Aller au contenu
Accueil » Actualité » [On a aimé] Entre folie et sensualité, Juliette Armanet enflammé la Fiesta

[On a aimé] Entre folie et sensualité, Juliette Armanet enflammé la Fiesta

« C’est fou je ne connaissais pas trop ses chansons, mais cette fille est une bête de scène ! », lance une festivalière à la fin du concert de Juliette Armanet à la Fiesta des Suds, le soir du 6 octobre. Il faut dire que l’icône féminine, tête d’affiche du festival cette année, est un fait fort. Le public reste presque bouche béée, absorbé par une telle performance : pailletée, veloutée, digne d’une rock star sous le signe de son dernier album « Brûler le feu ».

Juliette Armanet, commence en douceur. Elle s’assied, délicate, devant son piano noir. Sa voix douce qu’elle accompagne de sa gestuelle sensuelle et élégante la rend irrésistible. Le tout enveloppé d’une habitude disco, soit le haut, soit le bas, soit les deux ! Une boule à facettes longiligne, bottines XXL noires des années 90, t-shirt blanc, brille de mille feux sur la scène du J4.

Juliette Armanet sur la scène J4 de la Fiesta des Suds (Crédit : MG/Gomet’)

C’est au rythme de« Brûler le feu » que Juliette Armanet se transforme, au milieu du concert, en statut de la Liberté moderne : fumigène dans la main droite, micro dans la main gauche pour faire chanter le public, qui parfois – sans aucune mauvaise volonté – n’ n’arrive pas à suivre les paroles de ses chansons. Mais tant pis, Juliette électrise la scène face à la Méditerranée accompagnée de six musiciens déchainés. Elle dégage une telle énergie, impossible de ne pas la regarder, le public est galvanisé.

Son jeu est juste, elle n’en fait pas trop et réussit à jongler avec nos émotions. Du feu, aux larmes, de la guitare électrique, au piano solo… cette ancienne journaliste au sens du récit. Si Juliette Armanet maîtrise parfaitementsa gestuelle, elle n’en paraît pas moins dans le contrôle. Au contraire, la star se laisse débordée par son émotion avant d’interpréter « Je ne pense qu’à ça » au piano, après un retour sur scène sous les applaudissements du public. Si c’est le dernier jour du Disco, on ne souhaite pas que ce soit le dernier live de la chanteuse. Juliette, tu nous « joues » !

À lire également  Quatre départements en vigilance orange pour des vents violents

Liens utiles:

> Après 30 ans, la Fiesta des Suds est toujours un emblème marseillais
> La discographie de Juliette Armanet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *