Aller au contenu
Accueil » Actualité » Méditerranée à 30°C : qu’est-ce que le « medicane », ce phénomène météorologique extrême qui pourrait survenir à l’automne ?

Méditerranée à 30°C : qu’est-ce que le « medicane », ce phénomène météorologique extrême qui pourrait survenir à l’automne ?

À l’approche de l’autonome et alors que la Méditerranée est chaude, le risque de voir se former un médecin paraît probable. Ce phénomène météorologique désigne une forte tempête en Méditerranée. Explications.

La mer accélérée. En raison des températures caniculaires des dernières semaines, l’eau en Méditerranée est supérieure à 30°C localement. Une valeur largement au-dessus des normales de saison. Ce phénomène exceptionnel pourrait contribuer en automne à la formation d’un médecin.

Un phénomène extrême

Le médicament est un terme composé du mot anglais « hurricane » (ouragan en français) et du mot « Méditerranée ». Littéralement un ouragan en Méditerranée. Aussi appelé « cyclone subtropical méditerranéen », il ne s’agit pas, en réalité, d’un ouragan à proprement parler. « Le phénomène est différent tant en taille qu’en intensité. Ces dépressions sont de plus petites tailles que celles qui forment les ouragans. Elles sont également de faible durée. Les vents atteignent rarement la force d’un ouragan de catégorie 1 », a expliqué en 2021 François Gourand, météorologue à Météo France.

« La différence est que le cœur des tempêtes tropicales est chaud, quand celui des médicanes peut être froid », explique Caroline Jane Muller, chercheuse CNRS en détachement à l’Institut des sciences et des technologies d’Autriche, au Figaro. Avec la fin de l’été, les températures vont débuter à baisser dans l’atmosphère. L’air humide et chaud près de la mer va alors remonter et générer une instabilité. C’est la formation des orages.

Tout peut encore changer d’ici l’automne

Pour qu’un médicament se forme, la masse d’air chaud et humide doit rencontrer un courant d’air froid. Ou, plus l’eau de la mer est chaude, plus l’intensité potentielle d’une tempête est élevée. « Il est encore trop tôt pour prévoir si un tel phénomène va se produire à la rentrée », explique le scientifique. En revanche le risque de formation d’un médecin est bien présent voire « très élevé » en cette fin d’été. « On peut donc déjà prévoir, si ce n’est des médicaments, des épisodes pluvieux particuliers dangereux », affirme Caroline Jane Muller, citée par le journal.

À lire également  Sète : la chambre régionale des comptes épingle la SPLBT et relève des irrégularités

Cependant, d’ici l’automne, tout peut encore changer. La Méditerranée a encore la possibilité de se rafraîchir. « Il d’un coup de mistral ou de tramontane pour que la température redescende. Il peut se passer suffisamment de choses d’ici l’automne », nous expliquait Florence Vaysse, référente régionale Languedoc et Roussillon chez Météo France le 29 dernier juillet .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.