Aujourd’hui, la crise du logement, exacerbée par la crise sanitaire, s’intensifie. Le nombre de personnes qui n’ont pas assez de logements augmente, tout comme les sans-abri. Pour lutter contre cela, des partenariats sont établis avec les communautés locales, entre autres.

A Agde, récemment, dans le cadre de la semaine nationale Soliha (actrice du logement privé au parcours social), le directeur de Soliha Hérault Denis Maulandi a invité le CCAS Agde à venir visiter le cœur de la ville, rue de la Poissonnerie, un petit immeuble réhabilité sous un bail à long terme.

Économie sociale et solidaire

Consultante ESF, Dire Autonomie Solidarité Service Logement, Stéphanie Barrau, qui était présente lors de cette visite, explique : « Lorsque des bailleurs privés comme Soliha proposent des logements sociaux agréés, des logements, le CCAS intervient lors des discussions. Les partenaires nous informent de ces vacances ainsi que du type de logement proposé, du montant du loyer, etc. Et nous recommandons les candidats à cette réinsertion. De là, nous effectuons les démarches administratives, demandons de l’aide si nécessaire pour prendre en charge l’installation, et les personnes sont souvent dans des situations très dangereuses.».

Ainsi, en présence de tous les acteurs, Soliha a démontré son savoir-faire dans le cadre de l’économie sociale et solidaire dans le logement privé avec une profession sociale. L’architecte Serge Lecouteur était également présent. Quatre logements (deux L2 et deux L3) ont été réaménagés ainsi que les accès aux étages, parties communes et caves. Le coût de l’opération s’est élevé à 358 121 € incluant une taxe financée par l’Anah (Agence nationale pour la valorisation de l’habitat), la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, la Fondation Abbé-Pierre et les fonds propres de Soliha Hérault.

Une belle démonstration de ce qu’est un logement convenable et inclusif, grâce à des partenariats efficaces qui permettent aux plus modérés, parfois en difficulté particulière, de vivre raisonnablement bien. Il y a d’abord un toit, un logement bien locatif et des charges compatibles avec les ressources d’une personne pour vivre en société. Denis Maulandi plus de détails : « Les réponses à la question centrale du logement doivent être plus ambitieuses, à la hauteur des enjeux de cohésion sociale et territoriale. Le Mouvement Soliha attend une politique dynamique plus forte et plus dynamique, en phase avec les problèmes les plus pressants. Chaque jour, aux côtés de des particuliers, en partenariat avec les collectivités locales, les services de l’Etat et de nombreux autres partenaires, nous écoutons et apportons aux familles des solutions de logement adaptées, mais aussi humaines et sociales. ».

Correspondant Midi gratuit : 06 23 76 31 60.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *