Aller au contenu
Accueil » Actualité » L’UE s’engage à accueillir 38 000 réfugiés afghans International

L’UE s’engage à accueillir 38 000 réfugiés afghans International

Près de quatre mois après la bousculade chaotique en Afghanistan, il est temps de régler enfin ses comptes avec la population de ce pays. L’Union européenne s’est engagée à accueillir 38 146 réfugiés afghans, comme l’a annoncé jeudi la commissaire européenne à l’Intérieur, Ylva Johansson. Quinze pays ont souhaité participer à ce plan de réinstallation volontaire des personnes ayant besoin de protection après la chute de Kaboul aux mains des talibans et un événement virtuel à l’occidentale dans un pays d’Asie centrale.

L’Espagne fait partie du groupe des 15. Elle abritera 2 500 personnes, un chiffre qui comprend plus de 1 900 déjà arrivées. Et l’Allemagne sera la grande bénéficiaire du club, accueillant 25 000 Afghans, selon une lettre du commissaire Johansson adressée à la nouvelle ministre allemande de l’Intérieur Nancy Faeser, à laquelle EL PAÍS avait accès. Certains de ces réfugiés répondent à des personnes qui ont déjà été évacuées et emmenées dans les États membres depuis la prise du pouvoir par les talibans. D’autres encore attendent d’atteindre l’UE.

La lettre, datée de ce jeudi, indique que l’UE s’est engagée à accueillir 60 000 personnes dans le cadre du Fonds pour l’asile, la migration et la cohésion, dont les deux tiers sont des Afghans susmentionnés ; l’autre tiers, un peu plus de 20 000, fait référence à des crises humanitaires « traditionnelles », comme la guerre en Syrie ou la situation en Méditerranée centrale. Ce chiffre est conforme, quoique légèrement inférieur, aux demandes des Nations unies, qui ont appelé l’Union européenne à accueillir 42 500 personnes vulnérables en provenance d’Afghanistan.

À lire également  La Région débloque 4 millions d'euros de l'UE pour remettre son plan vélo en selle

« Je pense que c’est un acte de solidarité impressionnant », a déclaré le commissaire Johansson dans un communiqué après la réunion des ministres de l’Intérieur de l’UE à Bruxelles, soulignant qu’il s’agissait d’un bon exemple de « voies légales d’accès » au club communautaire. Parmi les 15 pays hôtes, l’Autriche et le club de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque) se distinguent par leur absence, à l’exception de la Slovaquie qui accueille 22 Afghans. Fin août, après le drame de l’Afghanistan, ce bloc a mené l’aile la plus difficile de l’UE, en faveur de la protection des frontières contre tout éventuel migrant.

Dans sa lettre au ministre allemand, Johansson exprime ses « remerciements » au groupe 15 et explique que la Commission a obtenu « des financements suffisants » pour couvrir tous les engagements des Etats membres. Il exhorte également Faeser à commencer la tâche dès que possible, et l’exhorte à achever la réinstallation avant la fin de 2022. « Grâce à votre engagement », écrit-il, « des réfugiés vulnérables et des personnes à risque attendent son départ. pour commencer une nouvelle vie dans des conditions de sécurité et de dignité ».

Johansson en profite également pour réaffirmer que, dans le cadre de l’engagement des pays, ils cherchent à protéger les « environ 650 Afghans menacés rattachés à l’UE identifiés par le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), afin d’inclure certaines personnes vulnérables pour des raisons idéologiques ”. Alors que nombre de ces personnes ont réussi à quitter et à accueillir le pays, la lettre ajoute : « Les personnes concernées ont besoin de visas et de leur engagement pour être admises sur le territoire des États membres à des fins de protection ». Le commissaire offre le soutien de l’Office européen d’asile et d’Europol, ainsi que de la direction générale de l’intérieur et du SEAE pour lui permettre de le mener à bien.

À lire également  La forteresse de l'UE bat la Biélorussie, avec des réfugiés à pied dans un jeu cruel Biélorussie

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et lire sans limites.

S’abonner

L’annonce coïncide également avec l’ouverture anticipée d’un petit bureau européen à Kaboul, suite à l’abandon de tous les diplomates et militaires de l’UE, a annoncé mercredi Josep Borrell, chef de la diplomatie communautaire, lors d’une rencontre avec la presse. Ce siège, qui n’a pas encore démarré pour des « raisons de sécurité », a déclaré Borrell, est « sur le point de s’effondrer » et est « une question de jours » pour ouvrir. L’idée, comme l’a souligné le Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, est d’avoir une « antenne » dans un pays d’Asie centrale qui permette la gestion de l’aide humanitaire pour le retour des Afghans au pouvoir des talibans. L’homme politique espagnol a dressé un sombre tableau du pays : « Les chiffres donnés pour le nombre d’enfants qui pourraient mourir cet hiver sont choquants », a-t-il déclaré.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook Y. Twitter, oh oh notre newsletter hebdomadaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.