Francis Tony est enterré sur une île qui rétrécit.

La mer se brise sur un rivage qui se trouve maintenant à moins de cinq mètres de sa simple pierre tombale sur l’île de Toruar dans la mer de Salomon. Mais son fils Christopher Sese dit que la famille n’a pas l’intention de déplacer les os de Tony vers une nouvelle pierre tombale.

« Mon père sera comme le capitaine du Titanic. Lorsque l’île de Toruar s’effondrera, elle s’effondrera avec », dit-il.

La mer se referme sur l'île de Toruar.
La mer se referme sur l’île de Toruar. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

Toruar fait partie du groupe des îles Saposa, au sud de Bougainville, dans l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Alors que les îles Carteret voisines ont attiré l’attention internationale il y a une décennie, certains affirmant que les premiers réfugiés climatiques étaient des résidents, plusieurs groupes d’îles autour de la Papouasie-Nouvelle-Guinée disparaissent ou deviennent inhabités en raison de l’élévation du niveau de la mer.

Le directeur général John Wesley, de l’île Torotsian dans les Saposas, se concentre sur une zone herbeuse devant le bâtiment de l’école, lui expliquant que toute la zone est recouverte d’eau pendant les grandes marées.

« La dernière fois, les bateaux sont venus de chez eux jusqu’au bout et tournaient autour du haut du parc de l’école », dit-il.

Le directeur général John Wesley dit que sa communauté a besoin de soutien.
Le directeur général John Wesley dit que sa communauté a besoin de soutien. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

En plus d’être extrêmement important, Wesley est ingénieur civil. Il voulait impliquer la communauté dans de petits projets autour de l’île, comme la construction d’un fond marin à partir de vieux sacs de riz de 10 kg remplis de corail mort et de coquillages pour protéger la terre de la montée des eaux. Il a également élaboré des propositions d’accompagnement auprès d’organismes locaux, nationaux et internationaux pour tenter d’obtenir des mesures de protection du territoire.

Mais il craint qu’un déménagement ne soit inévitable.

Carte

« Le grand défi, ce sont nos enfants, nos générations futures. Je pense que si nous décidons de déménager sur le continent maintenant, notre avenir serait peut-être bien meilleur. « 

L’enseignante de l’école locale Arani Kaitov est née et a grandi sur une île torotsienne et dit qu’elle parle à ses élèves des risques naturels et de l’impact du changement climatique sur leur île natale.

« Je le dis habituellement aux enfants parce que les mers érodent le sol et que nos terres rétrécissent, et parce que la population augmente, nous déménagerons sur le continent à l’avenir. »

L'institutrice Arani Kaitov sur une île torotsienne.
L’institutrice Arani Kaitov sur une île torotsienne. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

« Maintenant, nous ne pouvons plus rien planter »

Niveaux de la mer dans le Pacifique occidental augmentant à un taux de deux à trois fois supérieur à la moyenne mondiale, résultant en une augmentation nette de 0,3 mètre au cours des 30 dernières années.

L’érosion côtière et l’inondation des terres basses sont les impacts les plus évidents de l’élévation du niveau de la mer. Mais les communautés sont touchées bien avant que leurs îles ne soient submergées. La saumure se répand dans les eaux souterraines, la rendant impropre à un usage domestique et laissant les communautés dépendantes de l’eau de pluie potable, et laissant les communautés incapables de faire pousser des cultures.

L'argousier construit à partir de sacs de riz remplis de coraux et de coquillages sur l'île Torotsian.
Daurade provenant de sacs de riz bourrés de coraux et de coquillages sur l’île Torotsian. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

Bobby Soma est né à Toruar en 1962 et dit qu’il a remarqué un énorme changement dans l’environnement autour de l’île et dans le niveau de vie des habitants de sa communauté au cours de sa vie.

« Avant de pouvoir planter des bananes, il y avait des cocotiers et des fruits à pain », dit-il. « Nous avions même des mangues. Mais maintenant, on ne peut plus rien planter ici car le sol n’est plus fertile, ce n’est que du sable. « 

Soma dit qu’il n’y a aucun espoir que les habitants de Toruar puissent rester et être autosuffisants. Même maintenant, les insulaires doivent compter sur les produits du jardin du continent pour compléter leur alimentation.

Soma a déménagé sur le continent en 2014, mais a fait un voyage spécial à Toruar pour montrer les effets de la montée des eaux.

Bobby Soma explore les fondations pourries d'une maison qu'il a construite sur Toruar qui était autrefois à 15 mètres de la mer.
Bobby Soma explore les fondations pourries d’une maison qu’il a construite sur Toruar qui était autrefois à 15 mètres de la mer. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

« Il est difficile pour nous de déménager sur le continent », dit-il. « Mar [Toruar] c’est là que nos mères ont vécu et nous ont donné naissance. Il est difficile pour notre nouvelle génération de bouger. « 

Soma a déménagé sur le continent pour montrer à sa famille qu’une nouvelle vie était possible, malgré les défis émotionnels liés au départ de leur lieu de naissance.

Et il y a quelques avantages ; il est capable de cultiver à nouveau sa propre nourriture.

Certaines familles ont commencé une nouvelle vie à Bougainville après avoir déménagé de Toruar.
Certaines familles ont commencé une nouvelle vie à Bougainville après avoir déménagé de Toruar. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

« Sur l’île, nous devions dépenser de l’argent tous les jours juste pour la nourriture, le cacao ou autre, mais sur le continent, il y a beaucoup de terres, donc je suis heureux car c’est un nouveau départ pour moi. »

Soma dit que les pays développés devraient faire plus pour soutenir les petites îles comme Bougainville et travailler avec les gouvernements locaux pour aider ceux, comme lui et sa communauté Saposa, qui n’auront bientôt d’autre choix que de trouver de nouvelles terres pour s’y installer.

« Il y a beaucoup de grandes industries dans les grands pays qui font de grands projets et développent leur pays, mais elles font juste des choses difficiles pour nous. »

« L’île aura disparu »

Au cours des 12 dernières années, Ursula Rakova a aidé à déplacer les membres de sa communauté des îles Carteret, à environ 80 km au nord-est de Bougainville, vers le continent.

L’atoll circulaire isolé est perché au sommet d’un récif. Rakova estime que sa plus haute altitude n’est qu’à 1,2 mètre au-dessus du niveau de la mer.

Ursula Rakova, directrice exécutive de Tulele Peisa, sur Bougainville.
Ursula Rakova, directrice exécutive de l’ONG Tulele Peisa, à Bougainville. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

« Cela nous est simplement venu à l’esprit à ce moment-là. Si vous mettez toutes les îles ensemble, cinq ou six îles… elles sont très petites, vous pouvez faire le tour des îles en moins d’une heure. « 

C’est la minuscule empreinte de terre laissée sur les îles Carteret qui rend la vie insoutenable.

« Peut-être que les îles resteront, et qu’il y aura peut-être des arbres, mais pour ce qui est de maintenir nos vies et de nous nourrir, ce temps est révolu », dit-elle.

En réponse à un appel d’aînés de leur communauté à la recherche d’une solution, Rakova a créé une ONG locale nommée Tulele Peisa qui se traduit par « voguer dans le vent après nous » et a joué un rôle central dans la relocalisation des familles des îles Carteret vers le continent.

Les anciens résidents des îles Cateret qui ont déménagé à Tinputz à Bougainville chantent leur île autrefois magnifique.
Les anciens résidents des îles Cateret qui ont déménagé à Tinputz à Bougainville chantent leur île autrefois magnifique. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

Dix familles se sont désormais installées dans le village de Tinputz, avec lequel leur ONG a noué des relations, et ont construit de nouvelles maisons sur des terrains mis à leur disposition par la mission catholique.

« Les familles reçoivent une maison, un réservoir d’eau et un hectare de terrain où elles peuvent cultiver du cacao, de la noix de coco et des aliments du jardin. Nous avons des cultures vivrières comme les patates douces, le manioc, le tapioca, les bananes, les agneaux et de nombreux autres légumes peuvent être cultivés », dit-elle.

Bien que quitter leurs îles puisse être difficile, Rakova dit que la qualité de vie des familles vivant à Tinputz s’est considérablement améliorée, car le nouvel emplacement leur fournit non seulement des terres fertiles pour cultiver de la nourriture, mais fournit également aux blocs de cacao ses méthodes pour gagner un revenu. .

Morris Carmen et sa famille ont été parmi les premiers à s’inscrire pour déménager à Tinputz et ont convenu que le niveau de vie sur le continent est bien meilleur.

Morris Carmen, la première personne à déménager des îles Cateret a coulé à Tinputz.
Morris Carmen, la première personne à déménager des îles Cateret a coulé à Tinputz. Crédit photo : Kalolaine Fainu / Le Gardien

« J’ai un terrain avec 300 noix de coco et une noix de coco que j’ai également plantée. Je prends environ deux sacs de ces arbres et je vais les vendre. Le peu d’argent que j’en retire sert à payer les frais de scolarité et les frais médicaux de mes enfants. Quand ils sont malades, je leur donne de l’argent pour qu’ils puissent aller à l’hôpital. « 

Carmen dit qu’il a laissé de nombreux amis et membres de sa famille, qu’il n’a pas tous vus depuis son départ il y a plus de 10 ans, mais dont la motivation pour déménager était dans l’intérêt supérieur de ses enfants et de leur avenir.

« Il nous est simplement venu à l’esprit alors [island in the future] de ce que je vois. L’île aura disparu, la mer détruira l’île. Il y a plein de monde aussi, où vivront-ils ? C’est dur d’y vivre. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *