Aller au contenu
Accueil » Actualité » Lozère : L’ensemble des bassins-versants du département passe en alerte renforcée

Lozère : L’ensemble des bassins-versants du département passe en alerte renforcée

Les températures associées à un faible taux pluviométrique entraînent une baisse importante des débits de l’ensemble des cours d’eau de Lozère. Face à cette situation critique, la préfecture du département a pris un nouvel arrêté et a placé l’ensemble des bassins-versants en alerte renforcée. Des mesures pour restreindre l’usage de l’eau ont été annoncées.

La situation est critique ! Le fort déficit pluviométrique et les températures très-dessus des normales saisonnières de ces derniers jours entraînent une baisse importante des débits de l’ensemble des cours d’eau de Lozère. La préfecture est dite « préoccupée » par la situation. Pour ne rien arranger, les internautes n’indiquent pas d’amélioration à court terme. Les fortes chaleurs doivent être persistantes même persister ces prochains jours. Et l’annonce de pluie n’est pas d’actualité. Face à cette situation, un arrêté préfectoral du ce lundi 18 juillet 2022 place l’ensemble des bassins-versants de la Lozère en alerte renforcée.

Des usages de l’eau sont désormais interdits

La préfecture a listé les nouvelles mesures qu’implique cet arrêté. Pour tous les bassins-versants du département, sont désormais interdits : le remplissage complet des piscines privées, à l’exception de la première mise en eau pour celles en construction ; le lavage des véhicules hormis le lavage dans les installations commerciales avec recyclage de l’eau et s’étant déclaré auprès du service en charge de la police de l’eau. Cette restriction ne s’applique pas aux véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires ou technique (épareuse, bétonnière,…) et pour les organismes liés à la sécurité; l’alimentation en eau des canaux d’agrément, en particulier ceux desservant les anciens moulins (une attention particulière est donnée à ces opérations afin de ne pas porter préjudice à la faune piscicole lors de la fermeture de ces canaux); le lavage des voiries, sauf impératif sanitaire. L’utilisation des balayeuses laveuses automatiques n’est pas concerné par cette interdiction ; l’arrosage des pelouses, des espaces verts privés, des jardins d’agrément ; l’arrosage des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics, hors les arrosages par goutte à goutte ; l’ l’arrosage des jardins potagers est interdit de 9 heures à 19 heures et de 22 heures à 6 heures; l’arrosage des espaces verts, pelouses et massifs de fleurs publics par goutte à goutte est interdit de 9 heures à 19 heures res et de 22 heures à 6 heures ; l’arrosage des stades et espaces sportifs de toute nature (terrains de sport, golf, etc.) n’est autorisé que les lundis, mercredis et vendredis de 22 heures à 6 heures et interdit à tout autre moment.

À lire également  L'été dans l'Aude : A Leucate, la falaise dévoile ses secrets

L’abreuvement des animaux autorisés

Les usages économiques de l’eau sont également réglementés. Les ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) doivent désormais limiter leurs prélèvements au strict débit nécessaire à leurs activités conformément à leurs arrêtés préfectoraux d’autorisation. Sont notamment interdits, les samedis et dimanches et de 8 h à 21 h les autres jours de la semaine : l’irrigation sauf pour les organisations collectives d’irrigation proposants d’un règlement d’arrosage incluant des niveaux d’économies d’eau de 50 % validés par le service en charge de la police de l’eau. Sont interdits, à tout moment : l’alimentation en eau des « races » sauf nécessité pour l’abreuvement des animaux ; l’alimentation en eau des canaux de microcentrales.

Coordination entre les préfets

Les différences de mesures de restriction imposées ne s’appliquent pas aux prélèvements : dans le cours d’eau « le Chassezac » à l’aval du barrage de Puylaurent ; dans le cours d’eau « le Chassezac » à l’aval du barrage du Rachas pour l’alimentation du canal d’irrigation de Balemo ; dans les cours d’eau « l’Altier » et « la Palhères » à l’aval du barrage de Villefort pour l’alimentation des canaux d’irrigation du Sapet et de Saint-Loup ; dans le cours d’eau « la Borne » à l’aval du barrage de Roujanel pour l’alimentation du canal d’irrigation des Beaumes ; dans le cours d’eau « Allier » à l’aval du barrage de Naussac ainsi que dans la retenue de ce dernier et dans le plan d’eau du Mas d’Armand ; les piscicultures qui doivent respecter les destinataires de restrictions de leur arrêté préfectoral. Ces exceptions s’appliquent dans le respect des mesures qui peuvent être prises par les préfets coordonnateurs des bassins Rhône-Méditerranée, Loire-Bretagne et Adour-Garonne.

À lire également  Les questions qu'on se pose après la pièce

Pour une information complète sur les mesures de restrictions applicables et pour toute question sur les mesures de limitation des usages de l’eau, site des services de l’État : http://www.lozere.gouv.fr/Politiques-publiques/ Environnement-Risques-naturels-et-technologiques/Eau/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.