, avec un peu de méditerranée dans le climat de la Lozère, admire Monique Commandré, directrice de l’agence Mendoise. Ouvert à nos étudiants mais aussi à l’équipe permanente d’enseignants-chercheurs basée ici. « 

Ils sont animés par un travail commun, dont le but est de rechercher l’ensemble des territoires ruraux et le développement du tourisme et de la culture.

Laurent Rieutort, professeur à la tête de l’IADT (Institut Auvergne pour le Développement Territorial), et membre d’un séminaire international sur les programmes Erasmus, est la base de cette rencontre. « Ce séminaire travaille sur des questions liées à la culture, au développement touristique, au patrimoine et au développement rural », montre Monique Commandré.

Observation du territoire

Lundi prochain, le 29 novembre, se tient une table ronde, avec plusieurs acteurs socio-économiques du territoire : l’office de tourisme, les Scènes croisées, l’agence de développement économique, le réseau Lozère nouvelle vie et le CDT (Comité Départemental du Tourisme).

Puis tous les jours visites : Causse de Sauveterre et gorges, Margeride et travail de la laine, Causse Méjean, etc. A la fin de chaque journée, un temps de séminaire est programmé. Ce vendredi aura lieu une conférence d’un enseignant-chercheur espagnol, tous les étudiants en master seront impliqués.

À lire également  L'Egypte veut devenir la centrale électrique de la région Économie

Martin Gomez-Ullate, anthropologue et chercheur à l’Université d’Estrémadure en Espagne, Lozère. « Nous discuterons de la manière de relever les défis liés aux vulnérabilités démographiques. » L’occasion pour les nouveaux arrivants de commenter les aménagements locaux, et pour chacun d’échanger sur des problématiques communes.

Monique veut promouvoir Commandré « ce que nous mettons en œuvre ici, notamment le master tourisme gestion des transferts, que nous avons créé de manière unique. « Elle espère « dynamique d’échange, projet d’édition commune ».

Pas d’étudiants étrangers

Aucun étudiant Erasmus n’est accueilli cette année en Lozère, en raison de l’état de santé. « On peut encore avancer sur ce sujet, on a plus d’étudiants en mobilité sortante, qui bénéficient de ce programme ou du programme d’échange québécois, que de mobilité entrante », explique Monique Commandré.

Des accords Erasmus existent mais doivent être affinés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.