Aller au contenu
Accueil » Actualité » Pyrénées-Orientales : après une longue attente, le contournement d’Estagel entre en service ce vendredi

Pyrénées-Orientales : après une longue attente, le contournement d’Estagel entre en service ce vendredi

Après 10 ans de concertation publique et 5 ans de travaux, le contournement routier d’Estagel sera effectif à partir de ce vendredi 8 avril sur la RD117. Une réalisation dans laquelle l’âme touche les camarades des camarades du patronage de François Arago.

Dans le cadre de cette vente du 8 avril, les nuances provinciales de l’intense circulation dans le centre-ville d’Estagel appartiendront désormais au passé. Les 5300 véhicules, dont 500 poids lourds, empruntant quotidiennement la RD117 ne seront en effet plus obligés de traverser la commune par l’ancienne nationale étroite et sinueuse en direction des Fenouillèdes. Après 10 ans de concertation publique et 5 ans de travaux, ce contournement routier, déclaré d’utilité publique en 2012, voit enfin le jour pour un budget de 13,5 M d’€ (financé à 70% par le Département et à 30 % par la Métropole de Perpignan Méditerranée).

Un contour de 1 100 mètres qui a subi la construction d’un pont de 166 mètres pour la construction de l’Agly, de giratoires multiples et d’un mur de 215 mètres carrés de long en gare contrabas. Le tout en locataire compte d’un secours accidenté, de la voie ferrée ou encore de la présence du fleuve. « Travaux ont pris du temps car c’était un concentré de contraintes pour concilier tous les critères. Il a fallu assainir le lit du fleuve, qui était devenu une décharge sauvage, dépolluer le sol, mais aussi tenir compte de l’inscription aux monuments historiques de la chapelle Sant Vicens et proposer un style épuré pour que le pont et le mur de soutenance soyez le mieux intégré au site», amara Amara Richard, responsable du service de l’œuvre au Département, ainsi qu’une piste cyclable de 8,5 kilomètres a également été aménagée entre Estagel et Cases-de-Pène.

À lire également  Pierre-Olivier Costa, directeur de cabinet de Brigitte Macron, nommé à la tête du musée

Il faut voir si ça ne va pas tuer le village

Un contournement qui fait l’affaire de la cave coopérative, idée idéale sur le nouveau parcours au niveau du giratoire du passage à gué. « Ça fait 10 ans qu’on attend ça, c’était devenu nécessaire avec toute la circulation. Quand il y avait trois camions qui passaient en même temps, ça créait des bouchons. Le matin c’était la pagaille pendant une bonne heure avec le passage des bus », relate son président Francis Bonnet, qui en a profité pour rapatrier le caveau de vente et remettre en valeur l’ensemble du site pour jouir du passage.

Au cœur du village, les habitants et commerçants sont quant à eux un peu plus inquiets sur leur avenir. « C’est bien pour les gens qui habitent au bord de la route mais c’est dommage pour les commerçants, ils vont perdre énormément. Une nouvelle zone commerciale devrait aussi être créée à l’entrée au niveau de la déviation mais comment vont faire les personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer, tout ça va tuer le village« , craint Marion, une jeune Estagelloise.

« Je pense que c’est une bonne chose. Avec tous les camions qui descendent du bois de l’Ariège, ça bloquait parfois avec les bus. Après il faut voir si ça ne va pas tuer le village« , estime également Jérémy, alors que la commune compte pas moins de trois boulangeries, autant de bars-restaurants ou encore un fleuriste …

Derrière son comptoir du bar de l’Avenir, Sandrine ne sait pas non plus à quoi s’en tenir. « Je suis mitigée. J’ai des clients qui sont contenus, d’autres qui pensent qu’on va devenir un village désert. En tant que commerce, on avait beaucoup de personnes de passage ou de touristes qui s’arrêtaient pour manger. Beaucoup d’habitants des villages alentour comme Tautavel ou Cassagnes se rendent aussi faire leurs parcours. La question est de savoir si les gens vont continuer à passer nous voir. « 

À lire également  Un an après la fusillade mortelle, la Hcup a décidé de continuer de rêver

« Une bonne chose pour la sécurité des administrés »

Il y a une vingtaine d’années, la création de la voie rapide sur la RN116 permet le contournement routier de Millas. Pour le maire actuel, les conséquences sur les commerces de la ville semblent avoir été limitées, même si toute comparaison avec Estagel s’arrête là.

« C’était il y a longtemps et il ya certainement eu un impact, car le trafic généré toujours des clients, mais je ne suis pas convaincu que ce soit ce qui puisse affecter complètement l’offre commerciale« , estques Jacques Garsau, élu à la tête de la mairie en 2020. En revanche, la commune semble avoir gagné en qualité de vie.

« Le village est moins traversé et sur une circulation un peu plus fluide que s’il y avait le flux complémentaire des véhicules qui montent jusqu’à Prades, par exemple. Dans le vieux centre (l’avenue Jean-Jaurès), deux camions ou deux bus ne pouvaient pratiquement pas se croiser sur 500 mètres, c’était dangereux. Donc il est évident que c’est une bonne chose pour la sécurité des administrés et que ça décongestionne le centre-ville, c’est devenu un peu plus agréable à vivre et je pense que les administrés ne le regrettent pas. « 

À lire également  Bassin de Thau : moustache en viseur pour protéger les locataires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *