Aller au contenu
Accueil » Actualité » Miltiadis Varvitsiotis : Vice-ministre grec des Affaires étrangères : « L’Union européenne a des frontières et doit les défendre » | International

Miltiadis Varvitsiotis : Vice-ministre grec des Affaires étrangères : « L’Union européenne a des frontières et doit les défendre » | International

Miltiadis Varvitsiotis (Athènes, 52 ans) s’est rendu en Espagne pour tenter, entre autres, de déblayer le terrain en amont de l’entretien mené par le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, et son homologue grec, Nikos Deindas, conservateur de Nueva Democracia. (ND), dans la capitale grecque en décembre. Le diplomate talentueux mais catégorique estime que la Turquie ne respecte pas le droit international, ne cache pas son mécontentement face au renforcement de la coopération de défense entre Madrid et Ankara et appelle l’Union européenne à « défendre ses frontières ». La Grèce, qui vient de signer des accords avec les Etats-Unis et la France, est favorable au renforcement de l’axe stratégique de sécurité en Méditerranée, étant donné que « la Turquie est engagée politiquement en termes de force militaire », dit-il le vice-ministre des Affaires étrangères. Affaires et Europe. Matters dans une interview tenue ce jeudi à l’ambassade de Grèce à Madrid.

Question. La Grèce est le pays européen de l’OTAN qui dépense le plus pour la Défense (3,8% du PIB). Ils ont renforcé les relations avec les États-Unis et la France comme contrepoids à la Turquie. Quel rôle la Grèce veut-elle jouer en Méditerranée orientale ?

Réponse. Le rôle de la stabilité. Nous n’exigeons rien de personne et nous respectons les frontières et la souveraineté des pays qui nous entourent. Nous nous efforçons de développer nos relations avec tous les pays de la région, en particulier avec Israël, l’Égypte et Chypre. Nous avons signé un accord de défense avec Washington, qui a duré cinq ans, et un autre avec la France [que incluye la compra de tres fragatas y 24 cazas Raffales] et nous pensons que ces accords ne sont pas bilatéraux, mais ont l’esprit du mécanisme de défense européen. Premièrement, ce que nous voulons voir écrit dans les traités de l’Union européenne est indiqué en noir sur blanc, si un membre subit une attaque, alors les autres partenaires doivent aider. L’article 5 de l’OTAN est mentionné dans les traités européens, mais cela ne nous suffit pas.

À lire également  L'alleanza Russia-Cina nel mirino della nuova Nato - Mondo

P. Athènes a vu l’afflux de migrants entre 2015 et 2016, mais il y a beaucoup de critiques sur les conditions des camps de réfugiés, le durcissement de la politique d’asile et les résultats illégaux…

R.. Lorsque nous sommes arrivés au gouvernement en 2019, nous avons eu tendance à voir une augmentation du flux de migrants et des conditions inhumaines dans les camps : surpeuplés, avec pas assez d’espace pour accueillir autant de personnes. Plus de 30 000 personnes vivaient sur les îles dans des conditions suburbaines, en deux ans nous n’en avons que 3 000 et nous sommes sur le point de créer plus de lieux pour répondre à ceux qui le demandent. Cela dit, et compte tenu de l’instrumentation de l’immigration en 2020 et 2021 sur notre frontière nord à la Turquie, nous avons décidé de mettre en place une politique restrictive : nous n’autorisons pas les navires à franchir nos lignes, nous les interceptons et nous appelons les autorités turques à venir et les collectionner. Mais les garde-côtes turcs escortent ces navires, au lieu de les ramasser, les poussant en danger. Ce que nous faisons, c’est les bloquer avant qu’ils n’entrent dans les eaux grecques. Nous le faisons pour trois raisons dans chaque opération : nous ne mettons aucune vie en danger, nous sommes surveillés par tous les acteurs internationaux opérant dans la zone car nos frontières maritimes sont protégées par l’OTAN et Frontex, donc nous ne faisons rien en secret, et la troisième est que nous défendons que l’UE a des frontières et que nous devons les protéger. Pour nous, la Turquie est un « pays tiers sûr » pour les migrants et les réfugiés, Ankara reçoit de l’argent des budgets communautaires pour accueillir des immigrants sur son territoire, a un accord avec l’UE pour les accueillir et ne respecte en fait pas l’accord parce qu’elle ne ne pas ramener d’émigrants de Grèce. Nous ne violons donc aucun droit et en cas d’allégations à cet égard, nous sommes ouverts à tout examen juridique par les tribunaux, le médiateur et l’autorité de transparence sur les allégations de retours à chaud.

À lire également  Macrocacerías en España : plus de 400 ciervos et jabalíes abattus en un jour à Córdoba | Climat et Moyen Ambiente

P. Qu’attendez-vous du nouveau gouvernement allemand ? L’assouplissement des mesures d’austérité jusqu’en 2023 évitera-t-il des erreurs comme dans la crise financière, dont la Grèce est victime ?

Rejoignez EL PAÍS maintenant pour suivre toute l’actualité et lire sans limites

Abonnez-vous ici

R.. La crise de 2010 est derrière nous. Nous avons payé et fait toutes les réformes nécessaires pour maintenir la Grèce dans la zone euro. Le nouveau gouvernement allemand doit comprendre que nous sommes dans la nouvelle Europe. L’empathie a conduit à une augmentation de la dette publique à travers la planète et à la nécessité de s’adapter à la nouvelle réalité, au lieu de prendre les mesures déjà rigides que la zone euro n’a pas garanties. Parce qu’il n’y avait pas que la Grèce, c’était l’Espagne, l’Irlande, le Portugal, l’Italie… il est important de comprendre que les nouvelles règles de stabilité devraient augmenter la croissance de l’UE.

P. Le groupe UE-MED (Espagne, Portugal, France, Italie, Grèce, Malte, Chypre, Croatie et Slovénie) sera-t-il renforcé ?

R. Le groupe est déjà passé de sept pays à neuf pays. L’année dernière et cette année, nous avons intensifié cette coopération lors du sommet d’Athènes en septembre, qui portait également sur l’immigration, l’énergie et l’environnement en Méditerranée. Le président Sánchez a évoqué l’idée d’une solution européenne au problème de l’électricité et du gaz et que les États membres ouvrent un débat sur le cadre réglementaire du marché de l’énergie, ce qui nous a beaucoup plu. Nous devons lancer un agenda ambitieux pour la Méditerranée.

P. Comment se déroule la pandémie et comment affecte-t-elle l’économie grecque ?

R. La Grèce a un taux de vaccination de 70 %, mais nous sommes dans la quatrième vague qui nous frappe de plein fouet avec 800 infections et entre 70 et 80 décès par jour. Nous demandons instamment que la population soit vaccinée car 90 % des personnes décédées ne l’ont pas été. En 2020, l’économie a été gravement touchée. Nous avons perdu 8 % du PIB à cause des accouchements et de la perte du tourisme. Nous clôturons cette année avec une croissance de près de 8% et l’année prochaine de 5%, afin que nous puissions parler de la pleine reprise de l’économie. Le taux de chômage baisse. Malheureusement, la Grèce a souffert de la crise pendant une période de 10 ans et alors que nous essayions de nous en sortir, la pandémie est arrivée. C’était donc une deuxième crise.

À lire également  Bassin de Thau : les premières réactions au décès d'Yves Piétrasanta

P. Lors des incendies en Grèce cet été, notamment sur l’île d’Eubée, beaucoup craignaient que l’initiative privée ne prenne le pas sur les mécanismes de protection sociale.

R. Nous avons investi dans le développement de mécanismes de protection civile, 3 000 millions de fonds européens y seront consacrés, nous avons créé un nouveau ministère de la Protection civile car nous avons également peur des conséquences du changement climatique. Nous sommes aussi un pays sismique et nous devons être bien préparés. Malheureusement, tout ne s’est pas bien passé pendant les incendies et nous n’avions pas les moyens, mais les gens sont toujours en vie et nous pouvons reconstruire tout ce que l’incendie a laissé derrière nous.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook et Twitter, oh oh notre newsletter hebdomadaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.