Aller au contenu
Accueil » Actualité » Nouvelle vague de débarquement : de Lampedusa à Crotone des centaines bloqués en mer, 28 migrants meurent en Libye

Nouvelle vague de débarquement : de Lampedusa à Crotone des centaines bloqués en mer, 28 migrants meurent en Libye

Noël de la mort en Méditerranée. De la mer Égée au canal sicilien en passant par la Libye, malgré la mer agitée et les intempéries, des centaines de migrants ont tenté un voyage d’espoir vers l’Europe, et beaucoup sont morts, et sur les côtes de l’Italie les débarquements se sont poursuivis sans relâche : aujourd’hui, seuls 490 ont débarqué en Calabre . Vingt-huit corps ont quitté les vagues sur la plage d’Al-Alous, à 90 kilomètres à l’ouest de Tripoli, où le Croissant-Rouge libyen a secouru trois migrants qui ont survécu à leur petit bateau. Celui-ci a récupéré au moins 30 corps dans les eaux au large des îles grecques ces derniers jours : 11 jeudi en vue de l’île d’Antikhytera (Anticitera) et quelques heures plus tard, vendredi, 16 de Paros, dont des nouveau-nés et trois femmes, contre 63 secourus après avoir embarqué sur des cales en caoutchouc avec au moins 80 personnes. Samedi, jour de Noël, un canot pneumatique s’est éloigné de l’île de Folegandros et trois personnes se sont noyées. Mais il y avait entre 32 et 50 personnes à bord, pour la plupart toujours portées disparues, qui pourraient transformer ce naufrage en la pire tragédie maritime de la mer Égée cette année.

Tous les noyés et secourus n’avaient qu’une seule destination cette semaine, pas seulement les Libyens : l’Italie. Selon les reportages du radiodiffuseur turc Ert, les trafiquants de Cesme et Bodrum, sur la côte ouest de la Turquie, ont besoin de nouvelles routes de plus en plus dangereuses vers notre pays. « Ces derniers jours, l’activité des passeurs, indifférents à la vie humaine, s’est intensifiée, accumulant des dizaines de désespérés sans gilet de sauvetage sur des bateaux qui n’ont même pas les exigences minimales de sécurité », a déclaré le ministre grec des Affaires maritimes. . , Giannis Plakiotakis, accuse Ankara de « permettre aux trafiquants d’agir sans ingérence ».

Mais même la Méditerranée n’a pas connu le repos : le port de Crotone a accueilli 490 réfugiés de la mer en quelques heures, vague après vague. Le premier débarquement à l’aube, avec 90 personnes sur un voilier intercepté par un patrouilleur du Guardian di Finanza Roan, et le second avec 400 autres secourus en mer par un navire marchand battant pavillon russe, qui avait du mal à accoster font sa taille . au port de Calabre. Alarm a lancé un téléphone SOS après avoir perdu le contact avec un bateau avec 25 migrants à bord à la dérive à 200 milles des côtes de Malte. Les garde-côtes italiens sont également sur leurs traces. Un autre bateau avec 96 personnes à bord, dont une femme dans son neuvième mois de grossesse, a été secouru dans la RAS libyenne par Seawatch 3, qui recherche des ports après avoir collecté 446 migrants lors de cinq sauvetages en mer de 24 et aujourd’hui, le deuxième inclus . Le jour de Noël, le Viking Ocean a accosté à Trapani avec un chargement de 114 migrants et le Sea Eye 4 a débarqué 214 à Pozzallo. 100 autres personnes ont débarqué à Capo Rizzuto, en Calabre, à bord d’un voilier, et le 24 décembre, un bateau a débarqué sur les 154 personnes à bord à Capo di Leuca, dans le Salento.

À lire également  Freccia Vallone - Sport - ANSA

Mais pendant ce temps, 89 personnes du Bangladesh, de l’Érythrée, du Pakistan et de la Gambie ont atterri hier à Lampedusa et se sont jointes à 253 autres qui ont atterri avec au moins trois atterrissages différents la veille de Noël. Le premier centre d’accueil d’Imbriacola, sur l’île de Sicile, a déplacé au moins 363 invités, soulageant ainsi le hotspot qui a atteint sa population de 511 invités avec une capacité de 250 places ces derniers jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *