Aller au contenu
Accueil » Actualité » Moscou prévient que l’Ukraine pourrait « se détruire » alors que la Russie et les États-Unis s’affrontent à l’ONU | Russie

Moscou prévient que l’Ukraine pourrait « se détruire » alors que la Russie et les États-Unis s’affrontent à l’ONU | Russie

L’Ukraine sera responsable de sa propre destruction si elle sape les accords de paix existants, a averti un haut diplomate russe lors d’un débat du Conseil de sécurité de l’ONU sur la crise.

L’avertissement de Vasily Nebenzya, représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, lors d’une session combative du Conseil, est intervenu un jour de poursuite de la diplomatie de haut niveau visant à désamorcer la crise ukrainienne. Le département d’État a confirmé avoir reçu une réponse de Moscou à un document que les États-Unis ont remis à Moscou la semaine dernière, décrivant officiellement les domaines dans lesquels l’administration Biden pense que les deux pays pourraient trouver un terrain d’entente. Les responsables américains n’ont pas divulgué le contenu de la lettre russe, affirmant qu’ils ne « négocieraient pas en public ».

Le secrétaire d’Etat américain Tony Blinken et son homologue russe Sergueï Lavrov doivent s’entretenir mardi, dans la foulée de la lettre russe et de la session du Conseil de sécurité. Entre-temps, lundi, Vladimir Poutine s’est entretenu avec Emmanuel Macron lors de la deuxième conversation téléphonique entre les dirigeants russe et français depuis vendredi.

« Les deux dirigeants sont convenus de poursuivre les contacts par téléphone et d’envisager rapidement la possibilité de se rencontrer en personne », a déclaré le Kremlin dans un communiqué.

La session du Conseil de sécurité de lundi n’a rien fait pour réduire le large fossé entre la Russie et l’Occident, mais a fourni un test de force diplomatique sur la scène mondiale. Nebenzya a commencé la réunion en qualifiant d' »hystériques » les affirmations occidentales d’une attaque russe planifiée et a reproché à l’Ukraine de ne pas respecter les accords de Minsk de 2014 et 2015, qui étaient censés mettre fin au conflit entre le gouvernement de Kiev et les séparatistes soutenus par la Russie en les régions de Lougansk et de Donetsk.

Nebenzya, le représentant permanent de la Russie à l’ONU, a également reproché aux pays occidentaux d’avoir « rempli activement l’Ukraine d’armes » qui, selon lui, seraient utilisées contre des civils dans l’est du pays et étaient « en violation des accords de Minsk ».

Il a terminé son allocution au conseil de sécurité par un avertissement.

« Si nos partenaires occidentaux poussent Kiev à saboter les accords de Minsk, ce que l’Ukraine fait… volontairement, cela pourrait se terminer de la pire des manières pour l’Ukraine », a déclaré Nebenzya. « Et pas parce que quelqu’un l’a détruit, mais parce qu’il se serait détruit lui-même et que la Russie n’a absolument rien à voir avec cela. »

Les États-Unis avaient appelé à un débat d’urgence sur l’Ukraine dans le cadre d’une campagne diplomatique visant à repousser ce que Washington et ses alliés considèrent comme une invasion russe planifiée de l’Ukraine. Dans le cadre de cette campagne, les États-Unis et le Royaume-Uni ont tous deux annoncé que les oligarques russes pro-Poutine seraient ciblés si une attaque avait lieu.

La Russie avait cherché à arrêter un débat du Conseil de sécurité sur l’Ukraine jusqu’à ce qu’elle prenne la présidence du Conseil mardi. Mais seule la Chine a soutenu son opposition, le Gabon, l’Inde et le Kenya s’étant abstenus, laissant aux États-Unis plus des neuf voix requises pour procéder à une séance publique sur la crise.

