Pour la première quinzaine d’août, Mélissa McGillil y avait un studio en dessous une tente à baldaquin blanche installée sur la pelouse voûtée de Rough Point, l’une des grandes maisons de l’âge d’or face à Newport, Bellevue RI Avenue d’un côté et l’Atlantique de l’autre. Travaillant matin et soir, l’artiste a réalisé 50 peintures acryliques de l’océan, essayant de capturer son apparence et son humeur en temps réel. Les œuvres, certaines superposées avec des rayures bleues et blanches affectueuses et d’autres avec des gris dilués, sont toutes datées et forment ensemble une sorte de journal océanique. Tout cela peut sembler un peu démodé – après tout, l’Atlantique est populaire auprès des peintres en plein air depuis au moins la fin du XIXe siècle – mais en fait, les œuvres de McGill, fabriquées à partir de feuilles de plastique océanique recyclé allant de 25 à 45 pieds de long, dans le cadre d’un projet contemporain profond: une pièce de performance collaborative, visant à sensibiliser à l’élévation du niveau de la mer, connue sous le nom de “Dans les vagues. “

McGill a 52 ans, est la fille d’un officier de marine et est née non loin de Quonset Point. « Je n’ai jamais été sur la plage, j’étais dans l’eau», a-t-elle dit à propos des voyages d’enfance sur le rivage. Elle vit maintenant à Beacon, NY, et les caractéristiques, et l’eau en particulier, sont au centre de sa pratique. Pour « Constellation » (2015-2017), elle a installé une série de poteaux lumineux sur l’île Pollepel dans la rivière Hudson ; la nuit, leurs ornements de verre brillant semblaient pendre dans le ciel comme des étoiles. En 2019, en collaboration avec la Biennale de Venise de cette année-là, elle a dévoilé «Régate rouge, “Elle a travaillé avec des marins vénitiens pour une flotte vela al terzo peint des bateaux avec 52 voiles d’ombrage rouges, puis a guidé les navires en rangées dansantes à travers le lagon. C’était un hommage à un aspect de la culture de la ville et un rappel des facteurs, y compris le changement climatique, qui pourraient réduire, voire détruire complètement, son avenir.

“L’environnement engloutit tellement d’art public, mais ce travail a gardé l’espace et l’a apprécié”, a déclaré Dodie Kazanjian, conservatrice de “In the Waves”, qui est mis en place par Art & Newport avec le Fondation pour la restauration de NewportInitiative Garder l’histoire au-dessus de l’eau (NRF). Kazanjian a fondé l’ancienne organisation en 2017, et la philanthrope Doris Duke a fondé la NRF en 1968, pour éviter que les maisons de l’époque coloniale de la ville ne soient démolies pour permettre des rues plus larges. Aujourd’hui, l’élévation du niveau de la mer est une menace directe de plus en plus grande pour ces mêmes habitations, et pour bien d’autres. “C’est quelque chose que la communauté doit gérer – ça arrive”, a déclaré Edith McBean, membre du conseil d’administration d’Art & Newport et de la NRF. Elle s’exprimait quelques semaines seulement après la publication d’un rapport de l’ONU sur le climat disant que, grâce à l’imprudence humaine, les glaciers du monde continueront de fondre et que le genre d’inondations qui détruiront certaines parties de l’Europe, de la Chine et des États-Unis ne seront pas unis cet été mais plus souvent. Dans cette optique, McGill met en garde contre le fait de regarder le changement climatique à travers le prisme humain contre nature – “nous sommes les intendants de la Terre Mère”, écrit-elle dans une déclaration accompagnant “In the Waves”. reconnaissance des terres ancestrales de la nation Niantic Narragansett de quoi il s’agit – et qui cherche à sensibiliser d’une manière qui n’arrive pas mais invite les gens à entrer.

La vision d’elle et de Kazanjian pour ce dernier travail était d’avoir des membres du public, y compris des personnes d’un certain nombre de groupes de jeunes (FabNewport, les Centre communautaire MLK), agissant en tant qu’interprètes (rémunérés), se déplaçant avec les vagues peintes et les uns avec les autres. Et donc l’équipe, qui comprend Davalois Fearon Danse Davalois Fearon en tant que chorégraphe et artiste de danse jazz Melanie George en tant que dramaturge, ils ont lancé un appel ouvert et ont terminé avec un concours éclectique de 36. Danielle O’Loughlin et Josephine Moore, deux juniors au mont. Hope High School à proximité de Bristol. parce qu’ils voulaient utiliser leurs talents de danseur. Le site était d’un grand intérêt pour Denzel Amoah, 24 ans, étudiant diplômé en architecture de paysage au RISD. “J’aime le suffixe entre le sol – cette surface dure et stagnante – et la volatilité des vagues”, a-t-il déclaré. Et les autres travaux de McGill ont impressionné Richard St. Aubin, 76 ans, photographe de fond et marin à la retraite, s’est souvenu des installations à grande échelle de Christo et Jeanne-Claude.

Pendant trois jours de répétition, Fearon a aidé les participants à s’habituer à la sensation d’avoir une peinture de vague, avec une personne sur chaque œuvre, et a introduit quelques motifs chorégraphiques, les guidant, à tour de rôle, à se tenir droit ou en quinconce. ligne, ou pour rester à l’extérieur sous la forme d’une hélice. Les partenaires ont eu du mal à s’entendre sur le bruit du plastique qui s’accrochait et se fendait dans le vent, qui n’était pas sans rappeler le bruit des vagues réelles plus tard, alors ils ont appris à communiquer par contact visuel et corporel. Déplacer une vague déjà changeante, c’est comme « parler au vent ». De plus, comme l’a dit l’un des interprètes, Darien Matta, 16 ans, “c’est une bonne répétition”.

Le vent, bien sûr, détruit comme l’océan, d’un instant à l’autre. Ainsi, alors que le spectacle commence toujours par l’ensemble marchant en procession sur une colline et regardant leurs peintures de vagues dessinées, il n’y a pas deux performances exactement les mêmes, ce que l’équipe pensait pouvoir également être accepté. “Au lieu d’essayer de faire bouger tout le monde de manière synchrone, nous avons choisi une partition improvisée”, a déclaré George. Cela a créé une structure de base tout en laissant de la place à la météo, ainsi qu’à différentes personnalités et niveaux de capacité. “Cette vacance est entre l’individu et le groupe”, a déclaré George. En fait, l’œil d’un observateur voyage constamment, embrassant de petites poches de beauté – la façon dont un artiste lève la main, disons, ou la façon dont la lumière capture un coup de pinceau particulier – puis toute l’étendue, qui rappelle aux gens « l’interdépendance et le fait que l’information et la volonté d’effectuer le changement peuvent également voyager. “Avec ce projet”, a déclaré Kazanjian, “c’est presque comme si l’image peinte devenait un mot peint utilisé pour raconter l’histoire – car nous savons, même après la fin de la première, qu’elle vivra dans le récit. “

« In the Waves » est gratuit et ouvert au public. Il se tiendra tous les soirs à 15 et 16 heures du 24 août au 28 août.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *