Aller au contenu
Accueil » Actualité » Navire Avenir : le 1er catamaran de sauvetage européen prend corps à Marseille

Navire Avenir : le 1er catamaran de sauvetage européen prend corps à Marseille

« C’est une catastrophe, toutes les trois heures une personne meurt en Méditerranée » Alerte Sébastien Thiéry, coordinateur du projet « Navire Avenir. » Son projet vise à changer la donne. Le premier service de navigation européen livrera une planche « hospitalière » à un lancement à grande échelle vieux de 2024 ans.

Un nouveau concept d’acupuncture et d’hospitalisation

Depuis 2012 l’association Pérou (Pôle d’exploration des ressources urbaines), dont Sébastien Thiéry est le cofondateur, a mis en œuvre des actions pour promouvoir l’hospitalité et la rendre visible dans le monde entier. A l’occasion des journées européennes du patrimoine 2018, Pérou engage une procuration auprès de l’Unesco afin que soit inscrit l’acte d’hospitalité à l’inventaire du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le navire acceuiellera environ 400 rescapés sur cinq étages. (crédits : Pérou / VPLP)

Pour changer la mentalité face à l’accueil, l’association travaille particulièrement dans des lieux où l’hospitalité n’est pas au rendez-vous mais fortement demandée, comme dans les bidonvilles, des squats et camps des villes en France et ailleurs, ou en mer. Pour rendre la Méditerranée plus hospitalière, il faut mettre à disposition 10 navires pour le sauvetage et l’accueil des rescapés, c’est ce qu’écrit Sébastien Thiéry dans l’inscription pour l’Unesco. Plus précisément, des navires, qui sont adaptés à ces missions, ce qui n’est, selon Thiéry, actuellement pas le cas.

Je suis convaincu qu’à partir de ce navire, à partir de ce projet on peut tout repenser. Ce navire est un morceau d’une Europe accueillante

Sébastien Thiéry

Navire Avenir : un catamaran de 219 pieds d’ici 2024

C’est avec au Centre Pompidou Metz que la décision est prix en 2020 : le premier navire d’une flotte des dix catamarans sera effectivement intégré. Sébastien Thiéry est ensuite contacté avec l’architecte naval Marc Van Peteghem et le designer Marc Ferrand, et SOS Méditerranée pour comprendre les besoins d’un navire de sauvetage.

À lire également  Guerre en Ukraine : les navires russes privés de ravitaillement en carburant en Méditerranée

Aujourd’hui 500 personnes travaillent sur ce projet, des designers, des artistes, des juristes, des étudiants et des chercheurs d’une cinquantaine d’écoles européennes et sud-américaines pour concevoir et construire ce premier navire qui a comme objectif de sauver des vues en Méditerranée. Après deux années d’études, Pérou et ses partenaires présentent désormais le résultat à Marseille : d’ici 2024 un catamaran, baptisé « Avenir », de 67 mètres de long sur 22,50 de large, doté de cinq ponts et en capacité d ‘accueillir à son bord environ 400 rescapés va prendre corps.

Plan catamaran Avenir. Le chantier devrait commencer dans un an. (crédits : Pérou / VPLP)

L’Association Pérou porte ce chantier naval et est soutenue par la Friche Transfert, le Centre Pompidou-Metz, Anticipations Lafayette, ICI-Centre chorégraphique de Montpellier, Coco Velten, la Plateforme Parallèle, et Mucem, l’Institut Français de Palerme, et Goethe-Institut et le programme de soutien à la conception et à la réalisation de projets artistiques «Mondes Nouveaux». Elle travaille également avec des structures sociales et les hôpitaux de Marseille pour penser à la suite, une fois que le navire a accompli sa mission et les rescapés sont à terre.

20 millions d’euros pour Navire Avenir

« Nous n’avons pas encore de chiffres absolus concernant le financement et les coûts futurs. Nous sommes encore en train de chiffrer et tout calculer » Dit Sébastien Thiéry, mais deux grands chiffres sont déjà sur la table : la conception du bateau devrait coûter environ 500 000 d’euros, ce qui implique également beaucoup de bénévolat. Pour la réalisation du navire, qui nécessite principalement de l’aluminium et de l’acier, deux matériaux actuellement très chers, Thiéry parle d’environ 20 millions d’euros, mais il y aurait encore de nombreuses décisions politiques et écologiques à prendre en compte, qui peut faire baisser ou augmenter le prix, par exemple le lieu de production des pièces détachées, explique-t-il.

À lire également  Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé

En plus du mécénat, le financement se fait par un prêt bancaire : « Pour rembourser sur saura louer ce bateau, notamment à des structures comme SOS Méditerranée, à 14 000 euros la journée ».

Sébastian Thiéry sur le toit du Coco Velten
Sébastian Thiéry avec la maquette du navire sur le toit du Coco Velten. (credo : Giorgia Grimaldi)

Présentation au Mucem dimanche 26 juin

Le 26 juin 2022, le Pérou a organisé une procession Coco Velten pour traiter les plans et maquette du navire jusqu’aux rivages du Mucem où, en 2024, il s’élancera vers la haute mer. Portails et réplicants des partenaires scientifiques et projets, Médiations, Migrations ainsi que le collectif Maraboutage et le maire de Palerme seront présents.

Lire la suite

> Le Projet Navire Avenir
> La présentation au Mucem
> Activation SOS Méditerranée dans les Archives Gomet’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.