Deux des hommes marocains ont été arrêtés, à leur arrivée au tribunal de Vía Alemania à Palma, après avoir été inculpés de l’épisode qui a forcé la fermeture de l’aéroport de Palma vendredi, lundi prochain.

Le juge de permanence de Palma a prononcé une peine de prison temporaire pour les 12 détenus pour le vol d’un avion marocain qui a atterri vendredi dernier à l’aéroport de la capitale des Baléares en raison d’une prétendue urgence médicale à bord. Le débarquement a dû suspendre le fonctionnement de l’enceinte pendant trois heures. Les détenus ont exercé leur droit de ne pas témoigner devant le juge. Le parquet les accuse de délits présumés de harcèlement, de trouble à l’ordre public et en faveur de l’immigration clandestine et a demandé son admission en prison en raison du risque élevé d’évasion, du manque de racines et de la gravité des peines éventuelles dont ces délits sont impliqués.

Les détenus, qui ont refusé de témoigner devant la police, ont été traduits en justice à midi après avoir séjourné dans les locaux de la police nationale de Palma depuis leur arrestation vendredi à l’aube. Les mineurs ont été transférés dans deux fourgons de police et des menottes ont été données par paires pour entrer dans les locaux judiciaires. Ils ont séjourné dans le fort situé au centre des tribunaux de Vía Alemania de Palma avant de comparaître devant le juge. Après avoir entendu la décision du juge, ils ont été transférés à la prison capitale des Baléares.

Les enquêteurs associent l’atterrissage d’urgence à une publication sur le groupe privé de Brooklyn Facebook, composé de citoyens marocains, dans laquelle un utilisateur a invité 40 volontaires en juillet à participer à un plan visant à imiter une urgence médicale sur un vol vers la Turquie pour atterrir en force. en Espagne. Le passager à l’origine de l’atterrissage d’urgence, lui aussi interpellé, avait déjà été interpellé en Espagne en 2020 pour dégradations et résistance à l’autorité, selon des sources proches de l’enquête.

Régit le. Crimes potentiels dans l’espace aérien Loi 209/1964 Droit Pénal et Procédure de Navigation Aérienne. L’article 20, faisant référence au délit de trouble à l’ordre public et prévoyant une peine minimale d’emprisonnement, donne des détails détaillés sur les cas dans lesquels les passagers d’avions peuvent être inculpés. La fermeture de l’espace aérien a été causée par le crime initialement imputé aux contrôleurs qui s’est arrêté en décembre 2010, bien que les raisons de ce crime aient été archivées et que le bureau du procureur ait finalement choisi de changer le type de criminel dans le jugement qui y était encore vivant. .

Les 24 personnes impliquées dans cet incident se sont échappées vendredi dernier d’un avion d’Arabian Air reliant Casablanca à Istanbul. Neuf ont été arrêtés par la police nationale et la garde civile à proximité de l’aéroport. L’homme qui a causé l’atterrissage a été interpellé en disant qu’il souffrait d’une « crise diabétique », son compagnon (qui s’est enfui et a été arrêté) et un autre qui a été agressé par un garde civil qui est monté à bord de l’avion après l’incident. Les autres, 12 autres passagers, sont portés disparus.

L’avion d’où ils s’étaient enfuis avait quitté la piste « éloignée » (dans une zone éloignée du terminal), de Casablanca vendredi après cinq heures de l’après-midi (heure de la péninsule espagnole), et en route devant la Méditerranée, l’équipage de le commandant de bord a informé l’équipage d’une urgence médicale pour un passager malade. Il aurait « souffert d’une crise diabétique », selon des sources policières.

Ils ont atterri en urgence à Son Sant Joan vers 19 heures. Une ambulance s’est rendue sur les lieux et les toilettes ont pu accéder à l’entrepôt via une échelle. Un groupe a profité de ce moment pour quitter l’avion et traverser l’aire de la piste et les installations aéroportuaires jusqu’à ce que la clôture autour de l’aérodrome et l’enceinte sautent. Le reste des passagers est resté à l’intérieur de l’avion.

L’homme qui aurait été malade avec un compagnon a été transféré à l’hôpital Son Llàtzer de la capitale des Baléares, où il a été libéré à la suite d’un examen médical qui n’a révélé aucune maladie. Il a été détenu par des agents de la Police nationale en tant qu’auteur présumé d’un crime en faveur de l’immigration illégale et d’une violation de la loi sur l’immigration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *