Aller au contenu
Accueil » Actualité » Pour la NASA, 2021 est l’une des plus chaudes de tous les temps. Dans l’hémisphère sud, 2022 est déjà un record

Pour la NASA, 2021 est l’une des plus chaudes de tous les temps. Dans l’hémisphère sud, 2022 est déjà un record

Après un 2021 parmi les sept années les plus chaudes de l’histoire, où plus de 400 stations météorologiques ont enregistré de nouveaux records et, malheureusement, de nombreuses victimes à travers le monde sont touchées par les inondations, les incendies, les tempêtes, les sécheresses et les vagues de chaleur, 2022 a commencé avec de nouveaux signes qui ne sont pas encore bons pour le climat, venant d’Amérique , c’est-à-dire où les États-Unis connaissent un hiver torride, mais surtout depuis Amérique du Sud – voir Argentine – sous pression à des températures torrides.

Les pics de chaleur survenant dans l’hémisphère sud surviennent après une 2021 particulièrement chaud, année a selon i données fournies par la NASA et la NOAA (L’administration nationale des océans et de l’atmosphère) Température de surface moyenne de la Terre est égal à 2018 et est le le sixième endroit le plus chaud jamais enregistré.

Les chercheurs estiment que les huit dernières années ont été les plus chaudes depuis le début de l’enquête en 1880. Par rapport à la moyenne de référence de 1951-1980, la Les températures étaient de 0,85 degrés Celsius au-dessus de la moyenne en 2021, précisent les experts du Institut Goddard d’études spatiales (Giss) de la NASA et de la Terre, également en 2021, environ 1,1 degré Celsius de plus que la moyenne de la fin du 19e siècle.

« La science ne laisse aucun doute : le changement climatique est une menace existante pour notre époque – explique l’administrateur de la NASA Bill Nelson – huit des 10 années les plus chaudes de notre planète ont eu lieu au cours de la dernière décennie, ce qui souligne la nécessité d’une action courageuse pour sauvegarder l’avenir de notre pays et de toute l’humanité ».

À lire également  Sète : un chalutier se mobilise "pour la survie"

Il n’y a aucun doute sur la raison de cette tendance. « Les émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère sont dues aux activités humaines. La planète observe déjà les effets du réchauffement climatique : la la glace Déclin de l’Arctique marin, le niveau de la mer augmentant, la teinte de plus en plus rigoureux et les modèles de migration des animaux ils changent. Comprendre comment la planète change et à quelle vitesse cela se produit est crucial pour que l’humanité se prépare à un monde plus chaud. »

La météo

C’est maintenant confirmé : en 2020, le cercle polaire arctique a enregistré la température la plus élevée en 135 ans



2022, records dans le Sud du monde

Et les premières données pour 2022 ne sont pas encourageantes : ll’hémisphère sud a battu un nouveau record de chaleur, qui est la même valeur enregistrée il y a 62 ans. À Onslow, en Australie, il fait très chaud ces jours-ci, la station météo a enregistré 50,7°C. Pour revenir à une telle valeur – tout de même – il faut remonter à janvier 1960 à Oodnadatta. Il s’agit de la température la plus élevée enregistrée dans tout l’hémisphère sud, et la température la plus élevée jamais enregistrée – associée au nord – reste à 56,7 degrés à Furnace Creek Ranch (Californie) en 1913.

À lire également  5 départements en vigilance orange « orages », indique Météo-France

La météo

Réchauffement climatique, la différence entre une augmentation de 1,5 et 2°C ? Voici les effets en chiffres sur la planète

par Viola Rita



Outre le record d’Onslow, dans l’ouest de l’Australie, les 50,5 degrés mesurés par Mardie et Roebourne sont également à noter. Grâce au mouvement du cyclone Tiffany, l’Australie souffre aujourd’hui d’une vague de chaleur très sévère et intense, complète risque élevé d’incendie. Dans certaines régions, une alerte a également été émise pour les rafales de vent.

Des photos

2021, l’année extrême du climat

par Luca Fraioli



Je suis 44 et prend enregistrement à San Antonio Oeste, dans leArgentine, certaines régions du pays sont en état de grave sécheresse et la capitale Buenos Aires a des coupures de courant en cours (avec plus de 700 000 personnes dans le noir) et des températures très élevées. On parle de niveaux de chaleur (plus de quarante degrés) que la ville n’a pas couverts depuis 1995, avec 41,1 degrés mesurés, ce qui serait la deuxième température la plus élevée en 116 ans, si elle était confirmée. Alors que le pays s’est également engagé à faire face à la vague continue de la pandémie de Covid-19, pour le moment l’alerte rouge est liée à la chaleur, avec quelques fins de stress hydrique et des milliers de personnes en danger pour la santé.

La météo

Des océans jamais aussi chauds, alerte pour la Méditerranée

À lire également  L'incroyable souche de la forêt engloutie de Palavas datée de 8000 ans s'expose comme un trésor de l'humanité


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *