Aller au contenu
Accueil » Actualité » Méditerranée : « Dans les grands fonds, à 500 mètres de profondeur, il y a des champs de plastique !

Méditerranée : « Dans les grands fonds, à 500 mètres de profondeur, il y a des champs de plastique !

Franck Lartaud est un expert de la profondeur. Le scientifique Banyulenc confirme que les secrets de notre évolution dans cet environnement sont hostiles à l’homme. Elle reste cependant fragile et est déjà « envahie » par la pollution plastique.

Franck Lartaud travaille à l’Observatoire océanographique de Banyuls-sur-Mer. Conférencier, géologue paléoclimatologue, a effectué de nombreux voyages dans les grands fonds. Entre 2004 et 2007, il a étudié des coquillages fossiles, et a obtenu des informations précises sur l’évolution : « croissance, climat, météo, âge, vitesse, biologie, informations essentielles, car nous recherchons des analogues de scénarios futurs ».

Franck Lartaud, après avoir annoncé un plan d’investissement de 2 milliards d’euros pour l’exploration et l’exploitation, se dit « intéressé et concerné ».
WOW. P.

Lors d’un voyage dans le sud des Açores, il découvre un nouveau site fossilifère à 2 500 m de profondeur, et s’intéresse aux cheminées hydrothermales situées entre 2 000 et 3 000 m : « Ce sont des sources d’eau contenant des métaux et des gaz, alimentées par un chauffage magmatique. L’eau chargée sort à 300 degrés, avant de circuler, c’est incroyable. »

Le canyon de Lacaze-Duthiers est une vallée profonde qui traverse le plateau continental à plus de 1 000 m de profondeur, présente une forte densité de coraux et… de déchets plastiques.

Le canyon de Lacaze-Duthiers est une vallée profonde qui traverse le plateau continental à plus de 1 000 m de profondeur, présente une forte densité de coraux et… de déchets plastiques.
PNM

Ce qui est bien, c’est qu’il y a du plastique à 500 m de profondeur partout, des champs entiers.

Dans le périmètre du Gulf Marine Park, trois canons sont répertoriés. Franck Lartaud les observe depuis une dizaine d’années, dont le célèbre Lacaze-Duthiers, qui possède une barrière de corail spectaculaire.

« Les coraux sont situés entre 300 et 600 m, il existe différents protocoles pour les observer, les analyser, comprendre l’impact climatique et la pollution de cette population. Ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que la dynamique des récifs dépend de la température. de la croissance. il souligne l’expert. Une palette d’ateliers qui feront l’objet d’une mission sur ce thème en 2022.

Lire aussi :
Pourquoi l’exploration et l’exploitation des grands fonds marins sont agréables et préoccupantes

À lire également  Quel temps fera-t-il lundi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.