Aller au contenu
Accueil » Actualité » Pyrénées-Orientales : 14 tonnes de crabe bleu sorties de l’étang de Canet-en-Roussillon et toujours pas de rémunération pour les pêcheurs

Pyrénées-Orientales : 14 tonnes de crabe bleu sorties de l’étang de Canet-en-Roussillon et toujours pas de rémunération pour les pêcheurs

Les pêcheurs de l’étang de Canet ont la rage ! Tout autant que celle du crabe bleu qui depuis 5 ans colonise la lagune, dévore tout ce qui est à portée de pinces. La solution d’urgence est une pêche intensive, pour espérer réduire sa concentration. Une opération pénible, qui associée à une étude scientifique, devait permettre de rémunérer les petits métiers. Si l’enveloppe de 400 000 euros a été actée, les forçats de l’étang n’ont toujours pas reçu un sou, et sont écœurés !

Le record de 2021 de 10 tonnes est largement battu. En cinq mois cette année, ce sont quatorze tonnes, oui 14 000 kilos de crabes bleus, qui ont été sortis de l’étang de Canet, par cinq valureux pêcheurs. Des femelles grainées, des juvéniles de toutes tailles, des « monstres » pesant jusqu’à 500 grammes pièce, aux pinces acérées, le Terminator de cette lagune catalane est un désastre. Depuis 5 ans, les petits métiers crient leur désespoir, désemparés devant cet envahisseur qui a ruiné la pêche traditionnelle, englouti l’écosystème et anéanti leurs revenus.

Une femelle grainée peut porter jusqu’à 2,5 millions d’oeufs, une calamité pour la lagune son ecosystème et les pêcheurs !
Vé. P

Malgré tout, parce qu’il n’y a pas d’autres solutions, presque chaque jour, les pêcheurs remontent les filets spéciaux qu’ils ont eux-mêmes mis au point (financés par le comité régional des pêches), pour entasser le méchant bleu dans des grosses poubelles noires. « Plus un crabe vert, pas l’ombre d’une anguille, ils sont mêmes capables de manger les pattes des oiseaux qui se posent sur l’eau, c’est du jamais vu », explique encore une fois Jean-Claude Pons, qui connaît l’étang comme sa poche. Sans prédateur, avec pour seul défaut une chaise délicieuse (meilleure qu’un tourteau), le crabe bleu n’intères ni les mareyeurs, ni les restaurateurs, seule la communauté asiatique l’apprécie « en négociant les prix aux plus bas », dit Yves Rouge.

Lire aussi :
Pyrénées-Orientales – Crabe bleu : le coup de colère des pêcheurs de l’étang de Canet-en-Roussillon

Où est l’aide promise ?

Avant la peste, en avril dernier, les politiques s’étaient engagés, dont la région Occitanie (122 000 €), débloquant une enveloppe globale de 400 000 euros sur deux ans. Pour faire court, la moitié de la somme revenant aux scientifiques (Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer et Université de Perpignan), l’autre destinée à la rémunération des pêcheurs, par le biais du porteur de projet le syndicat du Réart. Didier Codorniou, Président du Parlement de la Mer confirme : « Le dispositif a été voté et validé dans la folie ». Mais quatre mois plus tard, rien n’est arrivé !

Hervé, Yves et Jean-Claude, les forçats de l'étang de Canet sont à bout, 5 ans à sortir du crabe bleu et pas toujours pas de rémunération.

Hervé, Yves et Jean-Claude, les forçats de l’étang de Canet sont à bout, 5 ans à sortir du crabe bleu et pas toujours pas de rémunération.
Vé. P

L’explication de ce retard est donnée par Stéphane Hourdez, chercheur à l’Observatoire océanologique de Banyuls, qui a choisi de mener cette étude avec sa collègue Marion Jarraya (UPVD) : « Je comprends l’impatience des pêcheurs, tout est amorcé, je reconnais que ce retard est malheureux, il reste maintenant à finaliser l’administratif… avec encore une convention à signer pour débloquer l’argent et on sera au bout. J « espère que nous pourrons commencer en septembre, avec la collaboration des pêcheurs, qui est indispensable pour les prélèvements ».

Lire aussi :
Crabe bleu dans l’étang de Canet-en-Roussillon : 400 000 euros pour lutter contre sa surpopulation

Pourquoi la lagune de Canet ?

L’objectif pour les scientifiques consistera donc à en apprendre le plus possible sur cette espèce qualifiée de non-indigène, et surtout sur cette incroyable densité relevée dans l’étang canétois. Un phénomène qui est, à ce jour, inédit dans une lagune de Méditerranée.

Stéphane Hourdez, l'un des scientifiques qui va mener l'étude est optimiste et confirme que le dossier administratif va être bouclé d'ici quelques jours, débloquant ainsi l'argent pour rémunérer les pêcheurs en septembre.

Stéphane Hourdez, l’un des scientifiques qui va mener l’étude est optimiste et confirme que le dossier administratif va être bouclé d’ici quelques jours, débloquant ainsi l’argent pour rémunérer les pêcheurs en septembre.
Vé. P

Pour cela, 10 stations de prélèvement ont été choisies sur la lagune, pour un ou plusieurs suivis hebdomadaires. Face à ce crabe, capable de sadapter aux variations impressionnantes de températures et de salinité notamment, les experts vont axer leurs études sur le parasitaire, le développement des larves et leur présence dans le plancton, la nourriture, la reproduction ainsi que l’incidence de l ‘oxygène sur le développement du Collinectes sapidus. Et Stéphane Hourdez de conclure : « On peut espérer une réglementation, mais une éradication semble improbable. D’ici un an, nous devrions avoir des pistes, pour réduire l’impact sur l’écosystème et obtenir des réponses afin de comprendre pourquoi il est malheureusement si bien dans l’ étang de Canet ! ».

Lire aussi :
Invasion de Crabe bleu à l’étang de Canet-en-Roussillon : la bataille est désormais financière !

À lire également  Le Salon de la Tunisie à Lyon ouvre ses portes ce week-end : Authenticité et qualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.