Aller au contenu
Accueil » Actualité » Navires de croisées : une manifestation à La Ciotat

Navires de croisées : une manifestation à La Ciotat

Le collectif de riverains « La Ciotat sans croisies », soutenu par « Attaque », « Alternatiba La Ciotat  » et  » Arrêt Croisières » a organizée mardi 6 septembre à 9h une manifestation à terre et sur l’eau rassemblant trois voiliers, un pointu et neuf canoës biplaces, ainsi que vingt personnes sur le Môle Bérouard pour réussir le message « La Ciotat dit non aux bateaux de croisière ».

Des riverains se manifestent sur l’eau, le mardi 6 septembre, jour de l’arrivée d’un de ces navires. (crédits : La Ciotat sans croisées)

Les raisons de ce refus : La Ciotat ne disposerait pas d’une infrastructure suffisante pour accueillir des navires de croisière de cette taille qui par conséquent s’amarrent au large pendant que des navettes aménent les touristes sur le Port Vieux. Ces derniers sont attendus par des bus qui selon les riverains ne coupent pas leurs moteurs pour faire fonctionner la climatisation et enfument le quai François Mitterrand. Les croisiéristes se rendraient ensuite à Marseille, Castellet, Salon-de-Provence et à Cassis en attendant que La Ciotat ne profite peut-être économiquement de ce tourisme qu’elle ne doive subir les nuisances.

(crédits : La Ciotat sans croisées)

« Et même si la ville était équipée pour l’accueil des bateaux de croisière, même s’il y avait des retombées économiques concrètes, ces géants des mers ne sont pas compatibles avec notre avenir. Pollution de l’air, pollution de la mer, réchauffement climatique, consommation des ressources naturelles […] les impacts délétères de cette industrie ne sont plus à demunetrer » affirme le collectif de riverains par communiqué. Une contestation qui rappelle les critiques de la Ville de Marseille vis-à-vis de l’industrie de la croisière. Cet été, le maire de Marseille Benoît Payan a lancé une pétition contre la pollution générée par les navires en Méditerranée.

À lire également  A Narbonne, Jean Castex a conclu un marché à grande vitesse avant de déménager à Gruissan pour le plan Littoral 21.

Liens utiles:

> Pollution : « Un navire à quai, c’est quelques dizaines de milliers de véhicules » (Atmosud)
> Le monde économique et maritime déplore la pétition lancée par la Ville de Marseille
> Pour 2022, le Club de la croisisse garde le cap sur la transition écologique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.