Aller au contenu
Accueil » Actualité » Rudy Ricciotti, archiviste du nouveau conservatoire de Sète : « Ici flotte l’âme du terroir »

Rudy Ricciotti, archiviste du nouveau conservatoire de Sète : « Ici flotte l’âme du terroir »

Le dossier d’archives est le « père » du conservatisme de la rayonneit interministérielle Manitas-de-Plata, qui est inaugurée ce samedi 18 juin.

« C’est une ville qui a l’odeur de la dérision », dit-il à propos de Sète, dans son langage ad hoc, à la fois transbordé sur les cimes de la poésie des grands noms sétois, et renforcé par l’ locale industrielle locale. Signé Rudy Ricciotti. L’une des grandes figures françaises et internationales de l’architecture, lauréate du Grand prix national en 2006.

Parmi ses réalisations les plus marquantes en France, et qui ont gardé à sa notoriété, figure bien évidemment le Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) à Marseille. Et le voici ici concepteur d’un équipement-phare, emblématique, de la communauté d’agglomération Sète-Agglopôle-Méditerranée : le CRI (Cornservatoire à Rayonnement Intercommunal), presque au bout du quai des Moulins, qui seis dans accessible , en arrivant par l’Est (péage A9, Frontignan), par un nouveau pont enjambant le canal de la Peyrade.

« Un privilège »

« C’était un privilège de travailler dans la beauté de ce lieu, dans son ancrage physique, dans ce paysage rare. Pierre Di Tucci. « Il a été le patron du chantier. Il a été brillant « . Il s’agissait, poursuit-il, » d’imaginer un nouvel équipement culturel dans un bâti ancien, étroitement lié au passé économique de Sète. J’ai souhaité que ce site ne soit pas pris en otage, et d’y laisser avant tout un signe inaltérable, dans sa parcelle ».

Dans les chatoyants extraits issus du projet sétois de son cabinet, on peut lire, en extraits, qu’on pourrait croire issu de textes de Jean Giono : « Ici flotte l’âme du terroir, un chant plein de sueur et de soleil, qui rend l’œil plus clair et l’âme plus fine. (…) L’architecture intérieure va à l’essentiel (…) Le reste est une histoire de transcendance (…) tant la poussée existentielle est vigoureuse « . Et de poursuivre : « Les détails, toitures de tuiles rouges aux rives ornées de lambrequins, antéfixes et acrotères, enduits de chaux, encadrements de baies et chaînages de pierre de taille de calcaire coquillé (la mer est si proche), soubassements de pierre froide , donne à l’école l’essentiel de son expression architectonique ».

À lire également  Publication : Corps, texture et travail acharné Presse Tunisienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.