Aller au contenu
Accueil » Actualité » Ryanair américaine au sol

Ryanair américaine au sol

Chaos dans le ciel et les aéroports des Etats-Unis. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’une expression à la mode, d’une exagération ou d’un point de vue biaisé d’un voyageur sur les retards dans les transports aériens. Southwest, la première compagnie aérienne à bas prix du monde, a dû interrompre complètement ses activités mardi en raison d’éventuels problèmes informatiques qui ont affecté l’ensemble du réseau de vols de la compagnie au cours de la matinée. Le problème était d’une telle ampleur que la direction de la compagnie a demandé à la FAA, la plus haute autorité de transport des États-Unis, de pouvoir arrêter complètement ses opérations, en clouant progressivement au sol tous ses avions.

L’arrêt des opérations d’une compagnie est un problème grave et l’effet domino qui se produit au cours d’une journée, lorsque les avions qui n’arrivent pas à leur aéroport de destination ne peuvent plus assurer les vols suivants, devient un énorme revers pour une compagnie géante. Les chiffres de la compagnie sont énormes : elle dispose d’une flotte d’un peu plus de 770 avions, tous des 737. En comparaison, Vueling, qui n’est pas un géant, fait figure de petite compagnie avec sa flotte de 124 Airbus. La compagnie américaine, célèbre pour son service spartiate, assure en moyenne 4 000 vols par jour, dont la plupart sont des vols intérieurs, ce qui en fait le plus grand transporteur du pays.

En décembre, les retards se multiplient et les annulations augmentent.

La compagnie est née en 1971 dans l’État du Texas, où elle maintient toujours ses services de base un demi-siècle plus tard. Dès ses débuts, elle a choisi de se différencier des autres compagnies aériennes nord-américaines par ses tarifs bas et en proposant un service de point à point, sans correspondance dans les aéroports pivots. Elle se distingue également par l’exploitation d’un seul modèle d’avion pour réduire les coûts et par des cabines à classe unique. Cette philosophie a commencé à être explorée par des entrepreneurs des deux côtés de l’Atlantique. Il y a eu d’autres tentatives, mais celle-ci a été la plus observée.

À lire également  Temps automnal, avec des averses et des orages jusqu'à dimanche dans la plupart des régions du pays et des températures en baisse en Espagne.


Des voyageurs s’enregistrent au guichet de Southwest Airlines à l’aéroport international O’Hare de Chicago, mardi.

AP Photo/Nam Y. Huh

Tony Ryan, créateur de Ryanair, est l’un de ceux qui se sont intéressés au modèle commercial de Southwest. Cette marque, si célèbre aujourd’hui, identifiait au milieu des années 1980 une petite compagnie aérienne régulière qui a commencé son histoire avec un turbopropulseur de 15 places à Waterford, en Irlande. M. Ryan a envoyé l’un de ses conseillers fiscaux au Texas. Sa mission est d’étudier en profondeur les opérations de la compagnie texane et d’essayer de reproduire la formule pour l’étendre à l’Europe. Le jeune cadre, qui a traversé l’Atlantique et est revenu en Irlande plein d’idées, est devenu directeur financier de Ryanair en 1988 et, dix ans plus tard, en est devenu le PDG. Appliquant, avec quelques nuances, la politique radicale de low-cost de Southwest sur ce continent, il crée une autre façon d’opérer et de voler. O’Leary et son approche des affaires ont changé l’industrie pour toujours.

Ce que Southwest a appelé aujourd’hui un « problème technologique » pour désigner la cause de l’arrêt de ses opérations, s’ajoute aux journées noires vécues à Noël dernier, période durant laquelle le trafic aérien s’intensifie dramatiquement dans tout le pays. À partir du 21 décembre, les retards se sont multipliés et les annulations de vols se sont comptées par milliers. L’origine du problème est apparue au grand jour au milieu de la période des fêtes de fin d’année : afin de réaliser des économies, la compagnie aérienne a maintenu un système très obsolète d’affectation des vols aux équipages. Lorsque ce système est tombé en panne, la compagnie a dû recourir à un système téléphonique et manuel pour coordonner une opération gigantesque, ce qui a bloqué les opérations de la compagnie. Le département des transports du gouvernement fédéral a lancé une enquête pour trouver les causes réelles afin d’obliger la compagnie à corriger sa politique. Près de quatre mois plus tard, Southwest démontre une fois de plus la fragilité d’une compagnie aérienne géante dont la structure n’est pas forcément la mieux adaptée à ses besoins lorsque des problèmes quotidiens surviennent.

À lire également  D'Hendaye à Anglet : entre deux paradis du surf au Pays Basque français | Guide du voyageur

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *