Aller au contenu
Accueil » Actualité » Méditerranée : le Seavy 11, un catamaran 100% sportif, 100% luxe, 100% Français naît à Canet-en-Roussillon

Méditerranée : le Seavy 11, un catamaran 100% sportif, 100% luxe, 100% Français naît à Canet-en-Roussillon

Les atouts d’un catamaran de luxe aux dimensions pensées pour s’allier à des qualités sportives dignes d’un monocoque à moteur et surtout une allure qui sort de l’ordinaire, un peu comme les automobiles berlines sportives allemandes… Tel est le défi que s’apprête à relever la société canétoise A Sea Venture Yachting qui prévoit de mettre à l’eau un tout premier exemplaire au printemps prochain. Un « GT des mers » que l’on ne peut faire qu’avec sensation.

Pour Benjamin Canler, jeune chef d’entreprise âgé, de 23 ans, pour Roland Rabiller le directeur de production et Maxime Torner, responsable méthodes composites, ainsi que pour la dernière arrivée dans l’entreprise Sabrina Ettoumi, responsable marketing, l’aventure commencée en 2019 À Canet-en-Roussillon est en passe d’aboutir.

Avec le volume de watch bouge the lignes in design mats et porter le progrès in construction techniques, Benjamin Canler et son père Pascal, tous deux passionnés de nautisme, décidèrent de se lancer dans cette aventure.

100% fabrication française

Dans l’optique de vouloir fournir un bateau haut de gamme avec de réelles qualités de navigation, et un aménagement convivial, ils se sont entourés d’architectes navals et de spécialistes dans les différents domaines de fabrication avec la volonté de créer un chantier un chantier fabriqué en France.

Un look original, des préhistoires de luxe et une motorisation puissante sont les atets de cette nouveauté canétoise.
DR – ASV Yachting

Passioné, la petite équipe qui va bientôt s’agrandir, l’est tout autant. Impatiente aussi de voir naviguer le premier exemplaire du Seavy 11. Le chrono est lancé ! Si tout va bien le catamaran GT des mers sera livré fin mai, début juin. L’ambition est d’en produire sept avant la fin de l’année. Trois ont déjà été vendus sur plan. « Les meilleurs exemplaires sont fabriqués dans des locaux que nous dans nos provisoires sommes situés à Rivesaltes. Si le carnet de commandes se remplit comme prévu, (15 bateaux en 2023, le double en 2024), nous avons d’ores et déjà trouvé l’emplacement sur le port de Canet où nous construisons notre propre chantier naval. Pour l’heure, nous avons pré-embauché des techniciens. L’équipe est déjà bien complète »explique Benjamin Canler.

A lire aussi :
Occitanie : ces centaines d’emplois qui ne trouvent pas de preneurs dans le nautisme

Conditions de fabrication inédites aux normes de l’aéronautique et de l’univers du luxe

« Pas de philosophie chez A Sea Venture, notre méthode de management, ne vous permet pas de toucher un salaire. Nous souhaitons partager notre passion et le bien-être au travail. La qualité, le client et le travail du client sont au centre de la projection de notre entreprise ”souligne Sabrina Ettoumi.

La maquette du Seavy donne une idée de ce que sera ce véritable bolide.

La maquette du Seavy donne une idée de ce que sera ce véritable bolide.
Joël Ruiz – Joël Ruiz

Le bateau n’est pas la seule innovation de la jeune société. « Notre process industriel s’inspire très largement des méthodes employées dans l’aéronautique et en particulier chez Airbus »précise Benjamin Canler.

La motorisation hydrogénée dans l’avenir

En proposant l’innovation, l’entreprenant nourrit des déjà des projets pour l’avenir. En effet, l’ambition à terme est de doter les bateaux de la marque de moteurs à hydrogène. « Ce n’est actuellement pas viable car le réseau de distribution de ce type de carburant n’est pas assez fiable. Mais cela viendra si les politiques énergétiques engagées se concrétisent. Idem, nous avons réfléchi à une version hybride, mêlant le thermique et l’électrique. Mais ce n’est pas viable non plus : cela représenterait un surcoût trop important pour un bateau de cette taille et viendrait en contradiction avec les caractéristiques sportives du Seavy (lire par ailleurs) », explicite le chef d’entreprise.

Les yeux des amateurs de nautisme et les acteurs de la filière seront tournés, une nouvelle fois, vers Canet-en-Roussillon pour le grand lancement prévu en juin. La station roussillonnaise assoit une fois encore sa stature de fleuron national de la construction navale et de l’innovation.

Idéal pour les week-ends et amateurs de vitesse

Le Seavy 11 est un catamaran de 11 m alliant étiquette et performance. Ses grandes qualités marines et son importante autonomie permettent de le classer comme un « week-end » de premier plan.

Avec deux moteurs de 370 cv le Seavy 11 permet de naviguer à une vitesse de croisière de 35 nœuds et de dépasser les 40 nœuds (environ 80 km/h) en vitesse de pointe, surpassant ainsi la performance des monocoques de sa catégorie.

Le Seavy 11 est une offre ultra-modulaire de nombreuses configurations pour la gestion des ponts et des systèmes permettant de répondre aux différents cas d’employés et de configurations personnalisées.

La version « standard » comprend des ouvrants bordés à l’arrière et un garage à annexe sous le sunbed (bain de soleil), un targa modulaire avec une option de hard top amovible « cabin cruiser », un lit double ainsi qu’une salle d’eau complète dans chaque coque, de nombreux espaces de rangement pour la nourriture et des équipements, une cuisine entièrement équipée (plan de travail, frigo, évier, plaque chauffante, plancha) plus le chauffage, la climatisation, un dessalinisateur et un ballon d’eau chaude.

Il disposait d’un pont de 30 mètres carrés et pouvait tout juste embaucher 14 personnes à son bord.

La version de la version américaine du bien équipé se situe au prix de 650 000 € HT.

L’entreprise de fabrication estimée est illustrée par la commande de 45 jours en prime time.

À lire également  Camargue : quand le port des Saintes-Marie de la mer dominait la Méditerranée occidentale…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.