Aller au contenu
Accueil » Actualité » L’Université Aix-Marseille salue l’oeuvre du cinéaste engagé Costa-Gavras

L’Université Aix-Marseille salue l’oeuvre du cinéaste engagé Costa-Gavras

Aux grands hommes les grands moyens. Le 26 septembre, l’Université Aix-Marseille (AMU) a décerné le prestigieux titre de « Doctor honoris causa » au réalisateur Costa-Gavras, 89 ans, pour saluer six décennies de création. Dans l’écrin du Palais du Pharo, le metteur en scène témoigne de ses souvenirs tissés avec la ville de Marseille qui ne sont pas près de s’éteindre. Costa-Gavras travaille, depuis septembre 2021, à la construction d’une antenne de la cinémathèque française à Marseille.

Une vue imprenable sur la Méditerranée s’esquisse à travers les fenêtres du Palais. La mer par laquelle les Phocéens ont navigué jusqu’à la France pour le fondateur Marseille en – 600 ans avant Jésus-Christ. Ce grand bleu qui repose la France à la Grèce, le pays natal de Costa-Gavras dont il dépeint la crise grecque dans l’Union-Européenne à travers son dernier film« Adultes dans une chambre» (2019). Pour la cérémonie, un orchestre de violonistes a joué la partie originale du film devant les 200 personnes présentes et le directeur de la photographie attentif.

Soucieux de toujours distraire, avecréalisateur des films « Z » (1969) et « l’Aveu » (1970) souhaite avant tout « faire réfléchir. » C’est ainsi que Jacques Sapiega, maître de conférences dans l’audiovisuel à l’AMU, le décrit comme un«explorateur de l’inconnu» qui donne à « voir dans le noir. » D’où le lien fait avec la recherche et la remise de son titre de Docteur honoris causa par l’Université. « Au-delà de l’émotion, votre œuvre se fait document »poursuit Éric Berton, le président de l’Université.

Portrait du réalisateur Costa-Gavras (Crédit : MG/Gomet’)

Le projet de cinémathèque à Marseille « suit son cours »

Quand vient son tour de prise de parole, Monsieur Costa-Gavras partage ses souvenirs avec Marseille. Il se remémore son ascension vers la cathédrale Notre-Dame-de-la-Garde par le funiculaire. « Tout en haut, il y avait trois épigraphes. L’un d’entre eux était écrit en grec moderne. Je n’avais jamais vu de grec en France ! J’étais ému. » Le réalisateur se souvient aussi de la projection de son tout premier film « Compartiment teurs » en 1964 à Marseille.

À lire également  Météo : des orages localement "violents", de la pluie... instable temps et plus autumnal attendu cette semaine

Et l’histoire ne va que continuer à sécrire. Le metteur en scène travaille à la fabrication d’une antenne de la cinémathèque françaisedont il est le président depuis 2007. Main dans la main avec le cinéaste marseillais Robert Guédiguian, également président de l’antenne de la cinémathèque à Toulouse, Costa-Gavras a dirigé ce projet en partenariat avec la ville de Marseille, le Centre national du cinéma (CNC) et l’État. « C’est la deuxième ville de France. Toulouse en une, Lyon aussi… Au regard de la quantité d’étudiants à Marseille, près de 80 0000, il est nécessaire que la ville possède une cinémathèque. Elle le mérite ! », revendiquer Costa-Gavras. Ses volontés ont été entendues par Emmanuel Macron qui a inscrit cette nouvelle antenne dans la liste des priorités du plan Marseille en Grand.

Costa-Gavras et Jean-Marc Coppola, l’ajoint à la Culture de la ville de Marseille (Crédit : MG/Gomet’)

L’adjoint à la Culture de la ville de Marseille, Jean-Marc Coppola assure à Gomet’ que « le projet suit son cours. » Après avoir organisé un colloque de trois jours en mai dernier réunissant les parties prétentantes du projet, notamment les associations qui craignaient de ne pas être associées au projet, l’élu affirme que « le lieu sera annonce très prochainement. » Sans nous en dire plus, Jean-Marc Coppola estime que « les murs sont tombés entre les acteurs parisiens (CNC, Cinémathèque française, NDLR) et les acteurs marseillais ». L’antenne de la cinémathèque s’installera « dans des locaux de 1 000 m2 » qui accueilleront une école CinéFabriqueà l’instar de la ville de Lyon qui a vu naître le talent des frères Lumière.

À lire également  Didier Raoult perd son procès en diffamation face à sa consœur Karine Lacombe

Liens utiles:

> [Bio express] Le CNC désigne un délégué territorial au plan France 2030 pour Marseille
> [Grand débat] Cinéma et industries créatives à Marseille : la nouvelle ambition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *