Les infections ont fortement augmenté parmi les touristes visitant Benidorm depuis le 5 octobre dernier, comme l’a souligné ce mardi la ministre valencienne de la Santé Ana Barceló, ce que j’ai, en revanche, évité de toute alarme. L’incidence du coronavirus dans la ville d’Alicante, l’une des capitales touristiques méditerranéennes, est de 286 cas pour 100 000 habitants, tandis que le cas espagnol moyen est de 46 et l’incidence de la Communauté valencienne, 49, selon les données du ministère de la Santé publiées Référencement du lundi.

53% des derniers cas détectés à Benidorm ont été enregistrés parmi la population étrangère. Le tourisme britannique représente généralement 45% de la population de la ville, bien qu’il soit maintenant tombé à environ 24%. Ces dernières semaines, il s’est redressé, une fois les barrières au transport aérien levées. Ce n’est pas encore comme avant, mais une présence britannique peut être vue dans les rues d’une ville voisine avec la plupart des signes ou des lettres des habitants écrits en anglais.

Benidorm est l’une des principales destinations touristiques des Britanniques, dont les infections dans leur pays d’origine ont explosé et l’état de la pandémie est très préoccupant. Son incidence sur les 14 derniers jours est de 928,22 pour 100 000 habitants, selon les données de dimanche dernier. Il n’y a actuellement aucune obligation légale de porter un masque en Angleterre, bien qu’il soit toujours obligatoire en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord dans les établissements commerciaux et certains autres espaces intérieurs.

Ricky, un militaire écossais, porte le masque sur son coude. Il est dans une zone locale après le dîner près de la plage de Levante à Benidorm pour prendre de la bière. « Quand je bois, je ne le porte pas, bien sûr, mais si je vais aux toilettes, oui. En Écosse, nous devons le porter à certains endroits », explique l’homme de Stirling. Bien qu’il soit à l’intérieur d’un toit, il est tout ouvert sur l’extérieur, sans murs. A côté de lui, Dot, un Anglais à la retraite, secoua la tête. Dans sa maison de Burton-on-Tren, dans le Staffordshire, ce n’est pas obligatoire. «Je le porte aussi pour la salle de bain», dit-il, et son compagnon hoche la tête.

La musique live rejoue à Benidorm et la soirée ne fait que commencer. La plupart des lieux sont ouverts sur l’extérieur, et les gens ne portent généralement pas de masque, tout en chantant, mangeant, buvant ou dansant ils font le petit train, comme dans un endroit très animé de la rue de Gérone. La pluie intermittente ne semble pas déranger. « Les Anglais ne portent pas le masque intérieur. Vous devez leur rappeler s’ils ne boivent pas ou ne mangent pas », explique Ferran, qui dirige l’une des salles de concert et des pubs au nom britannique. L’hôtel a noté qu’à la fin septembre, le nombre de touristes britanniques avait considérablement augmenté. Son établissement est fermé depuis 18 mois en raison de la pandémie, bien qu’il ait reçu l’aide de la Mairie et de la Generalitat. « Dans cette ville, il y a beaucoup de sécurité de toutes sortes et le coronavirus n’a pas augmenté autant qu’on le dit. Si la population flottante était comptée, l’incidence serait beaucoup plus faible », dit-il.

Cependant, le ministre de la Santé a exprimé ce mardi la « préoccupation » de son département pour l’affaire et a annoncé que « des travaux de suivi seront entrepris pour prendre des mesures si nécessaire pour maîtriser la situation que présente la ville ». 5 octobre, coïncidant avec l’arrivée de touristes majoritairement britanniques, bien que positifs également dans d’autres nationalités.Cependant, aucune augmentation matérielle n’a été constatée dans les hôpitaux de Benidorm et ses environs. visiter la ville des gratte-ciel.

Barceló n’a pas réussi à modifier le système de contrôle de la fréquence accumulée comme l’exigeaient le conseil municipal de Benidorm, présidé par Toni Pérez, du PP, et l’association touristique Hosbec afin qu’il ne soit calculé que sur la population du recensement et inclue également la population de nager là-bas.

Lundi, le maire a indiqué que Benidorm a une population enregistrée d’environ 75 000 personnes et compte en fait environ 180 000 habitants, « trois fois plus ». Il a donc fait valoir que la réalité de l’incidence est « loin de ce qui est publié par les autorités sanitaires ».

Le maire a exprimé les inquiétudes de la corporation concernant le message envoyé et a déclaré « qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter, ni parmi les touristes qui nous visitent ces jours-ci ni parmi la population résidente » car « la sécurité est notre priorité ».

Hosbec, dans un communiqué, a également souligné que les données sur la fréquence de Benidorm doivent être « nuancées et extrapolées à la population effective », car les données fournies ne « reflètent » pas la situation réelle et créent des distorsions. destination. « .

En ce sens, il a suggéré que la fréquence cumulée d’une population enregistrée de 65 000 habitants soit calculée lorsque, selon les données statistiques sur la consommation d’eau et la production de déchets, la population réelle de Benidorm à cette époque est de 180 000 habitants. Avec ce ratio de population, la fréquence cumulée, selon l’employeur, serait inférieure à 100 cas pour 100 000 habitants, ce qui « ajusterait davantage le scénario réaliste et s’éloignerait de toute situation d’alarme », selon l’employeur.

Dernière INE, à partir de 2020, Benidorm a une population estimée à 70 450 personnes. En supposant ce chiffre. Le recalcul de l’incidence pour 100 000 habitants reste à 111.

Barceló a expliqué mardi prochain que la santé publique prend en compte les positifs enregistrés à un moment donné quel que soit leur lieu d’origine car même s’il s’agit de touristes « ils peuvent toujours les infecter » au fil du temps dont le lieu de résidence est ici. Pour cette raison, il a fait valoir qu’ils devraient être pris en compte même si la fréquence cumulée augmente et que la santé publique ne peut pas être absente de leur enregistrement selon leur pays d’origine. De plus, il a souligné qu’il est très difficile de déterminer la population flottante et que les municipalités ne disposent même pas de ces données précises et à jour, car elles sont très variables.

Des sources municipales assurent avoir une estimation quotidienne très stricte du nombre de visiteurs de la ville grâce à la maîtrise de la consommation d’eau et de la production de déchets. De plus, ils confirment avoir suivi l’évolution de la pandémie dans les principaux pays d’origine de leurs touristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *