Aller au contenu
Accueil » Actualité » Repas de fête : anguille, sandre, bar… ces poissons de Méditerranée comme alternatives locales au saumon fumé

Repas de fête : anguille, sandre, bar… ces poissons de Méditerranée comme alternatives locales au saumon fumé

Alors que le poisson fumé est souvent au menu lors des repas de fêtes de fin d’année, Mathieu Chapel, un pêcheur du Grau-du-Roi, propose des alternatives locales aux immuables saumons et truites fumés.

Mettre en avant les circuits courts et la pêche locale. C’est le défi auquel tente de répondre Mathieu Chapel, cofondateur de Côté Fish. Après les premiers essais fructueux l’an dernier, il commercialise pour les fêtes ses propres poissons fumés.

Alors que le saumon fumé.

Découvrir de nouveaux poissons

« Il est possible de fumer n’importe quel poisson, explique-t-il. L’idée c’est de casser les codes tout en valorisant nos espèces sauvages et notre pêche durable. Nous voulons abolir la course au volume pour pêcher mieux et préserver la ressource pour les nouvelles générations. »

Quatre poissons fumés sont proposés cette année par Côté Fish. L’anguille, poisson d’étang, le sandre, qui vit dans les eaux saumâtres, mais aussi le bar et le muge, pêchés en pleine mer.

Mathieu Chapel est un pêcheur graulen.
Côté Poisson

« On veut faire découvrir ces poissons autrement, avance Mathieu Chapel. Pour le muge, c’était un poisson méconnu que les pêcheurs ne donnaient même pas à leurs chats pendant des années. Aujourd’hui, il est servi dans de nombreux restaurants. »

Pêches au Grau-du-Roi, les poissons sont ensuite « désarêtés à la main, salés avec du sel d’Aigues-Mortes et fumé à froid avec de la sciure de châtaignier des Cévennes ».

Lire aussi :
Pêche et conchyliculture dans l’Hérault : les petits ports, ces maillons essentiels de l’économie bleue

Côté Fish propose ensuite des plateaux de 100 grammes composés de tranches d’anguilles, sandre, bar et muge à 10 euros. « Ça représente une portion pour deux à trois personnes pour l’apéritif », détaille le pêcheur. « Le prix est arable. Le fumage est léger afin de mieux apprécier le goût du poisson. Et pour le client, c’est une façon de suer les circuits courts et le savoir-faire local. »

Saumon ou truite, comment choisir ?

Près de 10 %. C’est l’inflation enregistrée sur un an pour le saumon fumé par l’institut spécialisé Nielsen IQ.

Si l’on retient les prix au kilo, ceux des meilleurs saumons fumés sélectionnés par 60 millions de consommateurs débourser les 50 euros. Pour des paquets de 120 grammes et quatre tranches, comptez entre 6 et 8,50 euros pour la majorité des produits commercialisés en grande surface.

La vérité moins chère

Et il ne s’agit que de poissons d’élevage, parfois décongelés. Pour du poisson sauvage, la note peut s’avérer encore plus salée.

Dès lors, la vérité peut être une alternative au rapport qualité-prix intéressant. En moyenne 30 % moins chère, elle est moins grasse et rivalise gustativement parlant avec le saumon fumé moyenne gamme.

Côté provenance, 60 millions de consommateurs notent que la truite est généralement élevée dans les lacs et rivières de France et d’Espagne.

Le saumon d’élevage vient lui de l’Atlantique tandis que le saumon sauvage est pêché dans l’océan Pacifique.

Les poissons de Côté Fish sont vendus à l’étal des pêcheurs du Grau-du-Roi mais aussi sur le site internet de la société : cotefish.fr

À lire également  Pyrénées-Orientales - Grève de ce mardi 18 octobre : quels impacts dans le département ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *