Aller au contenu
Accueil » Actualité » Présidentielle : la charrette politique marseillaise sans dessus dessous

Présidentielle : la charrette politique marseillaise sans dessus dessous

Le cartel politique de Marseille a un changeur. Radicalement ! S’il y a toujours et depuis longtemps, un nord et un centre à gauche, un est à l’extrême droite et un sud plutôt à droite, les frontières délimitent maintenant des territoires transformés et chahutés.

Jean-Luc Mélenchon a réussi son OPA sur la gauche marseillaise

Jean-Luc Mélenchon a réussi totalement son OPA sur la gauche marseillaise. Même le premier arrondissement, dont il fut un député plus que sporadique, lui donne une majorité absolue de 56,6% et il dépasse aussi la majorité absolue des suffrages dans le XVe et le IIIe. Il est désormais sur la mondialisation marseillaise avec plus de 31% de voix. Il a capté par sa présence, par son discours talentueux et radical, par son amour de Marseille et de la Méditerranée, rappelé avec lyrisme dans sa dernière intervention télévisée, les voix du Printemps marseillais. Contractualisation mathématique : le parti social fait un score plus que dérisoire avec 1,1%. Le parti, celui du maire actuel Benoît Payan, qui a structuré la vie politique de la deuxième ville de France depuis la Libération, a disparu du champ politique.

Le Parti Communiste qui avait encore une structure militante et des leaders fait à peine mieux avec 2%. Yannick Jadot préserve avec 4% un petit pré-carré des écologistes. Enfin, le Marine de Marine Le Pen, repoussée en troisième position, est plus la résultée de la scission zemmourienne que d’un recul des idées d’extrême droite qui totalisent 33% (contre 23% en 2017) des électeurs. Malgré le ralliement du sénateur Stéphane Ravier, Éric Zemmour n’a pas séduit Marseille, même s’il fait ici avec 11% mieux que son score national.

À lire également  Hérault-Méditerranée : une semaine encore pour découvrir le dispositif France services

Le RN a néanmoins tenu bon et Marine Le Pen a réussi à « mégrétiser » son opposant, qui lui a rendu le service inestimable de qu’il y avait plus à l’extrême droite qu’elle.

Emmanuel Macron s’implante et siphonne Les Républicains

Emmanuel Macron a fait de Marseille le laboratoire de son projet de deuxième mandat. Il est venu, il est revenu, il a déployé des projets longtemps embourbés, il a mis au pli les institutions et il a engagé ici la réforme de l’Éducation nationale qui l’appelle de ses vœux avec l’expérimentation locale et l’ autonomie des établissements. Il l’a fait sur un territoire plutôt ingrat. En 2017, on a des corbeaux, le fait d’une partition bien inférieure à ses chiffres nationaux, le pays d’Aix en revanche apparaissait d’emblée comme une terre d’élections. La suite des élections locales phocéennes allaitaient de Charybde en Scylla pour ceux qui se réclamaient de la Macronie.

Il y a donc un effet «Marseille en grand» dans les votes des Marseillais qui placent Emmanuel Macron en seconde position sur l’ensemble de la ville avec 22,62% des voix. Le président sortant arrive en tête dans le XIIedans le VIIedanse à VIIIe et en IXe… Des terres gaudinistes.

A l’image du PS, l’autre traditionnel grand parti de gouvernement, Les Républicains, est laminé : Valérie Pécresse est à 3 %. En 2017, François Fillon avait une réalisation à 19,81% de la ville ensemble. Dans le 8e arrondissement, fief de la droite classique durant des décennies, Valérie Pécress dépasse à peine les 5%…

Source : Ville de Marseille

Au moins trois implications locales

Cette première aura au moins trois implications locales. D’abord la situation de Benoît Payan devient plus inconfortable : il doit diriger une ville acquise à des idées radicales, en s’appuyant sur le soutien indispensable d’un président libéral. Mais le paradoxe est que, sans que cela se traduise de façon partisane, Emmanuel Macron se lance à lui-même le défi de réaliser à Marseille un « en même temps » audacieux : regarder travailler ensemble des hérauts de Gaudin et les électeurs de Mélenchon.

Le second défi qui arrive après le second tour sera celui des législatives. L’Union populaire de Jean-Luc Mélenchon est en panne de leaders locaux. Le non-cumul des mandats fait que, les plus en vue des militants de la gauche doivent tenir leur poste à la mairie et à la métropole. Comment vont-ils se répartir les 35 % du total des voix de gauche et parviendront-ils à faire émerger un ou des députés ?

À lire également  Sylvain Deroeux nous présente les plans d'aménagement de la Cafetière Catalane

Enfin, il reste la partie la plus délicate pour la majorité présidentielle : désigner sur Marseille, ses huit candidats fr utilisé de la place aux nouveaux alliés venus de la droite sans perdre ses bases sociales et politiques. Gageons que les discussions seront âpres, qu’elles seront tranchées au plus haut niveau et que la liste ne tombera qu’à la dernière minute du dépôt des candidatures.

Notre fil d’infos :

> Les résultats sur le site du ministère
> [Présidentielle] Muselier, Ahamada, Vassal, Bensaada, Barles… les réactions à chaud
> [Urgent] À Marseille, Mélenchon toujours en tête, devant Macron et Le Pen
> [Réactions] Renaud Muselier : « La campagne peut commencer ! »
> [Présidentielle] Les premiers ministres se sont reposés dans les Bouches-du-Rhône
> [Urgent] Présidentielle : Emmanuel Macron (28%) en tête devant Marine Le Pen (24%)
> Président 2022 : taux de participation en baisse à midi
> Présidentielle (Jour J) : Aux urnes citoyens !
> [Présidentielle 2022] Bureaux de vote : un protocole sanitaire allégé mais présent
> [Présidentielle 2022] Les distributeurs les plus électriques ont eu du succès
> Election présidentielle : comment électeur par procuration ?

DOSSIER SPÉCIAL

> Président (J-2) : Emmanuel Macron, un camp contraceptif excentrique
> Présidentielle (J-3) : à gauche, l’union du Printemps marseillais sans lendemain
> Président (J-4) : Les Républicains face aux vents contraires
> Présidentielle (J-5) : le Rassemblement national sous la menace de Reconquête
> Président (J-6) : quels sont les métropolitains de 2017 sur le scrutin de 2022 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *