Aller au contenu
Accueil » Actualité » Nouveau projet « Masreb El Hattaya » de Nidhal Yahyaoui au Théâtre El Hamra : Retour aux sources

Nouveau projet « Masreb El Hattaya » de Nidhal Yahyaoui au Théâtre El Hamra : Retour aux sources

Après la dernière création musicale « Gourbi », née de la rencontre avec le musicien français Benoist Este-Bouvot, Nidhal Yahyaoui signe un retour aux sources avec son nouveau projet qu’il baptise « Masreb El Hattaya ».


Une évidence pour cet artiste qui restitue ici les images, visages et autres sonorités ancestrales. Une mémoire éveillée au son des voix des hommes et des femmes, gardiens de la terre et du soleil. « Dans cet environnement, dominé par la nature, les rythmes saisonniers de la vie agricole, les déplacements des nomades et la marche des bergers, fleurit le chant. La mémoire nous ramène aussi loin que la terre s’en rappelle. Tant d’histoires à raconter, histoires d’amours, de séparations, de joie et de fêtes, de prospérité et de famine, de combat, de lutte pour la survie, de résistance et d’oubli», lit-on dans le texte présentation du projet.

« Masreb El Hattaya » est itinérant, axé sur la rencontre des différences de formes musicales traditionnelles. Un voyage qui suivra la route empruntée par les Hattaya, travailleurs saisonniers qui sillonnent le pays d’une récolte à une autre, d’une saison à une autre. « En suivant ce parcours anthropologique « Masreb El Hattaya » fait escale dans une dizaine de lieux. De Gafsa au Kef et à chaque escale, la rencontre nous mène sur les lieux de la création avec des musiciens et chanteurs locaux. La synergie qui s’installe entre nous, musiciens, et ces détenteurs de la mémoire des lieux, donne naissance à des formes musicales nouvelles et actuelles», note l’artiste. La scénographie du spectacle évoque ce voyage, les titres chantés repris et restitués épousent de nouvelles formes dans le respect de son noyau dur. Le projet a cette particularité d’être en progression au gré des escales faites par l’artiste. « Deux ont déjà été réalisés, d’autres suivront… », note ce dernier

À lire également  Ucraina, tensione en jument. Nave da guerra francese ai russi : "State a distanza dalla nostra portaerei"

Originaire de Siliana, une région agricole mais aussi montagneuse qui fait le lien entre le Nord et le Centre de la Tunisie, Nidhal Yahyaoui est grandiose dans les quartiers du vieux Tunis, où convergent des gens d’horizons différents. Dans ce melting-pot sonore et musical, son oreille s’est aguisée. La musique et le chant oriental le séduisent tout jeune, il y consacre une partie de ses débuts. Habité par le désir de partager et de faire connaître la multiplicité de la musique tunisienne, Nidhal explore, revisite et exporte cette mémoire en dehors de ses frontières.

En 2014, son projet « Bargou08 » affirme la force et la pertinence des traditions musicales populaires ancestrales et invite les jeunes générations à se réapproprier et se réapproprier ces pans de la culture tunisienne. Les chants vieux comme la terre reprennent vie. Nidhal les habille de touches électrorock suivant la trace du Mezoued dans ses créations « Alphawin » (2016), puis « Chaouia » (2019) qui est une recherche sur les rythmes et les fusions sugurantes par l’âme du rythme, un univers sans partage qui se réunit le temps des anciens au nôtre par la force d’un instant créatif. De sa rencontre avec le musicien français Benoist Este-Bouvot est né «Gourbi» en 2020, un titre qui évoque une habitation de fortune faite d’assemblage de matériaux différents, fragile et précaire. Il constitue l’habitat des marginaux et des défavorisés. «Gourbi» se fait l’écho des deux rives de la Méditerranée et accueille les riches sonorités et les nombreuses mélodies d’un monde fragilisé. Il œuvre pour une ruralité plus grande qu’une campagne, une ville plus petite qu’une rue. La voix de Nidhal épouse bien les modes du chant classique oriental : Oum Kalthoum, Warda… Mais il revient toujours aux sources, se souvient des berceuses des vieilles grands-mères, du chant des moisons, les rythmes puissants des fêtes et des mariages, les voix de ces femmes et hommes qui résonnent dans les plaines. Il se définit ainsi par la musique qu’il fait, un travail d’archéologue qui cherche dans les entrailles de la terre les sonorités si familières, mais à la fois si lointaines. Son nouveau projet est une belle cartographie musicale et humaine à la hauteur des attentes !

À lire également  Connaissez-vous le Centauré de la Clape ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *