Aller au contenu
Accueil » Actualité » « Pas de gens, pas de rue ».

« Pas de gens, pas de rue ».

« Sans les gens, il n’y a pas de rue ». Tel a toujours été le postulat de Jordi Pol, l’un des photographes documentaires qui a le mieux rendu compte de la vie urbaine dans sa Barcelone des années 1960, 1970 et même des moments qui ont précédé le boom des Jeux olympiques. À l’âge de 84 ans, la mairie a publié un livre intitulé Jordi Pol, dans la foulequi résulte de sa donation de plus de 30 000 négatifs aux Archives photographiques de Barcelone.


La vie intense de Carlos Bosch, le photographe de la Transition

Plus

Dans ces dizaines de milliers de photographies émerge Pol flaneur qui s’est consacré à parcourir les rues de la ville pour saisir le quotidien d’une Barcelone d’avant la mondialisation et le tourisme, la Barcelone de la fin du franquisme et de la transition. Celle de la Rambla, épicentre de l’agitation barcelonaise, où il revenait sans cesse. Celle des marchés, des bars et des boutiques de rue. « Le mouvement est une constante dans ma photographie », décrit l’auteur, toujours intéressé, ajoute-t-il, à immortaliser « la situation et ses personnages ».




La Barcelone à laquelle il s’est donné est une Barcelone qui n’existe plus. « C’est une ville qui n’est pas très loin, mais qui a disparu », explique Jordi Calafell, photographe et commissaire de l’exposition anthologique de Pol, qui s’est tenue aux Archives photographiques. Aucune rue ne l’illustre mieux que la Rambla, aujourd’hui envahie par les touristes et que les habitants ne traversent qu’en cas de nécessité. Mais qui, à l’époque, réunissait les ornithologues, les cafés locaux, les kiosques avec la Penthouse en vue, les rencontres de football à la fontaine de Canaletes, l’achat et la vente de poissons… Et les cinémas avec un panneau d’affichage d’époque tel que Le roman de Charlotdans l’Atlantique en 1968, ou La saga de Bruce Leeen 81.

L’image de trois marines, probablement américains, sortant d’un magasin ne pouvait manquer sur la Rambla. Plus précisément, du Club de billard Monforte, au numéro 27 de l’avenue, entre une boutique de souvenirs espagnols précoces et un guichet pour les billets de football ou de corrida.




Né à Barcelone en 1949, Jordi Pol grandit dans le bar Oasis de ses parents dans l’Eixample – au croisement de Gran Via et Viladomat – et avec un premier appareil photo Voigtländer, il devient l’apprenti et l’assistant de Pere Pons. C’est dans sa jeunesse, au cours des années 1960, qu’il a le plus arpenté les rues du centre de Barcelone. Il explique que tous les samedis, il se promenait dans le quartier gothique et sur la Rambla, et que le dimanche, il se consacrait au développement. Le premier prix qu’il a remporté à cette époque est le Ramon Dimas, décerné par l’hebdomadaire Destino, pour un reportage sur les courses de Montjuïc, en 1967.

Dans les années 1970, il fonde un studio de publicité, dans lequel il travaille pendant quelques années, bien qu’il se soit toujours considéré comme un photojournaliste. Entre 1979 et 1983, il collabore avec le Centre international de la photographie, et c’est dans les années 1990 et 2000 qu’il prend en charge l’Espace photographique Francesc Català-Roca. Pol peut être considéré comme un héritier de ce dernier photographe, ainsi que de Xavier Miserachs, et il a fait sienne une phrase qui a marqué sa carrière professionnelle : « Apprendre à regarder ».



« Un observateur né, un âne agité, amoureux de la beauté et du noir et blanc le plus pur et le plus sincère », décrit Maribel Mata, avec qui il a travaillé à l’espace Català-Roca. Il était également connu pour être un bavard. « Oui, le bavardage, mais pas grossier et insensé, mais qui nourrit la curiosité de savoir, de regarder, d’intuitionner et de comprendre beaucoup de choses et beaucoup de vies », ajoute Mata.

Pol, qui n’a pas non plus travaillé dans la presse écrite, s’est concentré sur le centre de Barcelone. Dans sa ville. À une époque où de nombreux journalistes et photojournalistes portaient leur regard sur la périphérie, où la ville s’étendait sur la base de bidonvilles et de conflits, Pol continuait à représenter l’univers qu’il connaissait le mieux. À quelques exceptions près, comme les images saisissantes de la Estación de Francia, où débarquent des centaines d’immigrants venus d’autres coins d’Espagne, sans plus de bagages qu’un bagage à main. Ou encore quelques clichés du littoral barcelonais en développement, à Sant Adrià del Besòs et à Montgat.



En regardant les photos de Pol, nous nous déplaçons dans un « territoire de confort », qui est celui de « la Barcelone de toujours, celle des classes moyennes et populaires enracinées dans une ville avec des paramètres culturels et géographiques qui n’étaient utiles que dans ce territoire de consensus » », ajoute Calafell.

Après une vie consacrée à la photographie dans la capitale catalane, Pol a fait don de son travail aux Archives photographiques de Barcelone. Avec des livraisons successives jusqu’en 2022, il a atteint les 31 000 clichés donnés, avec lesquels il a été décidé de commencer l’exposition qui est maintenant devenue un livre.

À lire également  Un touriste espagnol meurt après être tombé d'une falaise en Argentine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *