Aller au contenu
Accueil » Actualité » Perpignan : Du Serrat d’en Vaquer au Mega Castillet, la route de la discorde

Perpignan : Du Serrat d’en Vaquer au Mega Castillet, la route de la discorde

Les Pyrénées-Orientales et l’Urban communiste Perpignan Méditerranée ont renversé une réquisition pour la RD 900 séparant les quatuors Fauceille et Porte d’Espagne. A passage project with two deux fois deux voies inquiètes les riverains déjà mobilisés depuis plusieurs années afin de rendre davantage accessible aux piétons le secteur et de limiter les nuisances sonores occasionnées par le fort trafic automobile.

C’est un axe routier parmi les plus émis des Pyrénées-Orientales et qui aujourd’hui ne satisfait personne. Les routes départementales 900 et 914 dépendant le Serrat d’en Vaquer à la route d’Argelès au sud de Perpignan, en empruntant les ronds-points des Arcades, du Mas Rous et de Technosud n’en finissent pas d’exaspérer les riverains du secteur.

Et pour cause, cette artère qui sépare les zones de la Fauceille et de la Porte d’Espagne, dans une zone qui s’est fortement urbanisée ces dernières années, est impraticable pour les mobilités douces et régulièrement le théâtre de bouchons aux heures de pointe. Bien plus de mois, bien plus dans la journée, des courriers ont été envoyés par la présidence diocésaine d’Hermeline Malherbe, relayée par les partenaires partenaires Isabelle de Noëll-Marchesan et Romain Grau. Car si la situation actuelle ne satisfait personne, le projet d’une nouvelle configuration de cet ax routier inquiète.

On va nous mettre une autoroute au milieu du quartier

C’est le cas d’André Diepoix qui vit au nord de cette route au niveau de la rue de Mont-Louis. « Cet ax is depuis toujours un coupe-gorge et oblige les habitants des différents quartiers de prendre obligatoirement leurs voitures, même pour aller chercher le pain à deux minutes de chez eux. Il n’existe aucune possibilité pour les mobilités douces et c’est bien trop dangereux que de circulaire dans la zone. Ce sera d’autant plus de la folie si on nous met une autoroute au milieu du quartier « .

Xavier, lui, habite l’autre côté de cette voie rapide et partage le même constat. Préoccupé par ce projet d’élargissement pas encore connu des habitants, il peste contre « les nuisances sonores déjà supportées et qui s’amplifieront. Malgré un quadruple vitrage, on est réveillé par la circulation dès 5 heures du matin. Avec une future deux fois deux voies, cela sera invivable pour les futurs lotissements qui se trouveront à moins de 20 mètres ».

Un nouveau boulevard urbain à 30 M€

Du côté du Département, on confirme bien l’existence de ce projet de mise à deux fois deux voies. Il serait même « une priorité » de l’aveu de Jean Roque, vice-président en charge des mobilités. Surtout depuis que l’idée du tronçon sud de la rocade de Perpignan a pris du plomb dans l’aile. Cependant, l’élu se veut rassurant à la fois sur les aménagements demandés par les riverains et sur la future concertation .. « Il s’agit de requalifier cette route en un boulevard urbain mixte du Serrat d’en Vaquer au Mega Castillet. Nous avons besoin de désaturer la circulation automobile en accordant une deux fois deux voies, mais aussi de permettre le développement des déplacements doux impossibles Cela peut passer par la création de passages inférieurs, comme il existe au niveau du rond-point des Arcades, sur les différentes giratoires permettant de faciliter les transversales d’un quartier à l’autre « .

Ce projet du Département et de la communauté urbaine de Perpignan, dont les études sont sur le point de se terminer, pourrait voir le jour à l’horizon 2028, avec des travaux débutant en 2025, grâce à un investissement de l’ordre de 30 millions d’euros. « Nous avons tous les outils pour fluidifier la circulation, permettre des voies mixtes pour donner du confort aux habitants et limiter les nuisances sonores », prévient Jean Roque, avant de promouvoir la tenue de concertation dans les mois à venir. « Nous souhaitons que les riverains s’approprient ce projet. Il doit être partagé et non imposé ».

Une approche consultative que confirme la présidente socialiste Hermeline Malherbe dans un courrier à destination des élus du quartier. « Le Département est attaché à concerter les riverains et usagers avant toute programmation des travaux et il en sera fait de même sur cette opération en temps utiles, lorsque les études préalables devront suffisamment pour répondre de manière efficace aux attentes du public ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.