Aller au contenu
Accueil » Actualité » Marchés de Noël fous dans les Pyrénées-Orientales : « Chaque excuse aime se balader »

Marchés de Noël fous dans les Pyrénées-Orientales : « Chaque excuse aime se balader »

Torreilles, Canet-en-Roussillon, Argelès-sur-Mer, Perpignan, sans oublier le mastodonte de Barodès, la rage des marchés de Noël s’empare de nombreuses villes des Pyrénées-Orientales. Mais pourquoi tant d’amateurs se croisent-ils alors ? Ambiance du mardi après-midi à Canet-en-Roussillon et Torreilles.

Profitez jusqu’au bout, avec gourmandise. Mardi 28 décembre, 19h30, l’apéro retentit des sirènes sur les balades de Canet-en-Roussillon. 21 commerçants installés dans des chalets de Noël depuis le 10 décembre ont adopté ces tronçons face à la place méditerranéenne et à l’immense mer bleue.

Ce soir-là, alors que la pluie se met à pleuvoir, plus de 500 épicuriens rient, discutent et trinquent, assis sur les tables hautes du marché de Noël. Les familles haussent les épaules avec des groupes d’amis, les tables sont remplies de jeunes, d’autres de personnes âgées. Pendant que les petits chéris dégustent leur première choucroute. « Ici, on se sent très bien car c’est surtout convivial« Laury de Laury, assise avec ses amis autour d’une bouteille de vin blanc. Cette habitante de Béziers a fait le déplacement pour passer la soirée avec Célia, Anna et Léa. Elles ont toutes entre 23 et 25 ans. Le groupe Ce Marché de Noël est un endroit préféré pour que les filles se réunissent. « Toutes les excuses comme finir ici« Leah admet. Par sa simplicité, le principe du marché de Noël pour ces jeunes femmes agit comme une bouffée d’air frais dans leur carnet de voyage. »Dans cette section, lorsque vous sortez boire un verre, vous devez vous rendre à Perpignan. Parce qu’il n’y a rien d’autre. Ici, ça change. Nous sommes dehors. C’est plus encourageant par rapport au Covid. Et on se sent plus en sécurité qu’à Perpignan quand on rentre« , expliquent les filles.

À lire également  Les thoniers sétois pour "une pêche intelligente" du thon rouge

Laury, Célia, Anna et Léa profitent de leur soirée au marché de Canet-en-Roussillon.
L’Indépendant – Charles Baron

Laury, Célia, Anna et Léa profitent de leur soirée au son des battles de Djs co – quiz de Patrick Mas et Jean Barralès. Ici, des animations musicales ont lieu au quotidien. Comme à Torreilles. Ce village balnéaire lance cette année son marché de Noël. Ce mardi, peu avant 21 heures, la tramontane a balayé la pluie. Quelques centaines d’épicuriens sont assis à la Place Louis Blasi.

Le marché de Torreilles est plein.

Le marché de Torreilles est plein.
L’Indépendant – Charles Baron

Au micro, deux chanteurs reprennent les chansons intemporelles des années 80. Joanne, gérante du Chalet des filles, continue de commander des tapas : « C’est un exploit pour la première édition. Les concerts amènent du monde tous les soirs. Nous n’avons pas encore fait le calcul, mais financièrement nous devrions être heureuxLa restauratrice, propriétaire du Reste de l’année du Restaurant des filles, assure qu’elle fera l’expérience l’an prochain. Dernière preuve du succès de cette nouvelle rencontre. Francky, de Côté Cour, est sur la même longueur Si le marché de Noël a une deuxième édition, il s’appliquera. Cependant, son chiffre d’affaires est en deçà des attentes.»Nous finirons à 12.000 € et nous avons réglé 15.000 €. Mais c’est quand même une belle réussite. La seule chose qui devrait être améliorée est le manque de musique de fond pendant la journée.« , il croit.

Les Torreillans, ils sont au paradis. « Nous ne connaissons aucun autre village de 2000 habitants où c’est une fête tous les soirs pendant 15 jours.», témoignent Sophie et Daniel, ainsi que Nath et Pierrick, d’Oyonnax. Ils se lâchent tous et s’autorisent même quelques verres de vin.Et en plus on est pas obligé de prendre la voiture, on habite à côté« , répondent-ils, hilarants.

Pierrick, Nath, Sophie et Daniel sont fans du marché de Torreilles.

Pierrick, Nath, Sophie et Daniel sont fans du marché de Torreilles.
L’Indépendant – Charles Baron

Durabilité et simplicité, tels sont les deux mots utilisés par les clients et les commerçants pour décrire ces marchés côtiers de Noël. La recette du succès.

« Moins de 30% du chiffre par rapport à ce que nous avions prévu mais nous reviendrons »

Christophe Doin, propriétaire de l'O'Bistro.

Christophe Doin, propriétaire de l’O’Bistro.
L’Indépendant – Charles Baron

A Canet-en-Roussillon, Christophe s’installe d’abord sur le marché de Noël. Le patron du restaurant O’Bistro, dans le sud de la ville, a vu dans cet investissement la possibilité de s’offrir une exposition : « Financièrement, nous serons à 30% de moins que prévu. Mais tout l’intérêt du lieu est de rencontrer des clients que l’on espère faire venir au restaurant tout au long de l’année. Mais aussi pour découvrir des collègues et créer une véritable intégration qu’il faut maintenir. Ici, nous travaillons comme des salles. Les clients peuvent avoir à manger chez moi, un voisin à boire et un dessert de l’autre côté de la rue et rester à la même table. Et cela peut être fait parce que nous faisons bien« Christophe Doin est définitivement la première expérience car il dit vouloir refaire l’épreuve l’an prochain.

En chiffres

Jacky Loos, président de l'Association des commerçants de Canet-en-Roussillon.

Jacky Loos, président de l’Association des commerçants de Canet-en-Roussillon.
L’Indépendant – Charles Baron

2 300. Au marché de Noël de Canet, 2 300 laissez-passer sanitaires sont scannés les samedis et dimanches. En semaine, 1 500 amateurs en moyenne y assistent. Selon Jacky Loos, président de l’association des commerçants qui organise le marché, entre 800 et 900 personnes y assistent en même temps.

3 000. Le loyer de l’emplacement à Canet est de 3 000 €.

2 700. Voici ce que vous devez payer pour obtenir un chalet à Torreilles. Ici, comme à Canet, une partie de ce prix permet aux associations de commerçants d’enregistrer des événements quotidiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.