Aller au contenu
Accueil » Actualité » Paris : Le long du Montparnasse qui ne s’éteint jamais, sur la trace de ses artistes | Le Voyageur

Paris : Le long du Montparnasse qui ne s’éteint jamais, sur la trace de ses artistes | Le Voyageur

Les chroniques du quartier parisien de Montparnasse racontent que ce sont les artistes espagnols, ainsi que ceux d’Amérique latine, qui ont découvert les nombreuses heures d’ensoleillement dont jouissait la ville. terrasse de La Rotondele bistrot tenu par Victor Libion qui, au début du 20e siècle, accueillait, pendant de longues heures sans autre boisson qu’un café-crème, tout un bataillon d’artistes, de poètes et d’écrivains sans le sou. Il ne les a jamais réprimandés parce qu’ils picoraient avidement des morceaux de pain dans les corbeilles à pain. Pablo Picasso, le sculpteur Pablo Gargallo et la peintre María Blanchard y alternaient. Il n’était pas rare non plus de trouver le peintre Diego Rivera, qui ne partageait qu’occasionnellement une table avec sa femme, la peintre russe Angelina Beloff. Il était plus difficile de trouver le plus sobre Juan Gris, qui gardait son atelier sur la rive droite de Paris, à Montmartre, dans le lointain et mythique Bateau-Lavoir. Avec Gino Severini, Moïse Kisling et Jacques Lipchitz, et un long etcetera, ils forment une colonie d’expatriés qui façonneront l’une des périodes les plus révolutionnaires et dorées de l’histoire de l’art, où se forge la première vague de l’avant-garde artistique.

La Rotonde est toujours debout, et bien que sa clientèle et ses prix n’aient rien à voir avec ce qu’ils étaient autrefois, le cadre permet au visiteur de s’échapper du présent et de regarder en arrière. Promenez-vous dans les environs du carrefour du boulevard Raspail et du boulevard Montparnasse et, comme Woody Allen dans Minuit à Paris (2011), de fantasmer, de déambuler dans des établissements, des coins et des bâtiments derrière les fenêtres desquels, non seulement les frontières de l’art se sont élargies, mais aussi les habitudes sociales ont changé. Dans ce riche échange social qui s’était installé dans le 14e arrondissement de Paris, les artistes trouvaient en tout un laboratoire d’idées, prêt à s’incarner dans toutes les facettes de la vie. Ils vivaient comme ils créaient et créaient comme ils vivaient.

À cette époque, quiconque voulait répandre une rumeur, ou se vanter d’un changement d’amant, n’avait qu’à se rendre à la Le Dôme Café. Dans les années 1920, sa légende avait traversé l’Atlantique, et dès que les Américains mettaient le pied dans la capitale française, ils rêvaient de rejoindre sa clientèle de divertissement. À quelques minutes de marche se trouve La Coupolequi continue à maintenir son style caractéristique art déco. Inauguré en 1925, Le Select était ouvert toute la nuit. Cependant, ses propriétaires ne se sont jamais beaucoup intéressés à la vie artistique du quartier et, par conséquent, – bien qu’il s’agisse de l’un des repaires préférés de l’auteur de FiestaErnest Hemingway-, n’a jamais atteint l’aura intellectuelle de La Closerie des Lilasoù des réunions hebdomadaires étaient organisées autour du poète Paul Fort. Ce fut le premier café à donner au quartier une réputation artistique. Sa proximité avec le défunt Bal Bullier, sur l’avenue de l’Observatoire, où des bals costumés étaient régulièrement organisés pour récolter des fonds pour les artistes, y a contribué.

À lire également  Côte d'Ivoire : où le vert désobéit au béton | Le Voyageur
Intérieur de la célèbre brasserie de style « art déco » La Coupole, à Paris.Hemis / Alamy

Une assiette de pâtes en échange de dessins

La rue Campagne Première est l’une des rues les plus emblématiques de Montparnasse. Au numéro 9 se trouvait Chez Rosalie, où la propriétaire donnait des pâtes à son meilleur client, Modigliani, qui payait souvent avec ses dessins. Incrédule, elle a emporté les œuvres dans l’arrière-boutique où, selon la légende, elles ont été mangées par des rats. Tout près, au numéro 17, le photographe Eugène Atget développe des images d’un Paris sur le point de disparaître sous le réaménagement urbain radical du plan Haussmann, et quelques portes plus bas, dans l’imposant immeuble du 31 bis, Man Ray redécouvre avec Lee Miller, alors son assistant et amant, le procédé photographique connu sous le nom de solarisation, élevant sa photographie expérimentale au rang d’art. Le peintre japonais Fujita avait son studio sur le même trottoir, et dans le bâtiment voisin est encore ouvert le Hôtel Istriaoù une plaque commémore PicabiaDuchamp, ainsi que Kisling et le compositeur Erik Satie parmi ses clients. Le poète surréaliste Louis Aragon a écrit à sa femme Elsa Triolet depuis l’une de ses chambres : « Ce qui brille n’est jamais éteint ». Rainer Maria Rilke, Tristan Tzara, Vladimir Mayakovsky et la femme la plus joyeuse du quartier, le mannequin et chanteur, qui voulait aussi être peintre, ont séjourné dans ses chambres, Kiki de Montparnasseun symbole de cette époque. À la fin des années 1950, le peintre Yves Klein a élu domicile dans la rue mythique, à quelques mètres seulement de l’endroit où se trouve Michel Poiccard, le personnage créé par Jean-Luc Godard et interprété par Jean-Paul Belmondo dans Au bout de l’échappéeune icône de la modernité cinématographique.

À lire également  19º à Budapest ou Dresde et 25º à Bilbao !
Le mannequin et artiste Alice Pin, plus connue sous le nom de
Le mannequin et artiste Alice Pin, plus connue sous le nom de « Kiki de Montparnasse », sur une photo prise au Café du Dôme à Paris en 1929. ullstein bild / Getty Images

Presque en face du quartier général de la Fondation Cartierau 242 Boulevard Raspail, au 242 Boulevard Raspail, vous trouverez le cité Nicolas Poussin, où Picasso avait son atelier en 1912. Il y a mûri sa technique de papier collé jusqu’à ce que, deux ans plus tard, il déménage au 5bis Rue Victor Schoelcher. Dans ce studio, il est devenu l’envie de ses collègues du quartier : c’était le seul à disposer d’une baignoire. L’élégant bâtiment est toujours debout et ses grandes fenêtres donnent sur le cimetière du Montparnasse (où sont enterrés, entre autres, Charles Baudelaire, Sartre et Simone de Beauvoir, Man Ray, Samuel Beckett et Susan Sontag). « Un choix étrange pour quelqu’un qui était notoirement superstitieux », a remarqué John Richardson, le biographe du peintre de Malaga. C’est précisément à la suite du décès de la seconde partenaire et muse de l’artiste, Eva Gouel, en 1915, que les vues ont commencé à altérer l’humeur du peintre. Il y vit cependant jusqu’en 1918, date à laquelle il déménage dans l’atmosphère plus embourgeoisée et sélect de la rue La Boétie, de l’autre côté de la Seine, pour s’installer avec sa première femme, la danseuse russe Olga Khokhlova.

Reconstitution de l'atelier du sculpteur italien Alberto Giacometti à l'Institut Giacometti dans la capitale française.
Reconstitution de l’atelier du sculpteur italien Alberto Giacometti à l’Institut Giacometti dans la capitale française. Sabine Glaubitz (alliance de photos / Getty Images)

Au numéro 5 de la rue Victor Schoelcher, le siège de la Institut Giacometti. L’atelier du sculpteur suisse y a été reconstitué. Des expositions temporaires et d’autres activités y sont organisées, sur réservation. Le véritable atelier du célèbre artiste se trouvait non loin de là, au 46 rue Hippolyte Maindron.

À lire également  Audrey Hepburn, l'élégance illustrée de l'icône qui a inspiré des millions de femmes

L’opération de réaménagement urbain Montparnasse-Maine, menée dans les années 1970 et aboutissant à la Tour Montparnasse, a emporté avec elle de nombreux ateliers d’artistes. Là où se dresse le controversé gratte-ciel, le deuxième plus haut de la ville avec ses 60 étages, se trouvait le studio de Blanchard, celui de Rivera et celui de Mondrian. Cependant, au 21 avenue du Maine, le bâtiment connu aujourd’hui comme le Villa Vassilieffl’un des rares cite d’artistes qui subsistent, en grande partie intacts, dans le quartier, et dans lequel Blanchard a également vécu. Dans une ruelle tranquille se trouvait la cantine tenue par la peintre russe Marie Vassilieff, dont on dit que Trotsky faisait partie des amants. Pendant la Première Guerre mondiale, de nombreux artistes venaient y manger, et comme il n’y avait pas de couvre-feu, il était bondé tous les soirs.

Sur le chemin des jardins du Luxembourg, et déjà dans le 6e arrondissement, en poursuivant cette route aux airs artistiques, il ne faut pas manquer de s’arrêter au 100 bis rue d’Assas, où le sculpteur russe Ossip Zadkine avait autrefois son atelier. Convertie en Musée ZadkineAujourd’hui, elle expose ses œuvres ainsi que celles de sa femme Valentine Prax. Le petit jardin conserve tout son charme avec ses sculptures où ont été replantés les aubépines, les hortensias et les cyclamens que l’artiste aimait tant.

Musée Zadkine au 100 bis rue d'Assas à Paris, où le sculpteur russe Ossip Zadkine avait autrefois son atelier.
Musée Zadkine au 100 bis rue d’Assas à Paris, où le sculpteur russe Ossip Zadkine avait autrefois son atelier.Hemis / Alamy

Une promenade de vingt minutes en bordure des jardins vous mènera aux berges de la Seine. Vous y trouverez le luxueux restaurant Lapérouseoù l’une des plus grandes scissions du groupe cubiste a eu lieu après que le Mexicain Diego Rivera ait été sur le point de frapper le critique Pierre Reverdy. C’est un bon endroit pour confirmer ce que le poète John Ashbery a dit et l’écrivain Enrique Vila-Matas a réaffirmé : « Après avoir vécu à Paris, on est incapable de vivre ailleurs, y compris à Paris ».

Abonnez-vous ici à la Bulletin d’information El Viajero et trouvez l’inspiration pour vos prochains voyages dans nos comptes sur Facebook, Twitter e Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *