Aller au contenu
Accueil » Actualité » Migrants, 1315 disparus en Méditerranée depuis janvier – Chronique

Migrants, 1315 disparus en Méditerranée depuis janvier – Chronique

« Plus de 1 315 ont été tués et perdus depuis janvier début novembre de cette année au milieu de la Méditerranée pour tenter de rejoindre l’Europe et d’intercepter 28 600 migrants interceptés en mer et rapatriés par les garde-côtes libyens ». Voici la photo prise par Save the Children (basée sur les données de l’OIM) à l’occasion de la Journée internationale des droits des migrants. « Nous ne pouvons pas nous retourner contre les politiques inhumaines de l’Europe qui ignorent la souffrance des hommes, des femmes, des filles et des enfants à ses frontières », a déclaré Raffaela Milano, directrice des programmes Italie-Europe de Save the Children.

Save the Children met l’accent sur « ces enfants morts qui sont submergés par les eaux qui tentent de traverser une rivière entre la Croatie et la Slovénie ou qui ont faim et froid dans la forêt à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne », sur les « garçons et filles, maintes fois rejetés, souvent brutalement et illégalement, malgré l’âge mineur, victimes et témoins des horreurs des Balkans ou détenus et soumis à des violences en Bulgarie. Hommes, femmes et enfants, ont fui les guerres, les conflits, l’extrême pauvreté, dans le mirage de l’avenir de la paix, croisés des pays et des continents pour ne trouver que des frontières blindées de murs et de barbelés, tenues à l’écart par des canons à eau, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes ». Ils ne sont que « coupables d’un avenir possible et d’une paix pour eux-mêmes et leurs proches – poursuit Raffaella Milano -. Nous voulons dire fermement ce que nous sommes et ce que nous ne voulons pas. Nous ne voulons pas que la vie des enfants et de leurs familles soit utilisée comme monnaie d’échange et nous ne voulons même pas d’une Europe où la violence, les abus et les morts sont considérés comme des dommages collatéraux et une protection des frontières qui l’emporte même sur la protection individuelle ».

À lire également  Paesaggio Italia: Sicilia, Mediterraneo barocco La collana

REPRÉSENTATION LIÉE © Copyright ANSA