Aller au contenu
Accueil » Actualité » Risques d’intempéries dans l’Aude : même les réservistes de l’Armée se préparent

Risques d’intempéries dans l’Aude : même les réservistes de l’Armée se préparent

La délégation militaire départementale de l’Aude organisait ce mardi 13 septembre son séminaire de rentrée au 3e RPIma. Au menu figurait aussi l’aide aux autorités locales pour la gestion de crise, à la veille d’une réunion des maires en préfecture dans le contexte des « pluies intenses méditerranéennes ».

17 réservistes opérationnels et 9 réservistes citoyens : ils sont chefs d’entreprise, enseignants, élés, anciens militaires ayant choisi de s’investir dans les quatre missions de la délégation militaire départementale de l’Aude (DMD11) que sont la jeunesse et la citoyenneté (les cadets de la défense, créés en 2012, seront relancés après les perturbations Covid), la mémoire et le territoire, la relation avec les entreprises et donc l’aide aux autorités locales pour la gestion de crise, comme ce fut le cas en 1999 et 2018, et depuis quelques étés sur le dispositif Sentinelle. Au programme de ce séminaire qui aura permis au Narbonnais, par le lieutenant-colonel Denis Lopez, délégue militaire départemental adjoint depuis le 1euh août (pour suppléer sur le territoire au colonel Benoît Cussac, chef de corps du 3e RPIMa de Carcassonne et commandant), de présenter les dernières orientations stratégiques et de préparer « la saison des épisodes méditerranées ». « Le Préfet de l’Aude peut demander réquisition au préfet de Région, qui s’adresse à l’état-major de la zone de défense et de sécurité Sud à Marseille pour obtenir un ordre d’engagement, lorsque les moyens civils sont insuffisants , indisponibles, inadaptés »a expliqué au lieutenant-colonel Denis Lopez.

Il y a 3 ans, durant une période de grand froid nous sommes allés porter des groupes électrogènes dans les Corbières

Marc-Antoine Baudart, qui s’occupe dans le civil du sourcing de conteneurs de transports en Chine pour le groupe narbonnais Albert (Carrefour, Tridôme) et dans la réserve civile (il est également mandaté par la Garde Nationale) du recrutement dans les entreprises raconte ainsi comment « il y a trois ans, durant une période de grand froid nous sommes allés porter des groupes électrogènes dans les Corbières centrales pour venir en aide aux personnes isolées ». C’est aussi la DMD11 qui participe à l’évacuation sanitaire des malades du Covid, ou qui chaque année foritt de gros engins de chantier aux pompiers à Lézignan, si ce n’est en Gironde en 2022 pour comparer une section du 3e RPIMa.

Marc-Antoine Baudart, réserve civile, est en contact avec les entreprises de l’Aude pour « recruter ».
L’Indépendant – NATHALIE AMEN VALS

C’est aussi la DMD qui a préparé le terrain et le lieu des militaires de l’opération Sentinelle dans le cadre de la lutte antiterroriste. Lui qui tente sur son temps « libre » de mobilisateur dans les entreprises des personnes en mesure d’aider la DMD dans ses missions, sait que dans l’Aude le délai de mobilisation est d’un mois, un délai fixe dans une clause de disponibilité établie avec l’entreprise. « Mais quand il ya eu les attentats de Trèbes, qui ont commeinée par des tirs à 11 h, à 11 h 15 j’étais ici (au 3e RPIMa), en tenue de combat. Notre avantage c’est qu’on connaît le département par cœur, on connaît toutes les routes, on peut aider à l’organisation. »

Une vie d’action, qui se traduira cette année encore, alors que des épisodes diluviens sont prévous en raison du réannement anormal de la mer Méditerranée, par une mobilisation de tous les instants. Une réunion de préparation en préfecture ce mercredi 14 septembre en présence de nombreux maires et de tous les services impliqués dans cette gestion de crise particulière. Lt-Colonel Denis Lopez, engagé à de nombreuses reprises dans des opérations internationales post-catastrophe, corédacteur du premier plan ORSEC de la zone de défense et de sécurité des Antilles, ex-sapeur-pompier de Paris, ancien vice-président du système d ‘alerte aux tsunamis de la Caraïbe avec les Nations Unies, sera assurément de bon conseil.

Réserviste en entreprise : « Ça reste plus simple de libération un pompier »

Pour le Lt-Colonel Denis Lopez, né à Narbonne et qui a signé son premier contrat au centre de recrutement de l’Armée à Carcassonne, réplique la DMD11 est un retour aux sources. Et une manière de s’engager au même titre que les réservistes civils, issus de la réserve militaire, anciens militaires pour le département. Entre les incendies, la protection des points sensibles (Sentinel), l’entretien de la mémoire des maquis, « l’un tenu par des enseignants, l’autre par des mineurs de Salsigne, ce qui montre l’engagement sans faille des Audois », le lien avec la jeunesse, et les catastrophes naturelles … la réserve est une institution très active. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, le « recrutement » s’avère plus facile, mais « ça reste plus simple de libérer un pompier » estime le correspondant réserve entreprise de la DMD11, Marc-Antoine Baudart.

« La loi prévoit selon le nombre de salariés 5 à 8 jours par an pour la réserve opérationnelle ou la réserve citoyenne, mais on en a besoin de 20… Pour l’opération Sentinelle de l’été, deux tiers des hommes sur le terrain sont des réservistes opérationnelles, et puis il y a les formations etc… Mon rôle est d’apporter du conseil juridique aux entreprises, d’explicer le contrat entre l’entreprise et le ministère des Armées. à passer en formation professionnelle, et sur la disponibilité je pense qu’en termes de loyauté, de leadership, de gestion de crise, la réserve apporte une plus-value tant au salarié qu’à l’entreprise qui doit considérer cela comme une formation prize en charge par l’Armée », Marc-Antoine Baudart, membre de la Garde nationale, avec le grade de chef d’escadrons.

À lire également  Méditerranée : le Seavy 11, un catamaran 100% sportif, 100% luxe, 100% Français naît à Canet-en-Roussillon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.