Dans ses remarques, l’envoyée américaine, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que même si la question était débattue à New York, la Russie continuait d’ajouter aux plus de 100 000 soldats déjà massés autour des frontières de l’Ukraine, et en quelques jours en aurait 30 000 à l’intérieur de la Biélorussie. seul.

« La Russie a déjà utilisé plus de 2 000 wagons pour transporter des troupes et des armes de toute la Russie vers la frontière ukrainienne », a déclaré Thomas-Greenfield. « La Russie a également déplacé près de 5 000 soldats en Biélorussie, avec des missiles balistiques à courte portée, des forces spéciales et des batteries anti-aériennes. Nous avons vu des preuves que la Russie a l’intention d’étendre cette présence à plus de 30 000 soldats près de la frontière entre la Biélorussie et l’Ukraine, à moins de deux heures au nord de Kiev, d’ici début février. »

S’exprimant vers la fin de la session, l’envoyé ukrainien, Sergiy Kyslytsya, a décrit l’accumulation de troupes et de matériel militaire russes autour des frontières de son pays et n’a pas fait écho aux plaintes du président Volodymyr Zelenskiy selon lesquelles l’Occident exagérait la menace.

Kyslytsya a déclaré qu’il y avait maintenant 112 000 soldats russes massés autour des frontières de l’Ukraine et en Crimée, avec 18 000 autres déployés en mer au large des côtes du pays.

Il a souligné la sophistication des armes rassemblées en Biélorussie, notamment les missiles Iskander, les systèmes antiaériens Pantsir et les chasseurs à réaction avancés Sukhoi-35.

Kyslytsya a également déclaré que la Russie renforçait les forces séparatistes paramilitaires dans l’est de l’Ukraine, qu’il estimait à 35 000 hommes, dont 3 000 soldats russes « dans des postes de commandement et dans d’autres positions de combat critiques ».

Lors d’exercices navals en mer Noire qui ont débuté la semaine dernière, l’envoyé ukrainien a déclaré que les Russes avaient déployé des frégates, des cuirassés, des navires lance-missiles, des navires de débarquement d’assaut et des dragueurs de mines.

Six autres cuirassés de la flotte du nord de la Russie seraient entrés en Méditerranée lundi. Selon le journal italien la Repubblica, les navires transportent 60 chars et plus de 1 500 soldats. Les navires de guerre naviguent actuellement dans la Manche sicilienne sous surveillance aérienne des avions de l’Otan.

L’ancien ministre ukrainien de la Défense, Andriy Zagorodnyuk, a déclaré que si les navires entraient dans la mer Noire, les chances pencheraient sur la probabilité d’une attaque russe.

Dans ses commentaires au conseil de sécurité, Nebenzya a insisté sur le fait que les exercices militaires n’avaient rien d’extraordinaire.

« Le déploiement de troupes russes sur notre propre territoire s’est souvent produit à des échelles variables auparavant et n’a provoqué aucune hystérique », a-t-il déclaré, affirmant que les troupes russes étaient « dans leurs propres zones de déploiement et casernes où elles se trouvaient auparavant ».

Les analystes militaires qui étudient l’imagerie satellite de l’accumulation en Biélorussie affirment que les unités militaires viennent de l’Extrême-Orient russe et que leur déploiement en si grand nombre si loin de la base est sans précédent depuis la guerre froide.

L’envoyé biélorusse auprès de l’ONU, Valentyn Rybakov, a déclaré que les troupes russes étaient dans son pays pour des exercices conjoints du 10 au 20 février « afin de développer des mesures conjointes pour éradiquer la menace aux frontières de notre État allié, notamment causée par la crise migratoire et la nécessité de stabiliser la situation humanitaire ».

Les forces combinées des deux nations, a déclaré Rybakov, organiseraient la défense des « installations stratégiquement importantes » et « limiteraient et conjureraient les agressions extérieures actives ».

À lire également  Bus de l'agglomération de Perpignan Méditerranée : Kéolis remporte le marché des transports en commun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *