Le voyage parcimonieux de l’AVE de Madrid à la Galice a commencé il y a 20 ans avec les origines solennelles des premiers dormeurs et arrivera dans un mois après cinq échéances officielles non respectées. La vente des billets débutera mardi prochain et le 21 décembre la ligne sera mise en service, bien que sa vitesse ne soit pas le compromis pour le moment. Les trajets de Madrid à La Corogne, Santiago, Pontevedra et Vigo dureront au moins 20 minutes de plus que prévu car les trains à écartement variable de la série Talgo 106, dits Avril, ne sont pas encore prêts, les seuls à circuler. le maximum. Le ministère des Transports a promis en octobre que cette ligne entrerait en service « à l’été ». Lundi dernier, il n’a donné aucune date limite.

La ministre des Transports, Raquel Sánchez, sixième responsable depuis le début des travaux, a dirigé ce lundi le « premier trajet d’essai » du tronçon avec la ligne d’arrivée, un trajet de 119 kilomètres entre Pedralba de la Pradería (Zamora) et le ville d’Ourense, comprenant une trentaine de tunnels et autant de viaducs. La réunion, qui a culminé par une action à la gare d’Ourense au cours de laquelle des discours exhortant à la description de l’AVE de Galilée comme un « point de repère historique », « un grand pas » et un « travail complexe », s’est achevé, les présidents se sont inscrits depuis Galice et Castilla y León, conseillers régionaux, ancienne ministre du Développement du PP Ana Pastor, présidents des conseils d’Ourense et de Lugo et maires de leurs capitales, bien que les vitesses élevées n’atteignent même pas la ville de Lugo.

À partir du 21 décembre, les trajets entre Madrid et la plupart des villes galiciennes (en restant en dehors de la ligne Ferrol et Lugo) seront réduits d’un maximum de 1 heure et 28 minutes et d’un minimum de 54 minutes, selon la situation. Se rendre de la capitale espagnole à Ourense prendra 2 heures et 15 minutes ; à Santiago, 3 heures et 20 minutes; à La Corogne, 3 heures et 51 minutes ; à Pontevedra, 4 heures; et à Vigo, 4 heures et 16 minutes. Lorsque les trains Avril arriveront l’année prochaine, ces itinéraires, autres qu’Ourense, seront réduits d’environ 20 minutes, rapporte le ministère, des chiffres qui ne parviennent pas à atteindre le dernier objectif fixé par le gouvernement de Pedro Sánchez pour 2021. Selon cette promesse, le -aer , cao Adif se dévoile encore sur YouTube, le trajet jusqu’à Vigo ne durera que 3 heures et 20 minutes.

Le ministre a également annoncé qu’à partir du 21 décembre, les services quotidiens passeront de 6 à 10 en direct sur les liaisons entre la capitale espagnole et La Corogne, Santiago et Ourense ; de quatre à huit pour aller à Vigo ; et de cinq à sept pour se rendre à Pontevedra. Le président de Galilée, Alberto Núñez Feijóo, a appelé le gouvernement dans son discours à ce que les trains Avril dépassant les 300 kilomètres par heure commenceront à circuler sur la ligne à grande vitesse galicienne avant l’été prochain pour répondre à la demande touristique de Xacobeo 2022.

Plus d’investissements dans le nord-ouest

Les présidents de Galice et de Castille-et-León, tous deux du PP, ont profité de l’action du ministre socialiste pour exiger « le même boom » sur les liaisons ferroviaires de fret dans le nord-ouest de l’Espagne et sur la bande méditerranéenne. « Nous avons besoin que le gouvernement espagnol considère l’ensemble du territoire de la même manière », a déclaré Alfonso Fernández Mañueco, un Espagnol de Castille. « Le Corridor Atlantique, comme la Méditerranée, répond également à la stratégie du pays », a répondu Raquel Sánchez. Feijóo a également demandé des investissements pour relier la Galice à Lisbonne avec AVE.

La construction de la ligne à grande vitesse a nécessité un investissement de près de 4 400 millions d’euros et de nombreuses ouvertures partielles. Le premier sommeil en 2001 s’est accompagné d’une action institutionnelle présidée par José María Aznar, avec Manuel Fraga comme président de la Xunta et Francisco Álvarez Cascos portant le portefeuille du Développement. Depuis lors, les célébrations officielles des premiers dormeurs et des croisières de toutes parts se sont enchaînées pendant des années. La première route baptisée par les autorités à grande vitesse en Galice était de 10 kilomètres entre Santiago et Ordes et a ouvert en 2003 avec un discours de Mariano Rajoy en tant que vice-président du gouvernement. Ce jour-là, le voyage n’était pas terminé non plus : il n’y avait pas de tunnel.

Si l’échéance estivale est respectée, la Galice se verra promettre l’AVE 30 ans seulement après la mise en service par l’Espagne de sa première ligne à grande vitesse entre Madrid et Séville. L’investissement de plusieurs millions de dollars dans les trains à grande vitesse vers le Plateau a augmenté le budget pour remodeler les services ferroviaires nationaux particulièrement obsolètes, comme l’ont toujours souligné les syndicats, les écologistes et les plateformes d’utilisateurs. Pour compléter le trajet de 69 kilomètres entre La Corogne et Ferrol, les convois mettent une heure et vingt minutes pour parcourir un seul sentier non électrifié dont la route est sûre depuis le XIXe siècle.

Arrivée de l’AVE à Camartín

Et un autre projet ferroviaire tant attendu a un budget et un calendrier. Le conseil d’administration d’Adif Alta Velocidad, lors de sa dernière réunion, a autorisé le contrat de construction de la liaison entre les lignes à grande vitesse Madrid-Barcelone et Madrid-Levante, dans la commune, pour un montant de 111,7 millions d’euros. Terme madrilène. Grâce à cette liaison, les trains circulant sur la ligne Madrid-Barcelone pourront rejoindre la gare Madrid-Chamartín, via le tunnel Atocha-Chamartín, en utilisant la ligne Madrid-Levante. De même, ils pourront accéder à la gare routière d’Atocha à l’avenir.

L’action a une période d’exécution de 36 mois, qui sera prête, une fois le contrat attribué, en 2025. Actuellement, les trains de Barcelone et de Levante terminent leur trajet à la gare de Madrid-Puerta de Atocha. Grâce au nouveau tunnel à voie normale entre la gare de Puerta de Atocha et la gare de Chamartín, les trains en provenance de Levante pourront poursuivre leur trajet jusqu’à Camartín ou continuer au nord ou au nord-ouest de la péninsule.

Cependant, avec la configuration actuelle des voies, les services Madrid-Barcelone ne peuvent se connecter qu’aux voies existantes à la gare de Puerta de Atocha. Afin de garantir la pleine fonctionnalité de ce corridor, Adif AV sous-traite désormais pour proposer les travaux de raccordement de la ligne Madrid-Barcelone à la ligne Madrid-Levante.

C’est un travail complexe. D’une part, la connexion entre les deux lignes à grande vitesse ne peut être utilisée que dans le triangle formant les autoroutes M-45 et M-5 et à proximité de Perales del Río (Getafe). De plus, la présence de multiples infrastructures ainsi que de quelques espaces naturels ajoute une certaine complexité technique, selon l’Adif dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *