Aller au contenu
Accueil » Actualité » Pourquoi le mois de juillet a-t-il été le plus chaud de l’histoire ?

Pourquoi le mois de juillet a-t-il été le plus chaud de l’histoire ?

Les scientifiques se demandent si, au-delà du changement climatique et du phénomène El Niño, il n’y a pas d’autres raisons à l’emballement du réchauffement climatique de cette année. Le service Copernicus de l’UE chargé du changement climatique a confirmé avant-hier que le mois de juillet a battu tous les records et a été plus chaud de 0,33 °C que le mois le plus chaud jamais enregistré, à savoir juillet 2019.

Les scientifiques s’accordent à dire que la principale cause de ce mois de juillet record est le réchauffement, résultat d’activités impliquant la combustion de charbon, de pétrole ou de gaz. Mais il existe d’autres facteurs, comme les 165 millions de tonnes de vapeur d’eau rejetées dans l’atmosphère en janvier 2022 par le volcan sous-marin Hunga Tonga-Hunga Ha’apai dans le Pacifique, ou certaines améliorations de la qualité de l’air plus propre, notamment dans le transport maritime, qui augmenteraient le rayonnement solaire.

Sommaire

La réduction de la circulation des poussières africaines du Sahara vers l’Atlantique pourrait également avoir joué un rôle.

« Ce qui est à l’origine de tout cela, c’est le réchauffement climatique. Chaque année, la probabilité que les températures extrêmes et les seuils soient dépassés augmente. La tendance est très claire », déclare Carlo Buontempo, directeur du service sur le changement climatique chez Copernicus. « Nous sommes dans une phase de l’année où le réchauffement El Niño joue déjà un rôle prépondérant, et il ne s’agit pas seulement d’un réchauffement du Pacifique, mais aussi de l’Atlantique et d’autres océans », ajoute-t-il.


Température journalière de

surface de la mer 60ºS-60ºN

En degrés Celsius ºC

Source : Copernicus Climate Change Service

Température journalière de la surface de la mer 60ºS-60ºN

En degrés Celsius ºC

Source : Copernicus Climate Change Service

Température journalière de la surface de la mer 60ºS-60ºN

En degrés Celsius ºC

Source : Copernicus Climate Change Service

Un des agents suspects de ce réchauffement aggravé est l’éruption du Hunga Tonga, qui a enregistré une puissante explosion le 15 janvier 2022. L’éruption a injecté dans la stratosphère environ 165 millions de tonnes de vapeur d’eau, un puissant gaz à effet de serre qui retient la chaleur, sous la forme de 500 000 tonnes de dioxyde de soufre (SO2).

Les scientifiques tentent de déterminer comment toute cette eau chaude pourrait affecter la surface de la Terre dans les années à venir. « Il s’agissait d’un événement unique », a répété Holger Voemel, scientifique au Centre national de recherche atmosphérique du Colorado.

Timelapse du volcan Mayon aux Philippines crachant de la lave

Les éruptions volcaniques ont tendance à refroidir la Terre plutôt qu’à la réchauffer.

Rubén del Campo, porte-parole d’Aemet, se réfère à la publication, au début de l’année, d’une nouvelle étude analysant la quantité de vapeur produite et sa distribution, qui suggère que la température moyenne de la planète pourrait augmenter de quelques centièmes de degré (entre 3 et 4 centièmes) en raison de cet effet. « Il s’agit d’une petite augmentation, mais, avec le changement climatique et El Niño, ce sont des facteurs qui s’additionnent », explique-t-il.

À lire également  Compte à rebours avant le premier lancement de la fusée espagnole Miura 1

Normalement, les grandes éruptions volcaniques ont tendance à refroidir la Terre parce qu’elles produisent beaucoup d’émissions de SO2, d’aérosols et d’autres particules, qui ont un effet refroidissant sur la planète. Ces aérosols agissent comme une « canopée » et réfléchissent le rayonnement solaire, comme ce fut le cas avec le volcan Pinatubo en 1991. Dans le cas du Hunga Tonga, cependant, il s’agit d’un volcan qui a émergé sous l’eau, crachant des quantités sans précédent de vapeur dans la stratosphère, qui mettront des années à se dissiper.

Un air plus pur

Moins de soufre dans l’atmosphère signifie moins d’aérosols bloquant le rayonnement et peut conduire à un réchauffement plus important de la surface des terres et des mers.

D’autre part, une étude préliminaire de modalisation, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen scientifique, suggère que son effet climatique maximal pourrait se faire sentir au milieu de la décennie et entraîner un réchauffement dans certaines régions, en particulier dans l’hémisphère nord, pouvant aller jusqu’à 1,5°C en hiver, tandis que dans d’autres régions, il pourrait entraîner un refroidissement de 1°C, en particulier dans l’hémisphère sud.

Le volcan, jusqu’à présent, « a peut-être apporté une contribution relativement faible, mais on peut dire qu’il pourrait jouer un rôle important » à l’avenir, ajoute Carlo Buontempo.

Michael Diamond, climatologue à l’université d’État de Floride, estime que le transport maritime, désormais plus propre, pourrait être un autre facteur. Pendant des décennies, le transport maritime a utilisé des carburants à forte teneur en dioxyde de soufre, qui sont très polluants et émettent des particules qui reflètent la lumière du soleil dans un processus qui refroidit l’atmosphère et masque une partie du réchauffement climatique (bien qu’il pollue l’air que nous respirons).

26 - 02 - 2014 / Barcelone / Vue de Barcelone depuis le château de monjuich castell montjuic / Photo : Llibert Teixido - Chargement conteneurs conteneurs bateau port barcelone

Chargement de conteneurs sur un navire dans le port de Barcelone.

Llibert Teixidó / Collaborateurs

Cependant, les nouvelles réglementations pour la marine marchande (de l’Organisation maritime mondiale) ont permis de réduire la présence de soufre, en particulier dans l’Atlantique Nord, où se déroule une grande partie du trafic maritime. Cette réduction a été estimée à 10 %. Moins de soufre dans l’atmosphère signifie moins d’aérosols bloquant le rayonnement solaire, ce qui peut entraîner un réchauffement plus important de la surface des terres et des mers. Autre effet secondaire. Les particules d’aérosols servent de noyau pour la formation des nuages ; or, s’il y a moins de noyaux de condensation, il y aura moins de nuages et donc plus de soleil atteindra la Terre, explique le porte-parole d’Aemet.

Diamond estime que la réglementation du transport maritime entraînera un réchauffement de 0,1°C d’ici le milieu du siècle, bien que le réchauffement puisse être 5 à 10 fois plus important dans les zones de trafic intense de l’Atlantique Nord.

À lire également  Un paysage sauvé | Du tireur à la ville | Culture

La réduction de ces polluants atmosphériques a peut-être assaini l’atmosphère, mais Carlo Buontempo ne pense pas qu’elle ait « joué un rôle déterminant » dans les températures élevées du mois de juillet.

La pollution au soufre interagit avec les nuages et les rend plus réfléchissants, mais cela ne se produit plus autant aujourd’hui, explique Tianle Yuan, chercheur à la NASA et à l’université du Maryland rapporte AP, Yuan a suivi les changements dans les nuages qui étaient associés aux voies de navigation dans l’Atlantique Nord et le Pacifique Nord, tous deux associés à l’Atlantique Nord et au Pacifique Nord. points chauds cet été. Dans ces endroits, et dans une moindre mesure au niveau mondial, ses études montrent un réchauffement possible dû à la disparition de la pollution par le soufre. Cette tendance est localisée dans des endroits où l’influence d’El Niño ne peut pas l’expliquer aussi facilement. « Il y a eu un effet de refroidissement persistant d’année en année », explique-t-il.

Moins de poussière saharienne

Dans cette recherche d' »éléments suspects » qui pourraient aggraver le réchauffement, le moindre volume de poussière africaine circulant du Sahara vers l’Atlantique, qui implique également une moindre présence d’aérosols et une moindre capacité de refroidissement, est également pointé du doigt. Rubén del Campo explique qu’il s’agit d’un phénomène clairement naturel, qui s’est produit au début de l’été, dans un contexte de circulation atmosphérique anormale et d’un système de haute pression concentré dans l’Atlantique Nord et moins dans les Açores.

Le fait que le mois de juillet ait été le plus chaud jamais enregistré n’est peut-être pas une surprise.


Chris HewittDirecteur des services climatiques, Organisation météorologique mondiale

« La nouvelle selon laquelle le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré ne devrait peut-être pas être une surprise », a déclaré Chris Hewitt, directeur des services climatiques à l’Organisation météorologique mondiale, lors d’une conférence de presse organisée par les Nations unies le 8 août.

Le dernier rapport annuel de l’OMM sur l’état du climat indique que les années 2015 à 2022 ont été les huit années les plus chaudes jamais enregistrées, et ce en raison d’un net réchauffement d’une décennie à l’autre.

« Comme les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère continuent d’augmenter, ce réchauffement à long terme se poursuivra et des records de température continueront d’être battus », indique le rapport.

2023 Vers l’année la plus chaude de tous les temps ?

Alors que la course est lancée pour savoir si cette année sera la plus chaude jamais enregistrée, 2020 reste pour l’instant l’année la plus chaude de tous les temps, à égalité avec 2016. L’année 2020 reste pour l’instant l’année la plus chaude de tous les temps, à égalité avec 2016.

À lire également  Porto Santo, la beauté sauvage de la petite sœur méconnue de Madère

Si l’on compare les moyennes actuelles depuis le début de l’année, de janvier à juillet, la température moyenne mondiale en 2023 est la troisième plus élevée jamais enregistrée, avec une augmentation de 0,43 °C par rapport à la période 1991-2020, alors que cette augmentation comparative était de 0,49 °C en 2016 et de 0,48 °C en 2020.

En revanche, l’écart entre 2023 et 2016 devrait se réduire dans les mois à venir, car les derniers mois de 2016 ont été relativement froids (réduisant la moyenne annuelle à la fin de l’année de 0,44 °C), tandis que le reste de l’année 2023 devrait être relativement chaud en raison de l’épisode de réchauffement El Niño qui se produit cette année.

Lire aussi

Le décalogue d’un juillet exceptionnel

1) La température moyenne globale de juillet 2023 a été la plus élevée jamais enregistrée pour un mois.
2) Le mois a été 0,72°C plus chaud que la moyenne de juillet 1991-2020 et 0,33°C plus chaud que le mois le plus chaud précédent, juillet 2019.
3) Le mois a été estimé plus chaud d’environ 1,5°C par rapport à la moyenne 1850-1900.
4) La température moyenne globale de la surface de la mer était supérieure de 0,51°C à la moyenne 1991-2020.
5) L’Atlantique Nord a connu une température supérieure de 1,05°C à la moyenne en juillet, les températures dans la partie nord-est du bassin étant restées supérieures à la moyenne et des températures anormalement élevées s’étant développées dans l’Atlantique Nord-Ouest.
6) Des vagues de chaleur marine se sont développées au sud du Groenland et dans la mer du Labrador, dans le bassin des Caraïbes et dans toute la mer Méditerranée.
7) Les conditions El Niño ont continué à se développer dans l’est du Pacifique équatorial.
8) L’étendue de la glace de mer en Antarctique a continué à battre des records pour cette période de l’année, avec une valeur mensuelle de 15 % inférieure à la moyenne, de loin l’étendue la plus faible en juillet depuis le début des observations par satellite.
9) Comme en juin, l’étendue journalière de la glace de mer en Antarctique est restée tout au long du mois nettement inférieure aux valeurs précédemment observées pour cette période de l’année. Les concentrations ont été inférieures à la moyenne dans le nord de la mer de Weddell, l’est de la mer de Bellingshausen et le nord de la mer de Ross.
Et 10) L’étendue de la glace de mer dans l’Arctique était légèrement inférieure à la moyenne, mais très, très supérieure au record de juillet 2020.

Lire aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *