Aller au contenu
Accueil » Actualité » Objectifs de développement durable : une participation citoyenne accrue face à la crise mondiale Réseau d’experts Planète du futur

Objectifs de développement durable : une participation citoyenne accrue face à la crise mondiale Réseau d’experts Planète du futur

Nous vivons un moment crucial pour l’humanité. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a prévenu : « Nous sommes au bord du gouffre et nous avançons dans la mauvaise direction ». La crise qui affecte la planète entière a de graves conséquences sur la santé humaine, le climat, les inégalités et les violences faites aux femmes. Au fur et à mesure que ces conséquences grandissent, les pays signataires collectent les accords internationaux non conformes, tels que les timbres exotiques à afficher.

Les crises sont multiples et complexes : l’avènement de la nouvelle souche covid-19 intervient sans que nous apprenions la leçon que le vaccin doit être accessible à tous ; le Sommet sur le climat n’a pas montré suffisamment d’efforts de la part des pays pour limiter le réchauffement climatique de 1,5 degré ; Le chiffre de 137 femmes assassinées quotidiennement dans le monde montre que les progrès contre les violences sexuelles sont très fragiles ; une dégradation démocratique a lieu dans le monde entier, comme nous l’avons vu récemment en Amérique centrale ; les conflits, le changement climatique, la misère et les violations des droits humains font sortir plus de 80 millions de personnes de chez elles ; le génocide des peuples autochtones et le racisme sont en augmentation dans le monde entier. Et ainsi nous pourrions continuer encore et encore.

Sept sur dix vivent dans des États démocratiques dont les lois sont contraires aux valeurs démocratiques

Au cours de la prochaine décennie, nous aurons beaucoup à offrir ; nous avons besoin de pays engagés et responsables. Nous voulons également que la société civile joue un rôle important dans la construction d’un monde des droits de l’homme et de la protection de la planète. Un élément clé dans un contexte très complexe est ce que l’on appelle « l’espace civique et démocratique », c’est-à-dire la capacité des citoyens à s’exprimer, à s’organiser et à agir pacifiquement dans la vie démocratique. Ne pas garantir la participation citoyenne fragilise les droits les plus fondamentaux des populations et la promotion des biens publics mondiaux tels que le climat, la paix ou les libertés civiles. De plus, elle met en péril les résultats de l’Agenda 2030, auquel les pays se sont engagés.

À lire également  Forum ForIndustrie (EDF) : rendez-vous le 26 novembre pour la 6e édition

Conséquences des restrictions à la citoyenneté

Une photographie du monde pour garantir une image citoyenne, il y a une image inquiétante. Sept personnes sur dix vivent dans des États démocratiques dont les lois sont contraires aux valeurs démocratiques. Dans de nombreux endroits, les arrestations et amendes arbitraires, la censure, le harcèlement ou les lois restreignant les droits de l’homme sont monnaie courante. Une réalité qui s’est détériorée à travers le monde car certains gouvernements ont utilisé la pandémie comme excuse pour restreindre ou renforcer la participation de la société civile.

L’une des conséquences les plus graves de cette affaire est la 331 meurtres de défenseurs des droits humains en 2020. Mais il y a bien d’autres sujets qui devraient être préoccupants : la capture des sauveteurs en Méditerranée ; amendes pour ceux qui se rencontrent spontanément dans l’espace ou présentent de la rouille ; harcèlement des femmes défendant leurs droits; persécution des journalistes. En Espagne, des groupes sociaux ont depuis décrit la proposition d’abroger la loi gobelin Les droits à la liberté d’expression, de réunion, d’information et à la vie privée continueront d’être bafoués. Ce défi est donc sur le toit des pays avec le plus de démocratie et d’engagement envers l’Agenda 2030.

Société civile et démocratie

Les préoccupations concernant les limites de la liberté d’expression, de mobilisation et de participation des citoyens aux affaires publiques ne sont pas exclusives aux mouvements sociaux et aux jeunes. Dans les engagements clés de la Commission européenne pour les années à venir (Agenda stratégique de 2019 à 2024(b) leur responsabilité dans la protection et la garantie des droits fondamentaux et des libertés civiles signées dans leurs traités soit mise en évidence.

À lire également  Toujours autant de déchets dans les cours d'eaux : le constat amer des associations

Le travail que font les pays en matière de coopération et d’aide humanitaire n’échappe pas à ce réveil. C’était clair pour le Comité d’aide au développement de l’OCDE : en juillet dernier, il a approuvé une série de louanges pour ses États membres sur le renforcement des contextes qui renforcent l’espace civique et la participation citoyenne dans les lieux où ils coopèrent. Cela a été récemment expliqué lors de la Conférence des députés de Mayumi Endoh, du Centre de développement de l’OCDE : « La société civile a un rôle clé à jouer dans l’Agenda 2030 et dans la réponse à la pandémie en développant des stratégies indépendantes et en créant des alliances ».

Nous avons besoin d’États qui montrent l’exemple et renforcent la démocratie. Cela élargirait l’abîme qu’António Guterres met en garde

L’alarme sonne dans le monde entier et dans différents espaces. Certains gouvernements répondent à des stratégies spécifiques qui garantissent la participation de la société civile à l’action politique. Certaines des mesures prises comprennent le renforcement de la consultation des citoyens, une plus grande garantie des droits de l’homme, un engagement en faveur de l’éducation aux valeurs de solidarité et de citoyenneté mondiale. D’autres se concentrent sur le renforcement de l’accès aux médias ou la promotion de la transparence ; D’autres renforcent les capacités de nombreuses organisations à proposer des solutions et à innover grâce à leur accès aux ressources publiques. Toutes ces mesures visent à renforcer le dialogue avec les citoyens, élément essentiel pour garantir une société pleinement démocratique. Cependant, ce ne sont pas des généralisations ; en fait, c’est l’autre tendance qui prévaut et qui est très préoccupante.

À lire également  Narbonne : Boutenac, cru des Corbières, a aussi le goût d'un livre

Nous vivons une époque de grandes difficultés démocratiques à travers la planète. Au milieu des vagues démocratiques, nous avons besoin de pays qui promeuvent des espaces d’action citoyenne ; qui garantit la liberté d’expression, le droit de mobilisation et de participation. Les pays qui encouragent la coopération avec les sociétés civiles ailleurs – l’un des meilleurs moyens de coopérer face à des défis complexes et mondiaux. Nous avons besoin d’États qui montrent l’exemple et renforcent la démocratie. Cela élargirait l’abîme qu’António Guterres a traversé.

Vous pouvez suivre PLANETA FUTURO dans Twitter, Facebook e Instagram, et s’enrôler ici ‘newsletter’ nuestra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.