Aller au contenu
Accueil » Actualité » Narbonne : Le Parc méditerranéen de l’innovation croit en son destin

Narbonne : Le Parc méditerranéen de l’innovation croit en son destin

Treise and after sa création à la zone de la Coupe, le Parc méditerranéen de l’innovation peine à attirer les entreprises technologiques espérées. Une réalisation pour de nombreux territoires qui ne passent pas par les quelques jolies réussites. Le point avec Jean-Michel Alvarez, c’était l’économie du Grand Narbonne.

L’historique du projet

Implant au sein de la ZAC de la Coupe, le Parc méditerranéen de l’innovation (PMI) a été créé par le Grand Narbonne en 2009 dans le but de « faire venir des entreprises innovantes et technologiques sur le territoire, rappelle Jean-Michel, Alvarez, vice-président chargé de l’économie de l’Agglo. Il s’étend sur 10 hectares et représente un véritable pôle de compétences, alliant la recherche de l’enseignement supérieur, l’accompagnement et le développement des entreprises innovantes, dans un cercle vertueux ».

Un écosystème favorable au développement de nouveautés activées

Une première tranche a ainsi été créée en 2009 constituant le centre de ressources du parc autour de trois bâtiments : une halle de transfert technologique du laboratoire de biotechnologie de l’environnement de l’INRA, qui assure un appui technologique aux entreprises innovantes dans le secteprises industries environnementales et environnementales; la pépinière d’entreprises Innoveum, qui accompagne les entreprises innovantes; et le pôle universitaire scientifique (antenne de l’université de Perpignan), proposant notamment le DUT génie chimique-génie des porteurs, qui forme actuellement 70 étudiants.

Une deuxième tranche d’aménagement, confiée à la société Alenis, est venue par la suite compléter cette offre de services aux entreprises en matière de formations, d’accompagnement, de transfert de technologie et d’offres immobilières variées, avec un hôtel d’ entreprises et terrains.

« Il est difficile d’attirer des entreprises technologiques et innovantes sur un territoire »

2022 : cinq entreprises installées ou en cours d’installation

Ces terrains, au nombre de vingt, s’étendent sur une surface de trois hectares. « À ce jour, malgré les prix attractifs, peu sont construits, reconnaît l’élu. Mais il est difficile d’attirer des entreprises technologiques et innovantes sur un territoire, surtout lorsqu’il est éloigné des grandes villes ».

Malgré cette réalité, il faut noter de belles réussites. Comme l’installation en 2020 de la société Meodex, spécialisée dans les éclairages LED. « C’est un ingénieur narbonnais, qui a fait ses études à Lacroix puis à l’IUT de Montpellier avant de créer son entreprise à Narbonne. Il a été hébergé à la pépinière Eole en attendant de pouvoir acheter un terrain. C’est aussi l’un de nos objectifs : faire revenir des jeunes issus du territoire, partis faire leurs études, en les accompagnant dans le développement de leur projet ».

A lire aussi :
Narbonne : Meodex s’implante sur l’espace nord du Parc Méditerranée de l’Innovation

À lire également  Vingt-six migrants ont fugué de leurs structures d'accueil

Autre exemple : le groupe Atlan, spécialisé dans le matériel de blanchisserie professionnel, installé depuis 2015 et qui emploie actuellement une vingtaine de salariés. Trois autres entreprises (copieurs et système vidéo, développeur d’énergies et AdBlue, déploiement fibre optique) devraient prochainement les rejoindre.

Saisissez les critères d’entrée

« Nous sommes un peu moins sélectifs que nos prédécesseurs, précise Jean-Michel Alvarez. On assouplit tout en restant dans les règles. Bien sûr, il doit s’agiter d’entreprises technologiques, qui fabriquent, et porteuses d’emploi. Elles doivent être innovantes pour notre territoire ». Les terrains de Quinze sont toujours à pouvoir et des lieux sont également disponibles à la pépinière et à l’hôtel d’entreprises.

Un concours national pour attirer les ingénieurs

Afin d’attirer ces profils d’ingénieurs recherchés par les entreprises innovantes de présenter les atouts du territoire, le Grand Narbonne a lancé en fin d’année la première édition du Challenge national de l’ingénieur. Une concrétion d’entrepreneuriat, un accusateur d’idées et d’innovation, qui est un mobilisateur et un objecteur potentiel d’étude, d’innovateurs, d’entrepreneurs sur des projets de création ou de développement d’entreprises. Il est ouvert à tous les étudiants et élèves ingénieurs de France porteurs d’un projet innovant ainsi qu’à toutes les entreprises du territoire souhaitant accélérer leur projet d’innovation. L’événement initialement prévu début février et rapporté à cause du contexte sanitaire aura lieu les 26 et 27 mars à IN’ess. Deux années en pépinière seront décernées aux trois lauréats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *